LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Expérience Lavoisier sur la composition de l'air

Étude de cas : Expérience Lavoisier sur la composition de l'air. Recherche parmi 283 000+ dissertations

Par   •  9 Novembre 2022  •  Étude de cas  •  381 Mots (2 Pages)  •  186 Vues

Page 1 sur 2

Antoine de LAVOISIER a vécu au 18ème siècle en France et s’est illustré pour ses nombreuses découvertes scientifiques.

Né le 26 aout 1743 à Paris dans une famille aisée d’avocats, il étudie le Droit avant de se tourner vers la Science. D’abord en tant que Géologue et minéralogiste puis en tant que Chimiste. Il est admis à l’Académie Royale des Sciences en mai 1768.

La même année, il entre comme actionnaire à la Ferme Générale ou il rencontre, puis épouse la fille de son directeur, Marie-Anne Pierrette Paulze. C’est le début d’une belle collaboration scientifique entre les époux.

Lavoisier sera tour à tour scientifique bien sûr mais aussi, serviteur de l’état, économiste, financier, juriste, agronome, hygiéniste, réformateur des poids et mesures et de l’instruction publique.

Il meurt guillotiné le 8 mai 1794 à 54 ans  après un procès expéditif.

Selon Antoine LAVOISIER « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »

Antoine de Lavoisier par son expérience sur la composition de l’air a posé les bases de la chimie moderne. Il y démontre que l’air est un mélange de gaz.

Etape 1

Lavoisier fait bouillir 122g de mercure dans une cornue qui communique avec une cloche dans laquelle se trouve 0.8L d’air.

Etape 2

12 jours plus tard, le mercure se recouvre d’une couche rouge ( de l’oxyde de mercure rendu rouge par l’oxydation). Le volume d’air a diminué de 0.14L sous la cloche.

Etape 3

Il observe que le volume de gaz qui reste sous la cloche (0.66L) éteint la flamme d’une bougie : c’est du diazote (appelé à l’époque air nitreux).

Etape 4

Lavoisier émet alors l’hypothèse que le gaz manquant sous la cloche s’était combiné au mercure pour donner de l’oxyde de mercure rouge. Pour vérifier son hypothèse, il récupère l’oxyde de mercure rouge et le place dans une cornue chauffée qu’il relie à nouveau avec la cloche qui contient le diazote de l’étape 3)

Etape 5

L’oxyde de mercure (rouge) disparait et le volume de gaz revient à 0.8L (valeur de départ).

Etape 6

En plaçant une bougie allumée sous la cloche, il observe qu’elle est avivée. Il conclue que les 0.14L du gaz précédemment disparu avivent la flamme. Ce gaz est appelé dioxygène ou gaz vital.

CONCLUSION : L’air est un mélange de gaz composé de 80% de diazote et de 20% de dioxygène.

        

...

Télécharger au format  txt (2.4 Kb)   pdf (48 Kb)   docx (7.6 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com