LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Titrage de l'acide fort et faible

TD : Titrage de l'acide fort et faible. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  29 Septembre 2011  •  TD  •  865 Mots (4 Pages)  •  518 Vues

Page 1 sur 4

Discussion

1- Lors du titrage de l’acide fort par la base forte au point d’équivalence, le volume théorique est de 40,00 mL et celui qui résulte de l’expérimentation est de 39.90 mL ± 0,1 mL. Pour trouver mon volume expérimental, je me suis basé sur la valeur la plus grande de dpH/dVb. Même si j’ai noté un pH de 8,1 au lieu de 7 par rapport à ce volume, j’en déduis que c’est la valeur la plus plausible puisqu’on pourrait imaginer que les ions OH- se concentraient de manière non uniforme dans la solution et que, autour de la cathode, on en retrouve un peu plus que dans le reste de la solution. Cependant, l’incertitude de 0,1 mL pour le volume et de 0.01 pour le pH rentre aussi en jeu bien que la première est moins importante que la deuxième qui détermine la concentration d’OH- qui nous donne le pH de la solution. Pour finir, la concentration du chlorure d’hydrogène et de l’hydroxyde de sodium pourraient aussi êtres un peu différentes de la concentration indiquée soit 0.10M.

2- Comme je l’ai calculé, le pH théorique au point d’équivalence est de 7 alors que celui noté lors de l’expérience est de 8,1. Comme je l’ai dit précédemment, la concentration d’OH- pouvait varier d’une zone à l’autre à l’intérieur de la solution. Cependant, la différence entre le volume théorique et expérimentale, bien que minime, affecte le pH d’une certaine manière. Le fait aussi de laisser la solution à l’air peut changer son pH puisqu’il y a une certaine évaporation qui a lieu. D’ailleurs, on ne peut pas prédire quelle substance qui se retrouve dans l’air pour venir en contact avec la solution pour en changer le pH, mais de manière minime. Pour finir, si on avait utilisé un mélangeur de solution très propre et plus performant ainsi qu’un pH-mètre plus précis, on aurait surement eut un pH plus proche de la valeur expérimentale.

3- Lors du titrage de l’acide faible par la base forte au point d’équivalence, le volume théorique est de 40,00 mL et celui qui résulte de l’expérimentation est de 40,50 mL ± 0,1 mL. Pour trouver mon volume expérimental, je me suis basé sur la valeur la plus grande de dpH/dVb. Même si j’ai noté un pH de 8,25 au lieu de 8,72 par rapport à ce volume, j’en déduis que c’est la valeur la plus plausible puisqu’on pourrait imaginer que les ions OH- se concentraient de manière non uniforme dans la solution et que, autour de la cathode, on en retrouve un peu plus que dans le reste de la solution. Cependant, l’incertitude de 0,1 mL pour le volume et de 0.01 pour le pH rentre aussi en jeu bien que la première est moins importante que la deuxième qui détermine la concentration d’OH- qui nous donne le pH de la solution. Il faut aussi tenir compte de la concentration de l’acide acétique et de l’hydroxyde de sodium pourraient aussi êtres un peu différentes de la concentration indiquée soit 0.10M. Pour finir, étant donné que c’est la deuxième expérience, on pourrait penser que la cathode du pH-mètre ait été contaminée, malgré le lavage que je lui ai fait, par la première solution venant modifier le pH de la deuxième.

4- Comme je l’ai calculé, le pH théorique au point d’équivalence est de 8,72 alors que celui noté lors de l’expérience est de 8,25. Comme je l’ai dit précédemment, la concentration

...

Télécharger au format  txt (5.3 Kb)   pdf (71.4 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com