LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Lecture linéaire Acis

Fiche de lecture : Lecture linéaire Acis. Recherche parmi 283 000+ dissertations

Par   •  23 Janvier 2023  •  Fiche de lecture  •  1 606 Mots (7 Pages)  •  44 Vues

Page 1 sur 7

LECTURE LINEAIRE N°1 : ACIS

Mouvements :

1) Un dialogue sur le vif ( ligne 1-8 )

2) La caricature du précieux ( ligne 9-13)

3) Le moraliste ( ligne 13-17)

Problématique :

Comment La Bruyère dénonce le ridicule de la préciosité à travers Acis ?

Introduction :

Jean de La Bruyère écrit sous l’absolutisme du roi Louis XIV, où la monarchie de droit divin est en place. Le recueil Les Caractères s’inscrit dans le mouvement du Classicisme qui a cette époque possède un fort aspect moral. Dans cette œuvre, parus entre 1688 et 1699, La Bruyère dresse des portraits visant les défauts de ses contemporains.

Cet extrait est issu du livre V intitulé De la Société et de la Conversation. Ici, l’auteur expose le portrait d’Acis, un précieux prétentieux incapable de se faire comprendre parce qu’il ne sait pas dire les choses simplement.

LECTURE A VOIX HAUTE

Nous verrons comment La Bruyère dénonce le ridicule de la préciosité à travers Acis.

1) Un dialogue sur le vif ( ligne 1-8 )

2) La caricature du précieux ( ligne 9-13)

3) Le moraliste ( ligne 13-17)

1er mouvement :

/«Que dites-vous? Comment? Je n'y suis pas;vous plairait-il de recommencer? ».

Le texte débute directement dans l'action, in médias res par une série de trois questions rapides

S'installe un faux dialogue, une simulation de dialogue entre le narrateur avec le « je » et Acis avec le « vous », dont on ne lit pas les réponses. Elles sont elliptiques, car peu intéressantes ou incompréhensibles.

/Le vouvoiement, l'emploi du « Comment? » ou du conditionnel « plairait »  indique que nous sommes dans une conversation de salon, une conversation mondaine entre personnes éduquées.

/« Vous plairait-il de recommencer » demande de répéter le propos car pas clair

« J’y suis encore moins » surenchérit cette idée de propos incompréhensibles

/« Je devine enfin » finalement progression de la compréhension. Le « enfin » dénote de l'impatience du narrateur.

/Le présent et la forme du dialogue, le discours direct rendent le texte vivant et réel, comme si nous étions des témoins de cette discussion.

/Après l'effet d'attente des premières questions, nous avons la réponse: « vous voulez, Acis, me dire qu'il fait froid ». Déception du narrateur et des lecteurs face à des propos aussi banals, aussi prosaïques. Ironie de la part de La Bruyère.

/Ensuite, nous voyons La Bruyère donner la leçon à Acis, employer un ton didactique à travers trois exemples précis qu'il expose à celui qu'il met en posture d'élève: «< que ne disiez-vous: « Il fait froid »?». Puis le ton se fait plus impératif, plus directif « dites: << Il pleut, il neige»», « dites « Je vous trouve bon visage »».

/ « - Mais répondez-vous cela est bien uni et bien clair; et d'ailleurs, qui ne pourrait pas en dire autant?»

Le tiret débutant le second paragraphe indique une prise de parole indirecte et intelligible d'Acis, seulement toujours sous la retranscription du

...

Télécharger au format  txt (7.2 Kb)   pdf (48.8 Kb)   docx (12.4 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com