LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le débuts du PalmPilot

Documents Gratuits : Le débuts du PalmPilot. Recherche parmi 263 000+ dissertations

Par   •  9 Mars 2015  •  4 046 Mots (17 Pages)  •  906 Vues

Page 1 sur 17

Le bilan de l’année 2007 était préoccupant pour Palm, le célèbre fabricant d’ordinateurs de poche.

Si son chiffre d’affaires s’était maintenu à environ 1,5 milliard de dollars, son bénéfice s’était

effondré de 336 millions en 2006 à 56 millions en 2007. Sur le dernier trimestre, l’entreprise avait

même enregistré une perte de 9,6 millions de dollars. On pouvait craindre un retour à la situation

calamiteuse du début des années 2000, lorsque l’entreprise avait accumulé en trois ans plus de 850

millions de dollars de pertes.

Depuis 2004, Palm avait effectué un repositionnement stratégique majeur. Pionnier et leader

des ordinateurs de poche dans les années 1990, seul constructeur informatique – avec Apple – à

concevoir à la fois les machines et leur système d’exploitation (le Palm OS), l’entreprise

californienne était désormais essentiellement un fabricant de téléphones équipés de fonctions

avancées (des smartphones) qui utilisaient pour la plupart le système d’exploitation de son

concurrent historique, Microsoft. Les smartphones représentaient plus de 80 % du chiffre

d’affaires, qui se concentrait de plus en plus sur le marché américain. L’activité historique, les

ordinateurs de poche, était en déclin rapide.

Or, sur le marché des smartphones, Palm était largement distancé, à la fois par les fabricants de

téléphones – au premier rang desquels Nokia – et par les différentes marques de machines

utilisant elles aussi Windows Mobile (HP, HTC ou Asus). Par ailleurs, l’irruption de deux nouveaux

concurrents monopolisait l’attention des analystes : auprès de la clientèle des entreprises, les

terminaux BlackBerry du Canadien Research in Motion (RIM) faisaient désormais partie de la

panoplie obligée de tout manager, alors que sur le marché des particuliers le succès foudroyant de

l’iPhone d’Apple avait largement éclipsé le lancement du dernier modèle de Palm, le Centro. À

côté du très médiatique smartphone d’Apple, la gamme de Palm faisait désormais pâle figure.

De plus, Palm avait multiplié au cours de l’année 2007 les annonces inquiétantes : annulation de

la commercialisation de son ordinateur ultraportable Foleo avant même son lancement,

suppression d’emplois, fermeture de ses 34 magasins américains, accord à l’amiable pour

dédommager des milliers de clients mécontents de la fiabilité d’un de ses modèles et surtout

report « de 12 à 18 mois » de la nouvelle version de son système d’exploitation, dont la diffusion

devenait confidentielle par rapport à celle de ses concurrents (moins de 2 % des smartphones

vendus dans le monde en 2007 en étaient équipés).

Cas de l’épreuve : Palm en eaux toubles

Au total, alors que l’entreprise avait fêté en 2006 les 10 ans du produit qui l’avait rendue

célèbre, le PalmPilot, son avenir semblait rapidement s’assombrir et les options stratégiques qui

s’offraient à elle étaient de moins en moins nombreuses.

Les débuts du PalmPilot

Jeff Hawkins, le fondateur de Palm Computing, pouvait s’enorgueillir de descendre d’une lignée

d’innovateurs. En 1974, alors adolescent, son naufrage contre un pont de l’Hudson River avec un

navire sur coussin d’air inventé par son père avait interrompu une ligne ferroviaire pour une

journée entière. Ingénieur électricien, il avait travaillé chez Intel, puis chez GriD, une filiale de

Tandy qui concevait un des tout premiers ordinateurs portables. De 1986 à 1988, il s’engagea dans

un doctorat à l’université de Berkeley, qu’il ne termina pas. Ses recherches lui permirent

cependant de mettre au point un logiciel de reconnaissance d’écriture qu’il breveta et baptisa «

PalmPrint ». Il retourna alors chez GriD où il développa un ordinateur portable équipé d’un stylet

et capable de reconnaître l’écriture manuelle. Destiné à une clientèle de niche (les opérateurs de

derricks pétroliers notamment), le produit fut bien accueilli, mais sa diffusion resta confidentielle.

Jeff Hawkins voulait aller plus loin. Il fonda l’entreprise Palm Computing en janvier 1992, avec

une idée mais sans produit ni stratégie. Six mois plus tard, il fut rejoint par Donna Dubinsky, une

diplômée du MBA de l’université de Harvard qui avait fait toute sa carrière en tant que cadre

dirigeante au sein d’Apple. En octobre 1993, Palm Computing introduisit le Zoomer, un assistant

personnel avec un très petit clavier et un système de reconnaissance d’écriture fondé sur

PalmPrint. Apple avait lancé deux mois plus tôt son Newton, sur le même principe que le Zoomer.

John Sculley, alors P-DG d’Apple, avait inventé à cette occasion l’acronyme PDA, pour personal

digital assistant (assistant numérique personnel), qui devint le terme générique pour décrire les

produits de cette industrie naissante. Mais ni le Zoomer ni le Newton ne soulevèrent

l’enthousiasme du marché : encombrants, offrant

...

Télécharger au format  txt (28.6 Kb)   pdf (230.2 Kb)   docx (23.3 Kb)  
Voir 16 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com