LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Pourquoi enquêter sur les pauvres du Centre Pompidou

Analyse sectorielle : Pourquoi enquêter sur les pauvres du Centre Pompidou. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  16 Décembre 2013  •  Analyse sectorielle  •  1 458 Mots (6 Pages)  •  215 Vues

Page 1 sur 6

INTERVIEW Parmi les habitués de la BPI, des SDF blogueurs, un ex-universitaire obligé de manger les restes de la cafét’ et de nombreux amis de Pôle emploi. Les sociologues Serge Paugam et Camila Giorgetti leur consacrent un livre.

qui-sont-les-sdf-de-la-bpi « Nous nous sommes fondus dans l’espace des lecteurs, sans préciser qu’on faisait une enquête »

Depuis des années, SDF et déshérités en tout genre viennent se poser à la bibliothèque du centre Pompidou. Streetpress vous avait raconté le quotidien de ces mecs venus mater la télévision, écouter de la musique, lire ou même dormir. Des habitués pour la plupart. Les sociologues Serge Paugam et Camila Giorgetti leur consacrent une enquête : « Des pauvres à la bibliothèque. Enquête au Centre Pompidou ».

Paris 14ème - Après avoir traversé les couloirs du labyrinthe du campus de l’Ecole normale supérieur, l’auteur nous accueille dans son bureau. La pièce exiguë croule sous les ouvrages de sciences humaines. Polo gris et cheveux au diapason, l’homme se veut calme et sérieux. Un demi-sourire perce tout de même sur son visage à notre arrivée. Même si l’entretien n’est pas ponctué d’éclats de rire – loin s’en faut- l’échange est agréable et précis. Il prend soin de répondre minutieusement à chacune de nos questions en parlant lentement afin d’être le plus clair possible.

Pourquoi enquêter sur les pauvres du Centre Pompidou ?

Il y a eu un appel d’offres parce que les responsables de la bibliothèque constataient un nombre important de personnes en difficulté dans l’établissement. Plusieurs enquêtes par questionnaire avaient été effectuées mais il n’y avait pas assez d’éléments pour comprendre les véritables raisons de la fréquentation et des usages de cette bibliothèque par les plus défavorisés. Avant de faire cette enquête, j’avais déjà réalisé des recherches sur la précarité et la pauvreté. J’avais mené des études en interrogeant les personnes en difficulté qui s’adressaient à des services d’actions sociales, comme les allocataires du RMI. Ici, on a quitté cet espace où les pauvres étaient aidés, pour analyser leurs usages au sein d’un espace public : le Centre Pompidou.

Ici, on a quitté cet espace où les pauvres étaient aidés, pour analyser leurs usages au sein d’un espace public : le Centre Pompidou.

Concrètement, vous avez bossé comment ?

Quand on enquête dans un espace comme la BPI (Bibliothèque publique d’information) avec ses trois étages, on peut se demander si on ne va pas passer à côté de l’objet d’étude. Nous étions donc prudents et très attentif à multiplier les approches, de façon à bien cerner le phénomène de pauvreté et de précarité. On a tout de suite privilégié l’observation participante qui consiste à observer la vie sociale tout en y participant. Nous nous sommes fondus dans l’espace des lecteurs, sans préciser qu’on faisait une enquête et qu’on était des sociologues. On a pu ainsi observer des interactions entre les usagers et repérer ceux qui étaient en difficulté. Quand vous entrez la première fois à la BPI, vous êtes tout de suite frappés par les personnes en grande détresse. On les reconnait par leurs vêtements sales ou déchirés, en train de porter des sacs plastiques avec toutes leurs affaires à l’intérieur. Vous allez certainement vous dire: “Il n’y a aucun doute, ce sont les pauvres !”. Mais la question est de savoir quelles sont les autres franges des populations pauvres qui n’apparaissent pas de façon aussi visible, à un observateur ou un usager ordinaire. Dans un second temps nous avons mené des entretiens approfondis. Pour ces derniers, les usagers interrogés savaient qu’ils étaient interviewés par des sociologues.

Dans le livre, vous déclarez « enquêter auprès de personnes qui veulent passer inaperçues ». Comment s’est passée l’approche ?

C’est toute la difficulté ! Comment atteindre des personnes qui sont en situation difficile mais qui ne veulent pas le montrer ? Elles tiennent encore à leur statut social, à leur identité et ne veulent pas admettre que cette pauvreté devient visible pour tout le monde. Pour cela elles vont tout faire pour ne pas montrer des signes de dénuements dans l’habillement. Elles font tout pour passer inaperçues. Elles vont être respectueuses du règlement et vont se mettre dans la peau d’un usager le plus ordinaire possible. On peut les repérer grâce aux types d’usages et de services qu’elles viennent chercher à la bibliothèque. Par exemple, beaucoup fréquentent l’espace d’auto-formation car il donne gratuitement accès à de nombreuses bases d’apprentissage de la lecture ou d’une langue étrangère. On a aussi observé que des personnes

...

Télécharger au format  txt (9.3 Kb)   pdf (106.1 Kb)   docx (11.9 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com