LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les Enjeux Et déterminants De La Mobilité Sociale

Mémoires Gratuits : Les Enjeux Et déterminants De La Mobilité Sociale. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  3 Mars 2012  •  1 316 Mots (6 Pages)  •  2 850 Vues

Page 1 sur 6

Introduction

La mobilité sociale caractérise les sociétés démocratiques. Elle est globalement ascendante sur longue période. Pour l'expliquer, il faut mobiliser des explications à la fois structurelles et liées aux rôles de la famille et de l'école.

Notions essentielles et complémentaires Egalité/inégalités des chances, mobilité/immobilité, reproduction, destinée, recrutement, mobilité structurelle/nette, capital économique/culturel, social.

Mécanismes à savoir expliquer Les différents types de mobilité Les théories de l'inégalité des chances Les différents types de capital et leurs liens réciproques Les tables de mobilité (lecture, interprétation) Les facteurs de la mobilité sociale

I. Mobilité sociale : phénomène et enjeu des sociétés modernes

1. Définition, mesure mobilité sociale et limites des tables de mobilité

Définition mobilité sociale Les sociétés démocratiques modernes se définissent par une hiérarchie de fait et non de droit, autrement dit les statuts sociaux ne sont pas héritées mais acquis. De fait, la mobilité sociale qui se définit comme la capacité d'un individu à changer de position sociale est un phénomène courant. On distingue plusieurs types de mobilité sociale : la mobilité intergénérationnelle se définit comme le changement de position d'un individu par rapport à ses parents, la mobilité intragénérationnelle qui représente le changement de position sociale au cours de l'existence d'un individu.

Mesure de la mobilité sociale Cependant, toute mobilité sociale n'est pas synonyme d'ascension sociale (mobilité ascendante), en effet, la mobilité peut être descendante lorsque l'individu accède à une position sociale inférieure. Pour mesurer le phénomène de mobilité sociale, les chercheurs utilisent des données d'enquête et construisent des tables de mobilité en fonction de la position sociale relative intergénérationnelle, soit à travers des tables de destinée qui montrent le devenir des enfants d'individus appartenant à telle ou telle PCS (par exemple, en 2003, sur 100 fils d'agriculteurs, 22 étaient agriculteurs et 37 étaient ouvriers) soit des tables de recrutement qui montrent l'origine sociale des personnes interrogées (par exemple, en 2003, sur 100 agriculteurs actifs, 88 avaient un père agriculteur et 7 avaient un père cadre). Les données situées dans la diagonale de ces tables symbolisent la réalité de l'immobilité sociale, soit l'hérédité sociale ou l'autorecrutement.

Les limites de la mesure de la mobilité sociale Ces tables ont toutefois des limites dans la mesure où le découpage en PCS est un construit social et reste trop agrégé, ne permettant pas de saisir la mobilité sociale intracatégorielle ; Ensuite, elles sont limitées car les positions sociales des femmes sont rarement mis à l'étude. Enfin elles ne sont en aucun cas le reflet du ressenti des individus liés au contexte particulier dans lequel vit chaque génération. Par exemple, un fils d'instituteur devenu lui-même professeur des écoles aujourd'hui, bien qu'occupant la même position sociale au regard statistique, n'a évidemment pas la même position sociale relative aujourd'hui tant le degré de prestige social attaché à cette profession a changé en quelques décennies, il aurait même subi un déclassement par rapport à son père.

2. Le cas français : quelle mobilité ?

Structure socioprofessionnelle boulversée par la mobilité sociale Concernant le cas de la France, au regard des données de la mobilité sociale, il est d'abord établi qu'une part découle de l'évolution de la structure sociale, en effet, en quelques décennies, la France a connu de profonds changements de la structure socioprofesionnelle en lien avec la tertiairisation des emplois par exemple ou encore avec le phénomène de déversement des emplois. Ainsi, de manière forcée, les enfants issus de parents agriculteurs se sont orientés vers d'autres types de professions et ont donc changé de PCS. Cette mobilité est appelée mobilité structurelle.

Mobilité sociale ascendante De manière générale, le bilan reflète une mobilité sociale globalement ascendante mais aussi marquée par une hérédité sociale forte et lorsqu'il y a mobilité, elle a lieu sur des « trajets courts », autrement dit les enfants se retrouvent dans des PCS proches socialement de leurs parents.

II. Quels déterminants de la mobilité sociale ?

1. Les facteurs structurels

Ces facteurs renvoient à la question de la fécondité différentielle entre groupes sociaux et permet d'expliquer que les catégories sociales qui ont un plus haut taux de

...

Télécharger au format  txt (9.2 Kb)   pdf (106.1 Kb)   docx (11.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com