LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Dans quelle mesure le recours au financement participatif peut être considéré comme un concurrent crédible aux financements plus classiques par les banques ou les marchés financiers ?

Dissertation : Dans quelle mesure le recours au financement participatif peut être considéré comme un concurrent crédible aux financements plus classiques par les banques ou les marchés financiers ?. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  7 Mars 2019  •  Dissertation  •  1 199 Mots (5 Pages)  •  196 Vues

Page 1 sur 5

CALVEZ Mathieu 25/02/19

1ère 4 ES

Devoir vacances de février

Dissertation

Sujet : A l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire ci-joint, vous déterminerez dans quelle mesure le recours au financement participatif peut être considéré comme un concurrent crédible aux financements plus classiques par les banques ou les marchés financiers.

_______________________________________________________________________________________

_______________________________________________________________________________________

Les crises ont certes impacté la vie de la population, comme la crise immobilière des Subprimes de 2008 provenant des Etats-Unis qui a impacté finalement le monde, mais elles apportent également de l’innovation, de la réflexion, du changement comme par exemple les nouvelles sources de financement ! Ces nouvelles sources de financement, comme le financement participatif qui a été créé en 2007, est bénéfique pour notamment les jeunes entreprises ainsi que pour les particuliers car cela les aide beaucoup à financer leurs projets. Il convient alors de se demander dans quelle mesure le financement participatif est sujet de concurrence pour les financements plus classiques octroyés par les banques ou les marchés financiers. Pour répondre à cette question, nous allons d’abord voir que ce n’est pas un concurrent crédible mais, pourtant, c’est une activité en pleine expansion, donc qu’à long terme, cela pourrait le devenir.

Tout d’abord, le but premier du financement participatif est d’apporter un complément aux entrepreneurs, une diversification de financement. Au premier abord, ce ne serait donc pas de concurrencer les banques mais seulement d’aider les jeunes entreprises, les SSE, les start-ups, les particuliers à financer leurs projets. C’est une solution crédible et significative, c’est un réel complément au financement bancaire qui permet au porteur de projet de constituer un apport personnel plus conséquent et de rassurer le banquier sur sa capacité à mobiliser ses futurs clients. Mais ce n’est pas un moyen assez développé pour subvenir aux besoins de toute l’économie. C’est donc pour cela que les entreprises préfèrent se tourner vers des moyens de financement classiques, c’est une valeur sûre. En 2016, 1 090 887 PME ont été financées par les banques, contre 536 par le crowdfunding.

De plus, le financement participatif comporte quelques risques et désavantages. C’est un nouveau mode de financement donc on ne connait pas encore toutes les issues, si ce mode est fiable…etc, ce qui provoque chez les gens une méfiance à l’égard du financement participatif. En effet, nous ne pouvons pas être certains de sa fiabilité puisque ce sytème est basé sur internet. De ce fait, nous ne sommes pas à l’abri de piratages, ce qui est très dangereux pour les affaires d’une entreprise, ou même d’un particulier ! Il est possible pour ces pirates de créer de faux sites internet et de fausses campagnes, dont les gens n’en n’auraient pas connaissance, et où ils renseigneraient leurs coordonnées bancaires, accorderaient de faux crédits… Donc, les gens qui investissent sur ces faux sites, ne verront jamais aboutir leurs projets et perdront leur argent, ce qui pourrait par ailleurs entrainer une perte comptable et par la suite une faillite de l’entreprise. Ne pas avoir réussi une campagne de crowdfunding peut être dégradant pour l’image du projet, car la campagne de financement participatif peut être perçue comme une mesure de crédibilité par les internautes, par les clients, par la communauté. Le porteur de projet s’expose également à un risque financier. Le crowdfunding est plus coûteux que l’emprunt bancaire (sauf le reward-based crowdfunding

...

Télécharger au format  txt (7.8 Kb)   pdf (40.8 Kb)   docx (9.9 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com