LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Bac Blanc Histoire

Dissertation : Bac Blanc Histoire. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  31 Mars 2020  •  Dissertation  •  2 339 Mots (10 Pages)  •  301 Vues

Page 1 sur 10

Soussan Nathan TES 2

Sujet 1 – L’inégale intégration des territoires dans la mondialisation :

La mondialisation est un processus de mise en relation des différentes parties du monde par des flux. Un territoire est un espace que s’est approprié l’humanité, animé par ses populations, structuré par ses activités et ses flux. Enfin n’intégration ou non d’un territoire de définit par le degré d’appartenance à la mondialisation. L’intégration se mesure par les flux qui relient un territoire au système global. Plus un territoire est connecté, plus il est intégré et plus il joue un rôle moteur dans ce système. Cependant la mondialisation qui se dit « mondial » n’est peut être pas aussi mondiale que ce qu’elle parait. Si certains territoires sont marginalisés, d’autres profitent du nouveau contexte économique pour amorcer leur développement. Cependant, les changements sont lents et la domination de la Triade est toujours une réalité. La compétition pour les ressources naturelles est toujours plus forte. Enfin, les espaces maritimes ont acquis une importance stratégique et les États s’affrontent pour les dominer. Quels sont les différents degrés d’intégrations a la mondialisation. Dans un premier temps nous étudierons les territoires très intégrés à la mondialisation puis dans un second temps les territoires en périphérie de la mondialisation.

Trois pôles majeurs (Etats-Unis, Europe et Asie orientale) dominent la mondialisation grâce à leurs entreprises, leurs places financières, leur technologie et leur production culturelle et intellectuelle. Cette « Nouvelle Triade » se distingue de la Triade des années 1980 par la montée en puissance de pays asiatiques et notamment de la Chine. Elle totalise près de 70% du PIB mondial. La montée en puissance de pays émergents conduit à un monde polycentrique. Partenaires mais aussi concurrents, ils contribuent à l’augmentation des échanges notamment grâce à des logiques régionales : les États se regroupent au sein d’organisations régionales qui encadrent leurs relations économiques et/ou politiques : ALENA = Accord de Libre- Échange Nord-Américain : Etats-Unis, Canada, Mexique, le MERCOSUR : Marché Commun du Sud : Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay, Venezuela ainsi que les membres associés : Chili, Bolivie, Pérou, Colombie, Equateur et l’ASEAN : Association des Nations de l’Asie du Sud-Est : Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Brunei, Viêt Nam, Laos, Birmanie, Cambodge. Ces puissances économiques utilisent leurs avantages comparatifs (faible coût de la main d’œuvre, richesse en matières premières, croissance démographie) afin de s’adapter à la Nouvelle Division Internationale du Travail. Les pays émergents cherchent à s’affirmer sur la scène internationale, à l’image des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) qui sont désormais des interlocuteurs incontournables dans les relations internationales. L’organisation de l’espace mondial est en pleine

M. SIMONETTI Page 1 sur 6

Soussan Nathan TES 2

mutation. Certains territoires connaissent un développement rapide et deviennent des acteurs importants sur la scène internationale. Ces États, comme les pays du Golfe, s’appuient sur une richesse naturelle recherchée (pétrole, gaz, lithium), sur des lieux devenus des destinations touristiques prisées (Maldives, Bali). Cette évolution contredit la traditionnelle fracture Nord/Sud et l’organisation en centre/périphérie.

Certaines métropoles ont des spécificités fonctionnelles dont le rayonnement dépasse leur territoire national. Ce sont les villes mondiales. Elles se distinguent par la nature de leurs fonctions stratégiques et de commandement : direction des sièges sociaux des très grandes entreprises, services financiers et bancaires, assurances, recherche et développement. Elles abritent des technopôles, territoires de l’innovation qui attirent les personnes les plus qualifiées. Elles sont le siège des grandes bourses mondiales. Elles sont devenues les lieux les plus accessibles de la planète car elles constituent les nœuds de réseaux de communication (hub). Elles sont connectées à toutes les échelles. Villes cosmopolites à l’image de New- York, elles sont aussi des capitales culturelles (musées, monuments, organisations de grands événements culturels.

New York, Londres, Tokyo, Paris, sont appelées « villes globales » : elles devancent les autres villes mondiales, sont à la tête des réseaux de communication et dominent l’archipel métropolitain mondial.

La répartition dans le monde des villes de rang mondial est inégal. Elles se concentrent encore davantage dans les pays développés, mais on assiste à l’émergence de villes de commandement, en particulier en Asie(Shanghai, Singapour, Séoul, Mumbaï) et en Amérique latine (Sao Paulo).

Certaines métropoles forment des mégalopoles. Les trois principales sont situées aux Etats-Unis (Megalopolis, de Boston à Washington en englobant New-York), au Japon (la mégalopole japonaise qui regroupe les pôles urbains deTokyo à Fukuoka) et en Europe (la dorsale européenne (de Milan à Londres). D’autres sont en voie de formation : entre San Francisco et Los Angeles, entre Sao Paulo et Buenos Aires par exemple.

D’autres interfaces sont des lieux privilégiés de la mondialisation. Certains espaces frontaliers permettent l’intégration régionale, comme c’est le cas entre les Etats-Unis et le Mexique. Les grandes interfaces maritimes comme la façade orientale de l’Asie et la Northern Range en Europe du Nord sont au cœur de l’augmentation des échanges de marchandises. Elles contribuent à la littoralisation du peuplement et des activités.

De plus petits territoires bénéficient de la mondialisation. Les zones franches permettent de bénéficier de nombreux avantages concédés par les États. Les paradis fiscaux sont des pôles majeurs de la mondialisation grise.

La plupart des pays en développement sont des périphéries intégrées, à divers degrés, dans la mondialisation. Outre les pays émergents, de nombreux pays d’Amérique latine (Panama, Pérou) et d’Afrique (Afrique

M. SIMONETTI Page 2 sur 6

Soussan Nathan TES 2

du Nord, Côte d’Ivoire, Kenya) sont insérés par la Division Internationale du Travail ou par les flux touristiques par exemple.

Les PMA sont souvent considérés comme des marges de la mondialisation. Les FTN s’y implantent peu à cause du faible développement et souvent de l’instabilité politique.

...

Télécharger au format  txt (15.6 Kb)   pdf (55.7 Kb)   docx (13.9 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com