LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Etude marché de l'horlogerie de luxe

Analyse sectorielle : Etude marché de l'horlogerie de luxe. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  5 Novembre 2017  •  Analyse sectorielle  •  3 852 Mots (16 Pages)  •  605 Vues

Page 1 sur 16

[pic 1]

[pic 2]


Sommaire :

  1. Présentation du secteur d’activité, du produit retenu et du marché
  1. Nature du produit
  2. Historique
  3. Processus de fabrication et de différentiation

  1. La demande
  1. Aspects quantitatifs
  2. Aspects qualitatifs
  1. L’analyse du mix marketing global
  1. Politique de produit
  2. Politique de prix
  3. Politique de distribution
  4. Politique de communication
  1. L’offre
  1. Différents acteurs du marché
  2. Stratégies des principaux acteurs
  3. Parts de marché
  4. Analyse PORTER
  1. Elaboration du diagnostic externe
  1. Conclusion
  1. Annexes
  1. Sources
  1. Présentation du secteur d’activité, du produit retenu et du marché
  1. Nature du produit

De nos jours, pratiquement toutes les personnes, autant les hommes que les femmes, possèdent et portent une montre. Une montre est un instrument de mesure du temps, elle se porte sur soi, et sert à connaître l’heure. Une montre diffère d’une horloge, d’une pendule ou de tout autre instrument de mesure du temps par le fait qu’elle peut être emportée lors de déplacements sans que son fonctionnement en soit altéré. Sa fonction première étant de définir l’heure, les montres sont désormais devenues de vrais bijoux. C’est pourquoi, bien plus qu’un phénomène de mode, les montres durent dans le temps.

  1. Historique

Etymologiquement, le terme « montre » provient de la combinaison de ces deux définitions :

  • « Boîte vitrée dans laquelle les orfèvres et les bijoutiers mettent leurs marchandises, afin qu'on les voit sans pouvoir y toucher. »
  • « Platine qui indique les heures dans une horloge. Les horloges dans les églises avaient des montres dedans et dehors. » (Aujourd’hui, l’objet que désigne cette deuxième définition est le cadran).

Si l’on remonte dans l’histoire, les premières montres minuscules apparaissent au XVIe siècle. D’abord, il y a eu les montres goussets, puis la révolution des montres bracelets, inventées dans le but de pouvoir se déplacer avec l’heure.  

Les montres goussets ou montres de poches étaient jusqu’au début du XXe siècle, le modèle de montre le plus répandu. Elles portaient ce nom, car le gousset était le nom de la petite poche du gilet prévu à cet usage. Elles étaient attachées au gilet par une chaîne ou un ruban. Pour ce qu’il en est de leurs formes : elles étaient généralement pourvues d’un couvercle, le remontoir et la molette de réglage d’heure se trouvaient à douze heures, dans l’anneau. A cette époque, les hommes portaient ce genre de montres, tandis que les montres bracelets étaient essentiellement destinées à la clientèle féminine.

Les montres bracelets apparaissent vers le XVIe siècle lorsque le comte de Leicester offre un bracelet muni d'une petite montre à la reine Élisabeth. Durant le XVIIe et le XVIIIe siècle, de nombreux artisans se mettent à créer des montres bracelets, en petites quantités, sur commande, pour une personne. C’est seulement vers le XIXe siècle que la production en série de ces fameux bijoux commence. Une montre-bracelet de fortune s'obtient en fixant au poignet leurs montres de gousset par des anses soudées à douze heures et à six heures, ou par fixation du boîtier sur un « berceau » métallique fabriqué spécialement, à un bracelet en cuir ou en tissu muni d'un fermoir ou d'une boucle. Cette transformation permettait à l'utilisateur de consulter son garde-temps d'une manière plus rapide et plus pratique, tout en le rendant moins vulnérable aux chocs ou aux chutes. Le remontoir et la molette de réglage commencèrent à être placés latéralement à 3 heures.

 Elles seront d’abord utilisées principalement comme équipement militaire, notamment au cours des guerres. On notera que jadis, il était très courant de porter sa montre au poignet droit, or aujourd’hui, elle se porte au poignet gauche.

Apparaît aussi à la même époque, pour la clientèle féminine, des montres-pendentifs, de taille plus réduite, que l'on suspendait au cou à l'aide d'une chaîne ou d'un ruban. C’est ce qu’on appelle un « sautoir ». C'était plus un bijou qu'un objet fonctionnel : il était en effet peu commode pour celle qui la porte d'y lire l'heure.

Désormais, il existe aussi la montre connectée qui est une grande tendance, reliée à un smartphone, elle a les mêmes capacités que ce dernier : envoyer un message, appeler… Même si cette fonctionnalité n’est pas encore très rependue dans le domaine du luxe.

  1. Processus de fabrication et de différentiation

La montre a donc parcouru les ères et ne cesse d’évoluer dans son processus de fabrication et de différenciation. Elle devient beaucoup plus qu’un outil pour lire l’heure, car en augmentant ses améliorations en termes de processus et aussi en termes de design, elle devient un bijou apprécié de tous.

D’ailleurs, dans le domaine des montres de luxe, sont apparues dans un premier temps, les montres à mouvement automatique, puis les montres à pile ; aujourd'hui, il existe les montres électroniques.

En effet, en fonction de la mode, de nouveaux matériaux et de nouvelles matières, toujours plus nobles, sont utilisées pour créer de nouveaux styles, de nouveaux bijoux.

  1. La demande
  1. Aspects quantitatifs

En termes d’aspects quantitatifs, concernant les ventes, il y a une forte tendance à la hausse avec une progression de 23% de 2010 à 2011.

...

Télécharger au format  txt (28 Kb)   pdf (1.2 Mb)   docx (1 Mb)  
Voir 15 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com