LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les enjeux et limites des TIC

Dissertation : Les enjeux et limites des TIC. Recherche parmi 248 000+ dissertations

Par   •  4 Février 2013  •  Dissertation  •  1 991 Mots (8 Pages)  •  667 Vues

Page 1 sur 8

IV Les enjeux et limites : pourquoi ?

ENJEUX :

- Amélioration des résultats grâce à une diminution des coûts qui sont dues à des économies que l’on peut faire comme l’éco-efficience. Grâce à ces démarches on peut éviter les risques industriels et commerciaux, risque litige/procès.

Le coût de traitement de la production (pollution) est largement supérieur au coût de prévention (ex : mission littorale atlantique).

- Amélioration de l’image et de la réputation au prés des différentes parties prenantes : put accroître les performances commerciale, se différencier des autres, fidéliser le client avoir un argument supplémentaire par rapport aux concurrents (argument de vente supplémentaire).

Il contribue à la performance financière vis à vis des investisseurs, attractivité de l’organisation. Les salariés sont plus impliqués, fiers d’appartenir à l’E.

LIMITES :

- Le « greenwashing » (GE) est une pratique qui vise à apparaître responsable dans son domaine mais sans modifier les décisions réelles de gestion.

- Les PME investissent moins en matière de RSE car cela représente un coût onéreux, elles n’ont pas les moyens financiers, humains, ils préfèrent se concentrer sur leur service générale.

V Comment ? Stratégies et fonctions.

1) Les comportements stratégiques en matière de RSE.

- Des comportements défensifs qui peuvent consister à des stratégies de manipulation ou de déni (toute tentative pour influencer ou contrôler les institutions, ex : lobbying, pression institutionnel).

Les stratégies d’évitements contribuent à déguiser la non conformité par l’élaboration d’une image citoyenne.

- Philanthropie, le mécénat (action humanitaire … )

- Intégration ponctuelle de la RSE dans la stratégie, comme faire attention aux économies d’énergie dans les bureaux (actions minimales).

- Intégrer la RSE dans le cœur de métier, ex : éco-conception jusqu’au SAV. On cherche à minimiser les impacts environnementaux en travaillant sur l’ensemble du cycle de vie du produit.

- Stratégie de compromis, utilisés par les entreprises dont la légitimité est remise en cause car leur activité à des impacts sociaux, environnementaux, santé … et qui sont contraire à l’intérêt général (ex : produit allégé).

- PME et RSE elles se sentent moins concernées mai elles peuvent agir quand elle sont placées dans des relations des sous-traitance de grandes E qui leur impose des codes de bonnes conduites.

2) Le développement durable et les fonctions de l’E.

La finance responsable : ISR.

Le marketing responsable avec :

- marketing éthique : prévenir les débordements du marketing.

- Marketing social, comment utiliser le marketing pour promouvoir des comportements responsables de la part des consommateurs.

La pratique du commerce équitable est une forme d’échange qui tient compte des intérêts des producteurs les plus défavorisé pour rendre les relations Nord/Sud plus justes vis-à-vis des producteurs pauvre (permettent de couvrir leur coût de revient) et ceux à un prix légèrement supérieur aux produits classiques.

L’objectifs est de fournir des produits de qualité issu d’une culture vivrière, équitable vis à vis des producteurs pauvres.

La GRH (Gestion des Ressources Humaines) à l’épreuve de la RSE : pratique de GRH prennent en compte des aspects sociaux et sociétaux (ex : fixer des salaires équitables, honoraire, condition de travail).

Les achats responsables, ex : la chartre des 10 arguments pour des achats responsables. Demandé essentiellement par les OMG pour que ses fournisseurs prennent des engagements de bonnes conduites.

La production raisonnable avec l’éco-conception (ex : Volvic), recyclage, élimination des déchet, remise en l’état des terrains et installations avec les normes ISO 14001 (environnement), ISO 2000 (RSE), SA 2000 (Social).

VI Combien : instrumentation et évaluation.

1) En interne.

Tableau de bord sociaux et environnementaux (tableau de bord prospectif ou balanced scorecard = axe financier… )

Triple bottom live : évaluation des 3P : « projet, people, planet ».

2) En externe.

Agence de notation sociale et environnementale (ex : Vigéo). Critère = droits humains, ressources humaines, environnement, comportement sur les marchés, engagement sociétal.

EC et CAC (annexe 7).

THEME 2 : MANGER AVEC DES TIC.

Dans quelles mesures les TIC contribuent à la création de valeur ou à l’amélioration de la création de valeur pour le déplacement au sein des différentes activités de la chaine de valeur ?

Les TIC sont des technologies qui combinent les moyens de l’informatiques avec ceux d l’électronique et des télécommunications.

I/ TIC et activités principales.

1) Au plan commercial.

Les avantages d’un site internet : c’est un vecteur de notoriété, d’image de culture et le site internet va fournir un service complémentaire, la clientèle peut s’informer sur l’offre sur les lieux d’implantations des magasins, horaires d’ouverture … Cela permet de guider le client pour acheter en magasin (de manière traditionnelle).

Les abonnements en ligne pour le secteur de la presse viennent compléter l’abonnement papier, vecteur d’information complémentaire. Les TIC facilitent les pratiques du Yield management, c’est le système de gestion des capacités disponibles qui a pour objectif l’optimisation du CA (classification en temps réels pour transport, chambre en hôtellerie).

Les réseaux sociaux, les outils marketing : les E utilisent les réseaux sociaux car c’est un outils du CRM (Customer Relationship Management) gestion de la relation client.

Ces TIC créés de la valeur pour le client, car ils

...

Télécharger au format  txt (14.5 Kb)   pdf (151.4 Kb)   docx (15.3 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com