LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

D'après vous, une démocratie a-t-elle besoin d'auteurs comiques ou d'humoristes pour fonctionner ?

Compte rendu : D'après vous, une démocratie a-t-elle besoin d'auteurs comiques ou d'humoristes pour fonctionner ?. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  11 Janvier 2020  •  Compte rendu  •  1 580 Mots (7 Pages)  •  47 Vues

Page 1 sur 7

Dissertation

D'après vous, une démocratie a-t-elle besoin d'auteurs comiques ou d'humoristes pour fonctionner ?

        "La France est coupée en deux, avec moi elle sera pliée en quatre", disait Coluche lorsqu'il a annoncé vouloir se présenter à l'élection présidentielle en 1981, tournant en dérision le clivage gauche/droite. Dans ce cas précis, le lien entre humour et démocratie était réellement poussé à son paroxysme.

Si l'on se réfère à l'éthymologie des termes, la démocratie se définit par le fait que le pouvoir (du Grec cratos) revient au peuple (demos). C'est un système politique qui tire donc sa légitimité dans les citoyens eux-mêmes. Les humoristes, quant à eux, sont à rapprocher des auteurs comiques, dans le sens où tous deux exploitent les notions de "rire avec" et "rire de" (se moquer).

De ce fait, nous pouvons nous demander en quoi le rire nourrit la démocratie ?

Tout d'abord, nous allons montrer que le rire et la démocratie sont deux alliés de longue date de par le monde. Puis, nous analyserons la place de l'humour dans une France qui n'a pas toujours été démocratique. Enfin, nous verrons comment la démocratie peut être mise en difficulté en raison du rire.

        En 1981, lorsque Coluche a entrepris de se présenter à l'élection présidentielle, l'opinion publique y a vu la énième blague potache de cet humoriste au sommet de sa popularité à l'époque. Or, cet humoriste tournait plutôt la politique en dérision dans ses sketches. Cependant, au fur et à mesure des sondages, sa candidature a ébranlé le pouvoir, puisque les intentions de vote en sa faveur étaient montées à 16 %, score qui pouvait mettre en danger tous les autres candidats sérieux et traditionnels. Il est à noter que le système démocratique français permettait officiellement à Coluche de se présenter, puisqu'il suffisait d'avoir au moins 18 ans, d'être de nationalité française et de ne pas être privé de ses droits civiques. Le régime démocratique autorise donc n'importe quelle personne remplissant ces conditions à se présenter aux élections et à se faire élire, peu importe son profil ou son métier. Coluche aurait presque pu avoir accès au pouvoir en France s'il n'avait pas abandonné.

        Cependant, le fait qu'une démocratie autorise l'humour sous toutes ses formes ne signifie pas que l'on puisse rire de tout, en public. Le concept de liberté d'expression qui existe en démocratie est néanmoins encadré par la loi. En démocratie, les auteurs comiques peuvent se moquer non seulement du pouvoir, mais aussi des moeurs de la société ou de diverses communautés (juifs, arabes, handicapés...) au travers de textes satiriques ou de dessins caricaturaux.

        Nous pouvons prendre l'exemple du sketch de Patrick Timsit en 1999 sur les personnes trisomiques, où l'humoriste avait déclaré sur scène "Dans les mongoliens, c'est comme les crevettes, tout est bon, sauf la tête." Une plainte avait été déposée à la suite du spectacle, l'humoriste était revenu en arrière, s'était excusé, puis s'était engagé dans une association en faveur des handicapés mentaux. On pourrait croire que cette phrase, qui se voulait humoristique, s'apparente au principe de liberté d'expression. Ce dernier est issu de la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948 et stipule le droit "de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit". Cependant, la liberté d'expression ne signifie pas pour autant que tout-le-monde peut dire ce qu'il veut en public. Cette liberté est encadrée par des lois et ne peut faire l'apologie de toute forme de haine ou de discrimination envers des minorités (racisme, homophobie...).        

        L'humour permet également de faire passer certains messages en démocratie ou de mettre à distance l'impensable. Par exemple, le film Le Dictateur de et avec Charlie Chaplin sort en 1940 en pleine Seconde Guerre Mondiale et occupation nazie. Il tourne Hitler en ridicule, en se moquant de sa mégalomanie. Empruntant la moustache d'Hitler, Chaplin joue un dictateur, dansant et jonglant avec une mappemonde, qui finit par éclater.

Le film sort aux Etats-Unis, encore épargnés par la guerre à cette époque. Dans ce contexte, l'humour vient au secours des démocraties vacillantes, où il ne reste plus que le rire pour demeurer un être humain.

        L'humour anglais est célèbre pour son approche absurde et insolite (nonsense).

Pour exemple, la Reine d'Angleterre Elisabeth II s'est mise à scène lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques en 2012, en faisant semblant de sauter en parachute accompagnée de James Bond. Il est donc possible que cette institution se moque d'elle-même.

Cependant, le rire a pu s'exprimer même dans des périodes qui n'étaient pas des régimes démocratiques.

        En effet, se trouver sous un régime démocratique n'a pas toujours été obligatoire pour rire, y compris de ses propres institutions : Molière a prouvé qu'on a pu rire et critiquer les mœurs à travers ses pièces, alors qu'il vivait sous une monarchie absolue au XVIIe siècle.

...

Télécharger au format  txt (9.3 Kb)   pdf (87.3 Kb)   docx (12.6 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com