LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Cours économie: Les Grands courants de la pensée économique

Dissertation : Cours économie: Les Grands courants de la pensée économique. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  3 Février 2012  •  3 001 Mots (13 Pages)  •  1 112 Vues

Page 1 sur 13

ECONOMIE GENERALE (2)

Introduction : Les Grands courants de la pensée économique.

1. Le Mercantilisme :

 Ce sont les économistes des XVI et XVIIème siècle.

 La doctrine de la balance commerciale :

 Essence de la richesse : les métaux précieux et la thésaurisation.

 Le commerce extérieur doit produire une rentrée de métaux précieux.

 L’industrie doit être encouragée par l’importation de matière première bon marché.

 L’importation des produits manufacturés doit être taxée.

 Les exportations doivent être stimulées.

 La croissance démographique maintient les salaires bas.

 Politique économique protectionniste très agressive.

 La prospérité nationale est engendrée par une balance commerciale excédentaire.

 L’Etat doit intervenir dans l’économie.

 Quelques auteurs : Jean BODIN, Antoine DE MONTCHRETIEN, William PETTY.

2. La Physiocratie :

 Ecole de pensée économique et politique (XVIII), à l’origine de la conception moderne de l’économie.

 Fondateur de cette école : François QUESNAY. (Tableau représentant la circulation des richesses dans l’économie).

Principes :

 La richesse d’un pays consiste en la richesse de tous ses habitants.

 Richesse formée de tous les biens qui satisfont un besoin et non de métaux précieux qu’il faudrait thésauriser.

 La richesse doit être produite par le travail.

 L’agriculture est la seule activité réellement productive.

 L’industrie et le commerce sont des activités stériles (= Transformation des matières premières produites par l’agriculture).

 Trois classes d’agents économiques :

 Les paysans.

 Les marchands et les industriels.

 Les propriétaires.

 La Terre est la seule source de richesse.

 La meilleure façon de maximiser la richesse de tous est de laisser chacun agir à sa guise selon ses moyens.

 La liberté du commerce : « Laisser faire les Hommes, Laisser passer les marchandises » (= Principe politique et économique).

 Ils sont hostiles aux règlementations.

 Précurseur du libéralisme.

 Ordre naturel qui repose sur le droit naturel (Liberté-Propriété).

 L’Etat doit appliquer le droit naturel.

 Parmi les physiocrates : François QUESNAY, Lamenier DE LA RIVIERE, Jean-François RELON.

3. Les Economistes classiques :

 Contemporains de la révolution industrielle.

 Observation d’une économie en transformation.

 Appellation due à Marx.

 Auteurs: Adam SMITH, Thomas Robert MALTHUS, Jean-Baptiste SAY, Davis RICARDO, John Stuart MILL.

Théorie de la valeur :

 Distinction entre valeur d’usage (Satisfaction que le bien procure), et la valeur d’échange des biens (Quantité d’autres biens que l’on peut obtenir en échange de biens produits)

 La valeur d’un bien provient de la quantité de travail nécessaire à sa fabrication.

 Les richesses produites dépendent de la quantité de travail disponible dans l’économie.

 Division du travail => Augmentation de la productivité (Effet d’expérience).

 Division en classes sociales :

 Travailleurs rémunérés au taux de salaire naturel.

 Les propriétaires fonciers.

 Les capitalistes.

Le libéralisme économique :

 Pour les classiques, le libéralisme économique est l’Etat idéal et naturellement favorable à l’augmentation des richesses produites.

 Pas d’intervention de l’Etat.

 Aucun obstacle à la circulation de marchandises.

 La « main invisible » selon Adam Smith : Tout individu qui poursuit un intérêt purement individuel, voire égoïste, œuvre pour l’intérêt collectif ou prospérité générale.

 La loi des débouchés ou loi de Say : Les crises générales de surproduction sont impossibles.

 La production créer un montant de revenu distribués (Salariés, Fournisseurs, propriétaires de l’entreprise…) nécessairement égal à cette production.

 Ces revenus donnent lieu à une consommation (Bien de consommation) et à une épargne (investie dans des biens de production) => Les revenus contribuent à une demande de biens.

4. Marx :

 L’exploitation des prolétaires par les capitalistes (qui détiennent la propriété des moyens de production).

 La rémunération de la force de travail est inférieure à la valeur que celle-ci produit : La différence est appelée plus-value et est accaparé par les capitalistes.

 La baisse tendancielle du taux de profit :

 Le taux de profit : p/(c + v) = (p/v) / ((1 + c) / v)

C = Capital content : machines et biens achetés déjà produit.

V

...

Télécharger au format  txt (23.4 Kb)   pdf (215.2 Kb)   docx (19.6 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com