LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La décomposition De L'air

Mémoires Gratuits : La décomposition De L'air. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  15 Novembre 2012  •  354 Mots (2 Pages)  •  575 Vues

Page 1 sur 2

LA DÉCOMPOSITION DE L’AIR

En 1777, LAVOISIER achève sa série d’expériences qui l’ont conduit à la découverte de l’oxygène (ou, plus exactement, à la détermination du caractère élémentaire de la partie comburante et vitale de l’air), et il refait l’expérience qui consiste à brûler un morceau de phosphore flottant dans une coupelle sur le liquide d’une cuve à eau.

Il a mis suffisamment de phosphore dans la coupelle, de manière à être certain que la combustion consommera la totalité de l’oxygène présent dans la cloche surmontant la cuve à eau. Supposons qu’au début de l’expérience, cette cloche emprisonnait cinq litres d’air atmosphérique. Pendant la combustion, il se forme des fumées qui se dissolvent dans l’eau de la cuve, et l’on voit celle-ci monter dans la cloche. Nous savons déjà que l’eau est devenue acide, ce que l’on explique par la formation d’acide phosphorique. Mais observons la cloche. L’eau est montée, et il reste exactement (aux erreurs de mesure près, bien sûr) quatre litres de gaz dans la cloche. C’est évidemment l’air atmosphérique initial dont tout l’oxygène a été extrait par le phosphore. Et LAVOISIER constate aisément que cet air résiduaire, évidemment incolore et inodore comme l’air de départ, n’est pas comburant (le restant de phosphore s’est éteint) et qu’il ne peut entretenir la respiration de petits animaux. Il l’appelle « mofette atmosphérique ». C’est évidemment le même gaz que celui que RUTHERFORD avait découvert en 1772, et qu’il avait nommé « air phlogistiqué ».

Les expériences de LAVOISIER font sensation. Ce n’est pas tellement la découverte de nouveaux gaz qui impressionne la communauté internationale des savants, car en somme il ne s’agit que de donner de nouveaux noms à des airs déjà connus. Ce qui impressionne, c’est que LAVOISIER établit de manière indiscutable expérimentale (n’importe qui peut refaire l’expérience, qui ne nécessite pas un équipement particulièrement sophistiqué), que l’air est composé de deux gaz : l’oxygène et la mofette atmosphérique. Et en outre, il précise qu’il y a 20% d’oxygène et 80 de mofette.

L’air, tenu depuis deux mille quatre cents ans pour un élément (depuis Anaximène), est en fait un mélange de deux corps distincts.

...

Télécharger au format  txt (2.3 Kb)   pdf (52.2 Kb)   docx (8.5 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com