LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Correction de la dissertation: Des faibles taux d’intérêt sont-ils une condition de la croissance économique ?

Note de Recherches : Correction de la dissertation: Des faibles taux d’intérêt sont-ils une condition de la croissance économique ?. Recherche parmi 250 000+ dissertations

Par   •  16 Mars 2014  •  1 563 Mots (7 Pages)  •  325 Vues

Page 1 sur 7

Correction de la dissertation

« Des faibles taux d’intérêt sont ils une condition de la croissance économique ? »

En mars 2003, d’après le document 2, la BCE a baissé son principal taux directeur d’un quart de point. A cette époque les risques de conflit en Irak pesaient sur le climat économique. Cette baisse du taux d’intérêt avait pour but de « doper » l’activité économique. La BCE a cherché à jouer sur la psychologie des agents économiques, en particulier à améliorer leurs anticipations dont on connaît l’importance sur le climat économique et donc sur la croissance. De la même façon, face à la crise financière de l’automne 2008 les banques centrales ont baissé fortement leur taux d’intérêt dans le but de limiter le recul de la croissance. Le taux d’intérêt est la rémunération du préteur. On raisonne en général en taux réel c'est-à-dire déflaté. C’est la banque centrale qui fixe les taux directeurs auquel elle refinance les banques qui elles même accordent des crédits aux agents économiques. D’autre part les taux d’intérêt à long terme sont fixés par les prêteurs en fonction du risque que présente l’emprunteur. On peut se demander quelle est la relation entre le niveau des taux d’intérêt et la croissance économique ? En théorie une baisse des taux d’intérêt doit favoriser la croissance économique mais on peut se demander si cette baisse est suffisante. Dans une première partie on verra comment un faible niveau des taux d’intérêt est une condition de la croissance économique puis dans une seconde partie on en quoi ce n’est pas une condition suffisante.

Un faible niveau des taux d’intérêt permet, en principe, de stimuler l’investissement (A) et la consommation des ménages (B).

La relation entre taux d’intérêt et investissement passe tout d’abord par la notion de profitabilité. Comme le montre le document 4 la profitabilité est la différence entre la rentabilité et le taux d’intérêt. La rentabilité d’un investissement est le rapport entre le profit généré par l’investissement et le montant de celui-ci. On distingue la rentabilité économique (EBE/K) et la rentabilité financière (EBE-Frais financier/Capitaux propres). Lorsqu’une entreprise dispose d’une épargne elle a le choix entre consacrer celle-ci au financement de ses investissements et réaliser des placements financiers. Dans ce cas le taux d’intérêt va déterminer la rémunération de ce placement. Lorsque les entreprises ne disposent pas d’une épargne et doivent financer leurs investissements par des emprunts, le taux d’intérêt constitue alors le cout de cet emprunt. Dans les 2 cas les entreprises comparent la rentabilité attendue de l’investissement et le taux d’intérêt. La différence entre les 2 est la profitabilité. Plus celle-ci est élevée, plus les entreprises sont incitées à investir. A rentabilité égale une baisse des taux améliore la profitabilité et donc l’investissement. La baisse des taux d’intérêt incite également les entreprises à s’endetter en faisant jouer l’effet de levier. Celui-ci se définit par le fait que l’augmentation de l’endettement permet d’augmenter la rentabilité financière des investissements. Celui-ci est favorable à la croissance à court terme, car il est une composante de la demande de biens et service et à long terme car il permet d’accroitre le stock de capital fixe. On constate sur le document 4 que la profitabilité était élevée dans les années 70. Elle a diminué à cause d’une augmentation des taux d’intérêt et d’une baisse de la rentabilité jusqu’au milieu des années 80. A partir de cette date elle remonte, dans un premier temps grâce à une augmentation de la rentabilité puis dans un second temps, grâce à une baisse des taux. On peut observer les effets d’une augmentation d’un point des taux d’intérêt sur l’investissement dans le document 1. Dans toutes les économies européennes cela entraine une baisse de l’investissement des entreprises. Par exemple, en France cette hausse diminue l’investissement de 0,7 %la première année, de 1,1 % la seconde et de 0,9 % la troisième. Concernant les ménages il faut rappeler que de faibles taux d’intérêt jouent favorablement sur leurs investissements en logement. Ce recul de l’investissement observé dans le document 1 s’ajoute à celui de la consommation des ménages pour entrainer un recul du PIB. .

Ainsi des taux d’intérêt faibles stimulent aussi la consommation des ménages. Pour les ménages le taux d’intérêt déterminent la rémunération de leur épargne financière. Or l’épargne est une des 2 utilisations du revenu disponible. L’autre est la consommation. Les ménages doivent arbitrer entre l’épargne et la consommation. Pour les néoclassiques il s’agit d’un arbitrage entre une consommation future (l’épargne) et une consommation présente. Le taux d’intérêt représente la rémunération du sacrifice de la consommation présente en faveur de la consommation

...

Télécharger au format  txt (10.2 Kb)   pdf (107.6 Kb)   docx (10.9 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com