LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

"Et la mer et l'amour" de Pierre de Marbeuf auteur du XIXe ( Recueil des vers )

Chronologie : "Et la mer et l'amour" de Pierre de Marbeuf auteur du XIXe ( Recueil des vers ). Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  14 Octobre 2015  •  Chronologie  •  1 400 Mots (6 Pages)  •  1 232 Vues

Page 1 sur 6

"Et la mer et l'amour" de Pierre de Marbeuf auteur du XIXe ( Recueil des vers )

Ce qui m'a beaucoup plu  dans ce poeme c'est sa sonoritée. En effet ce sonnet baroque de Pierre Marbeuf compare l'amour à la mer. Ce Sonnet a une musicalité particulière créé par les allitérations et le champs léxical de l'amour et de la mer. Cette musicalité met en avant la mer qui sort donc de la banalité. Ce sonnet met donc en perspective l'eau et l'amour deux choses incésissables.

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,

Et la mer est amère, et l'amour est amer,

L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,

Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux qu'il demeure au rivage,

Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,

Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,

Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l'amour eut la mer pour berceau,

Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,

Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,

Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,

Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

"Marie, qui voudrait" de Pierre Ronsard auteur du XVIe ( Continuation des Amours )

J'ai choisi ce poème pour la dimension philosophique qu'il offre, dans son poème en Alexandrin, Ronsard part d'une anagramme sur le prénom Marie, pour à travers l'incitation d'aimer nous révèle un axe sur la conception philosophique d'aimer inspirer de l'antiquité ( venus). Ce poème est donc savant malgré une aparance simple.

Marie, qui voudrait votre beau nom tourner,

Il trouverait Aimer : aimez-moi donc, Marie,

Faites cela vers moi dont votre nom vous prie,

Votre amour ne se peut en meilleur lieu donner ;

S'il vous plaît pour jamais un plaisir démener,

Aimez-moi, nous prendrons les plaisirs de la vie,

Pendus l'un l'autre au col, et jamais nulle envie

D'aimer en autre lieu ne nous pourra mener.

Si faut il bien aimer au monde quelque chose :

Celui qui n'aime point, celui-là se propose

Une vie de Scythe, et ses jours veut passer

Sans goûter la douceur des douceurs la meilleure.

É, qu'est-il rien de doux sans Vénus ? Las ! à l'heure

Que je n'aimerai point puissé-je trépasser !

"Il pleure dans mon coeur" de Paul Verlaine auteur du XIX ( Romances sans paroles )

Dans ce poème en hexasylabe nous verons la mélancolie de Verlaine après avoir rompu avec sa femme. Ce poème est simple et Mélodique. La mélodie est due à la reprise de même thermes et sonorités, qui envoute le lecteur et le sensibilise. Ce poème est pour moi une oeuvre majeure de Verlaine et du XIX.


Il pleure dans mon coeur

Comme il pleut sur la ville ;

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie

Par terre et sur les toits !

Pour un coeur qui s'ennuie,

Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison

Dans ce coeur qui s'écoeure.

Quoi ! nulle trahison ?...

Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine

De ne savoir pourquoi

Sans amour et sans haine

Mon coeur a tant de peine !

"sonnet 58" de William Shakespeare auteur Britannique du XVIe

Ce sonnet apporte de la diversité à l'anthologie écrit par Shakespeare au XVIe siecle. Le poète accepte le droit du jeune homme d'être libre, mais il faut voir l'opposé des mots pour comprendre réellement. Il faut donner de l'amour pour en recevoir mais la norme d'amour que l'orateur est trop élevé ce qui implique l'abnégation. Il fera de son mieux pour éviter la censure de la jeunesse.( En vain )

That god forbid, that made me first your slave,

I should in thought control your times of pleasure,

Or at your hand the account of hours to crave,

Being your vassal, bound to stay your leisure!

O! let me suffer, being at your beck,

The imprison'd absence of your liberty;

And patience, tame to sufferance, bide each check,

Without accusing you of injury.

Be where you list, your charter is so strong

That you yourself may privilege your time

To what you will; to you it doth belong

Yourself to pardon of self-doing crime.

I am to wait, though waiting so be hell,

Not blame your pleasure be it ill or well.

Traduction :

Que Dieu, qui tout d’abord me fit votre serf, me garde de contrôler même

par la pensée vos heures de plaisir, ou d’implorer de vous le compte de

vos moments ! ne suis-je pas votre vassal, tenu d’attendre votre loisir ?

Oh ! puissé-je, soumis à un signe de vous, supporter la prison d’absence

que me fait votre liberté ! Puisse ma patience, apprivoisée à la souffrance,

subir chaque contretemps sans vous accuser d’un tort !

...

Télécharger au format  txt (8.4 Kb)   pdf (91.1 Kb)   docx (171.8 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com