LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Explication de texte Alain

Commentaire de texte : Explication de texte Alain. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  31 Janvier 2021  •  Commentaire de texte  •  1 814 Mots (8 Pages)  •  1 244 Vues

Page 1 sur 8

Dans ce texte, l’auteur traite de la liberté. Il se demande ce qu’est la liberté. Dans une première partie (l.1 à 5), l’auteur explique que seul un homme libre qui préfère rester seul et qui n’est sous l’autorité de personne peut penser. Le chef et la personne qui est à ses ordres ne sont pas libres, ils ne peuvent penser qu’à des choses qui les unissent, ils ne peuvent pas penser à des choses qui vont entraîner des tensions et qui vont alors les éloigner l’un de l’autre. Dans une seconde partie (l.5 à 7), l’auteur explique que toute discussion qui porte sur la puissance se résume à dire ce qu’est la puissance, on ne va jamais dire ce que fait quelqu’un quand il est puissant. Parce que si ça se savait, cela éloignerait le chef et celui qui est à ses ordres. Enfin, dans une troisième partie (l.8 à 12), l’auteur explique qu’un chef est en danger par ce que pense les autres mais aussi par ce qu’il pense lui-même. De plus, l’auteur explique que penser c’est accorder de l’importance aux idées d’autres personnes. Il explique donc que si un chef pense, il perd alors de la puissance. Selon Alain, la liberté c’est de n’être sous l’autorité de personne, de ne diriger personne et ainsi de pouvoir penser par soi-même. Nous verrons si lorsqu’une personne est seule, elle pense forcément par elle-même ou au contraire si ce n’est pas le cas et donc qu’elle n’est peut-être pas libre.

Seul un « homme libre » peut penser car penser c’est penser par soi-même, c’est exercer sa liberté. En effet, s’il est libre, il peut penser soi-même à ses idées, il n’y a personne qui va les lui dicter, qui va l’influencer et qui va lui dire ce à quoi il n’a pas le droit de penser : en bref, il pense librement ce qu’il veut. Et pour cela, il faut donc être un homme libre. De plus, seul un homme qui n’a rien promis et qui s’écarte des autres pour rester seul peut penser. En effet, s’il n’a rien promis, il n’est pas lié à sa promesse et est donc libre de penser ce qu’il souhaite sans altérer ses engagements. Aussi, s’il s’écarte des autres préférant rester seul, il ne dépend de personne d’autre que de lui et peut ainsi penser par lui-même sans être influencé par la pensée des autres. En outre, un homme est libre de penser s’il ne s’occupe pas du regard des autres et qu’il fait ce qui lui plaît sans se préoccuper de ce que pensent les autres. Dans le cas contraire, s’il s’occupe de plaire alors il n’a plus la liberté de faire ce qu’il veut. En effet, pour convenir à la personne il se contiendra et n’exprimera plus ses pulsions, fera attention à toutes ses actions, ne libérera plus son instinct et ne pensera donc pas librement. Cette contrainte extérieure qu’il subira lui fera perdre toute capacité à agir spontanément. S’il essaie de déplaire, c’est la même chose : il ne sera pas libre de penser, étant donné qu’il ne se comportera pas comme il le souhaite car il aura cet objectif de « déplaire ». De surcroît, un « chef » n’est pas libre non plus puisqu’il donne des ordres dont il dépend. En effet, un chef doit faire attention à ce que son comportement lui assure un maximum de crédibilité, il doit faire alors attention à tout ce qu’il fait : à partir de ce moment-là il n’est plus libre. La personne qui est sous les ordres du chef : « l’exécutant » n’est pas libre, lui non plus, il ne peut pas penser par lui-même. Cela s’explique par le fait qu’il dépende des ordres que le chef lui donne. Il ne peut qu’obéir aux ordres, s’y soumettre sans rechigner ce qui ne fait pas de lui un homme libre. Lorsqu’un homme préfère choisir de parler de choses qui consolent et réunissent plutôt que d’aborder des choses qui pourraient entraîner des tensions, qui pourraient « diviser », il ne pense pas. Il ne pense point car il ne pense qu’à des choses qui vont permettre de rester ensemble, de rester « unis » il ne pense à rien d’autre que ça. La puissance est un caractère qui empêche et entrave la liberté et par conséquent la pensée. En effet, une personne puissante qui domine un groupe se permet de donner par son importance des ordres et oblige des personnes à faire des choses ou à penser des choses qu’ils ne veulent pas. Cette personne empêche les autres d’être libres et donc de penser librement. Cette puissance, on en parle souvent notamment de la manière dont on peut la préserver ou l’accroitre tout en évitant que les personnes doutent de celle-ci. Mais on ne parle jamais de comment elle se manifeste. C’est-à-dire qu’on ne va jamais parler de ce que va faire une personne qui est puissante. Et cela tout simplement car ça « diviserait » : les gens ne seraient sûrement pas d’accord de perdre leur liberté et commenceraient alors à douter de la puissance voire même à se révolter contre celle-ci. Quelqu’un de puissant va avoir peur de perdre son pouvoir dès qu’il va pressentir que quelqu’un pense à cette puissance. En effet, si une personne commence à s’interroger sur ce sujet, celle-ci pourrait très rapidement remettre en cause cette puissance vu les conséquences de celle-ci abordées précédemment. C’est pourquoi une personne puissante va se sentir vaincue

...

Télécharger au format  txt (10.5 Kb)   pdf (40.4 Kb)   docx (10.3 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com