LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Compte Rendu TP : Extraction des Lipides Du Jaune D'oeuf

Mémoires Gratuits : Compte Rendu TP : Extraction des Lipides Du Jaune D'oeuf. Recherche parmi 298 000+ dissertations

Par   •  22 Avril 2013  •  1 112 Mots (5 Pages)  •  9 334 Vues

Page 1 sur 5

Compte rendu TP

Extraction des lipides du jaune d’œuf

Le but :

Le but de ce TP est d’identifier les principaux lipides présents dans du jaune d’œuf lyophilisé. Afin de les déterminer nous avons réalisé une expérience comportant trois manipulations successives :

Tout d’abord, une extraction basée sur la différence de solubilité entre une phase lipidique hydrophobe et une phase soluble dans du solvant d’extraction de chloroforme et de méthanol. Ensuite nous avons effectué deux chromatographies sur couche mince dans le but d’identifier les lipides extraits à l’aide de deux sortes de solvant plus ou moins polaires. Les échantillons de jaune d’œuf sont déposés sur la plaque en gel de silice. Ils seront par la suite analysés et identifiés en étant comparés aux échantillons de lipides témoins. Cette identification est possible grâce aux calculs de rapports frontaux.

Principe :

La première étape de cette expérience débute par l’extraction des lipides du jaune d’œuf lyophilisé. On sait que le jaune d’œuf est composé de diverses molécules notamment des molécules solubles dans des solvants polaires. Ainsi les lipides ayant des propriétés physiques d’être des molécules insolubles dans les solvants polaires et d’être très hydrophobe (selon la classe des lipides). Cette propriété nous permettra de les séparés des autres molécules solubles dans du solvant polaire. Le solvant utilisé est composé de chloroforme et de méthanol qui sont deux molécules hydrophiles. Cette première manipulation nous permet d’isoler les constituants lipidiques du jaune d’œuf. Après l’extraction on observe un surnageant non soluble et on en déduit qu’il s’agit d’une phase lipidique.

Par la suite on utilise la méthode de chromatographie sur couche mince (CCM) il s’agit d’une phase mobile qui passe à travers une phase stationnaire et qui fait intervenir le principe d’adsorption. Dans cette expérience, la phase stationnaire est une plaque en gel de silice qui est très polaire et qui a un pouvoir absorbant fort. Dans la première chromatographie, la phase mobile est un solvant composé d’hexane, d’ether diéthylique et d’acide acétique. Ce solvant permettra de faire davantage migrer les espèces apolaires.

Le solvant de la seconde chromatographie est composé de dichlorométhane, de méthanol et d’eau. Ce solvant permettra de faire davantage migrer les espèces polaires.

On dépose sur la plaque les différents dépôts des lipides témoins et du surnageant du jaune d’œuf puis on plonge la plaque dans une cuve contenant le premier solvant. La phase migre de bas en haut en entrainant les échantillons déposés sur la ligne de dépôt. Dans cette chromatographie les produits polaires migreront moins ou très peu car la plaque de silice polaire les retient. Les espèces apolaires sont entrainées par le solvant et migrent plus haut.

Cette méthode permet de décomposer les différents constituants d’un même échantillon que l’on révèle grâce à des colorations spécifiques. Afin d’identifier les composants on calcule le rapport frontal de chaque tâche présentes sur la plaque de silice. Le rapport frontal se calcule de la façon suivante :

d : c’est la distance en cm entre la ligne de dépôt et la tâche de migration.

D : c’est la distance en cm entre la ligne dépôt et la ligne du front du solvant.

Résultats et interprétation:

L’expérience se déroule en 3 étapes : une extraction et deux chromatographies sur couche mince (CCM).

L’extraction des lipides du jaune d’oeuf :

Pour cette manipulation nous disposons de 50g de jaune d’œuf lyophilisé et 1mL du solvant d’extraction composé de chloroforme et de méthanol aux proportions (1 :2). Comme le chloroforme est composé de 3 molécules de chlore et que le méthanol est un alcool alors on peut en déduire que le solvant est hydrophile et polaire. Après avoir passé le mélange dans le vortex et laissé reposer nous pouvons observer deux phases distinctes : le surnageant et la partie liquide. Comme le surnageant correspond à la partie non solubilisée dans le solvant alors on peut en déduire qu’il correspond à la phase lipidique.

La première chromatographie :

La première chromatographie utilise comme phase stationnaire de la silice et comme phase mobile un mélange de solvant hexane/ éther diéthilique/acide acétique aux proportions (70 :30 :1). Après la préparation de la phase mobile on s’occupe de la phase stationnaire (la plaque silice polaire) en déposant les 11 témoins et le surnageant grâce à des capillaires sur la ligne

...

Télécharger au format  txt (8 Kb)   pdf (96.8 Kb)   docx (11 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com