LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le CTT, D’où ça vient et où ça en est

Analyse sectorielle : Le CTT, D’où ça vient et où ça en est. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  19 Juin 2018  •  Analyse sectorielle  •  1 766 Mots (8 Pages)  •  119 Vues

Page 1 sur 8

Le CTT, D’où ça vient et où ça en est

La Commission de transport de Toronto, populairement connu sous son nom d'abréviation CTT, est une partie incontournable de la vie à Toronto. Inspirer par le premier système de transport Torontoise ouvert au public, sois celle de « Williams Omibus Bus Line », le Commission de transportation de Toronto a été créé en 1920 (“Looking Back.”). Durant les prochaines décennies, ce system, historique à la ville de Toronto, prend contrôle de l’industrie du transport public Torontoise et suis une croissance qui reflet l’agrandissement de la ville, étendent leurs services pour accommoder l’expansion de la population. Aujourd’hui la Commission de transportation de Toronto est connue sous le nom Commission de transport de Toronto, et se trouve à la frontière de la technologie de transport nord-américain. Transportant plus de 538,1 millions d'usagers par an, dans les rues et sous les édifices de Toronto, ce système s'étend sur la majeure partie du centre-ville de Toronto, créant un impact notable sur le trajet de tous les résidents de la ville. Son corps, compris de réseau de métro, tramway, autobus et transport adapté, est supposer assure un transport sûr et pratique pour les navetteurs torontois quotidiens. Cependant, la CTT a acquis une réputation négative auprès utilisateurs, un statut qui contredit son prestigieux prix 2017 de l'American Public Transportation Association (APTA) pour le système de transport en commun de l'année, un prix qui attribue à la TTC le statut de meilleure entreprise. Dans ce texte, nous allons analyser pourquoi la TTC a acquis une réputation aussi négative dans sa ville, ainsi que sa comparaison avec d'autres systèmes de transport public dans le monde.

Même si c’était un élément extravagant et progressif de la ville au début de sa construction, la population Torontoise n’est pas satisfaite avec le rendement actuel du CTT, et les raisons pourquoi sont claire. Durant les premières décennies de sa création, la construction du CTT était prospère et précis pour les besoins de la population de cette époque. Pourtant, ces besoins ne conviennent plus aux besoins des Torontoises des années 2000, et causes beaucoup de frustration auprès les utilisateurs. Selon le CTT ainsi que autres sources, les raisons frustration sont principalement à cause des problèmes de fiabilité et d’encombrement. Des statistiques, qui couvrent janvier 2014 à avril 2017, démontrent plus de 69 000 incidents de retard sur le métro pendant cette période, captent tout ce qui peut ralentir un train, des problèmes de porte et des employés blessés aux radios défectueuses et les problèmes de signal (Spurr, Ben, et al). Les résultats montrent que le CTT compte en moyenne environ 58 arrêts par jour, chacun d'une durée moyenne de 1,8 minute. Des exemples de délais sont 60 incidents dans lesquels des employés ont refusé de travailler, plus de 281 heures de retards causés par des passagers malades et 51 perturbations causées par des rapports de colis suspects. Ces délais causent plusieurs problèmes de fiabilités des utilisateurs envers le CTT, et après un sondage pris par des utilisateurs, est leur problème principal avec le CTT. . Après une conversation avec Helen Lay, qui a travaillé pendant 5 ans et 4 mois en tant qu'opérateur de bus avec le CTT, dit que les clients se fâchent surtout quand les bus sont en retard. Le métro torontois est souvent affecté par des retards qui causent des inconvenances majeures aux utilisateurs.

Comme les tramways sont souvent en retard, résultats de problèmes de circulation sur les routes de Toronto et, les tramways sont régulièrement surpeuplés. Les statistiques de CTT montrent qu'environ un quart des routes de l'agence, telles que les lignes de bus, de tramway et de métro, dépassent les normes de surpeuplement. Le CTT a fait de son mieux pour réduire l'encombrement sur ces routes avec des tramways plus longs ainsi que des bus articulés doubles, mais les résultats sont miniatures au problème d’encombrement. Les normes d'encombrement de la TTC varient en fonction du type de véhicule, de l'heure du jour et du fait qu'il s'agit d'un week-end ou d'un jour de semaine (Spurr, Ben.). La mesure dans laquelle les normes de surpeuplement sont dépassées révèle à quel point l'organisme n'atteint pas ses propres objectifs de service. En raison du trafic irrégulier des villes, les bus ont tendance à se regrouper ou à avoir de grandes lacunes et ceux qui se trouvent à l'avant du groupe peuvent devenir extrêmement encombrés alors que ceux qui les suivent peuvent rester à moitié vides. Les raisons pour les doutes et consternes des utilisateurs sont principalement attribuables au fait que le CTT n'est plus adapté à la population actuelle de Toronto et les raisons pourquoi le system n’as pas vue de progresse est en question.

La cause des problèmes couverts précédemment peuvent être tracé à plusieurs problèmes de développement du CTT durant son adolescence. Le métro de Toronto a été conçu dans les années 50 et 60 et est malheureusement resté fonctionnel pour ce temps-là. Très peu de changements ont été apportés au système pour l'améliorer depuis sa première ouverture, c'est-à-dire en termes d'extensions et de mises à jour formelles. Des exemples de cela peuvent être clairement vus en comparant les légendes des routes de CTT des années 60 et du jour présent, ou des images

...

Télécharger au format  txt (10.8 Kb)   pdf (52 Kb)   docx (14.1 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com