LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La conscience de soi rend-elle libre ?

Commentaire d'arrêt : La conscience de soi rend-elle libre ?. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  8 Mai 2021  •  Commentaire d'arrêt  •  1 015 Mots (5 Pages)  •  305 Vues

Page 1 sur 5

Enzo Lebrun TG2        

                        DM Philosophie : La conscience de soi rend-elle libre ?

Le film « The Truman Show » raconte la vie d’un homme s’appelant Truman Burbank, étant une star de télé-réalité à son insu, puisque depuis sa naissance, son monde n’est qu’un gigantesque plateau de tournage et tous ceux qui l’entourent sont des acteurs, lui seul ignore la réalité. Dans ce film, on constate que sa conscience et son interprétation du monde est fausse, et que la réalité est différente de sa conception. Dès lors, la conscience de soi rend-elle libre ? La conscience se définie sous 3 angles, elle peut être une conscience du monde sous la connaissance du monde extérieur, la conscience réflexive étant un retour du sujet sur lui-même ou bien la conscience morale étant le sentiment indiquant à un sujet les actions qu’il peut juger bonnes. La liberté est un terme désignant la possibilité d’action ou de mouvement, elle s’applique principalement aux individus et s’oppose à la notion d’enfermement ou de séquestration. En tant que telle, on constate donc que l’une des facettes de la conscience ramène à la liberté individuelle, quant à la liberté dépendant du statut du sujet. Il en va donc semble t-il de deux choses l’une, ou bien la conscience de soi ne permet pas le plein exercice de soi-même car notre conscience morale nous limite dans nos actions, ou alors la conscience de soi permet la pleine liberté de soi puisque nous avons conscience de ce que nous sommes et que nous pouvons donc agir comme nous le voulons sous nos propres règles.

        La conscience de soi même ne permet pas le plein exercice de sa volonté, en effet, notre volonté est limité par notre conscience morale et les limites imposés par des règles universelles. Cependant, nous ne sommes pas ce que nous avons conscience d’être car nous nous inventons nous mêmes nos causes conscientes de nos actions, dans cette idée, la conscience réflexive ne suffit pas à permettre la liberté de ce que nous sommes, en effet, la conscience est constituée de ce que je suis réellement, elle nous permet donc la pleine analyse de nos activités et actions, et nous permet donc d’en tirer des conclusions et remarques quant à nos actions. Toutefois, affirmer que je suis ce que j’ai conscience d’être pour acquérir la liberté semble faux, puisque, si, notre conscience nous permettait le plein exercice de soi et donc, acquérir une liberté, puisque nous inventons notre propre liberté en restant aux causes consciente de nos actions. C’est alors que, notre conscience montre des limites et lacunes, certaines de nos actions sont bien les effets d’une cause dont nous n’avons pourtant pas connaissance, c’est ce que remarque donc Freud dans son oeuvre « Métapsychologie ». En effet, il remarque que notre conscience présente bien des lacunes, et que nos conscience présente une partie inconnue dont nous n’avons pas le contrôle mais qui dirige aussi nos actions, rentrant donc en contradiction avec le terme de liberté. L’hypothèse suggère qu’une partie de notre conscience nous est inaccessible, expliquant donc les actes manqués ou encore les lapsus. Sous ce raisonnement, nous pouvons assurer que la conscience de soi ne permet pas sa propre liberté puisque des acteurs externes et internes nous limites dans nos actions.

...

Télécharger au format  txt (6 Kb)   pdf (40 Kb)   docx (8.4 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com