LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse de pratique sur une injection retard de risperdal

Dissertations Gratuits : Analyse de pratique sur une injection retard de risperdal. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  13 Octobre 2012  •  1 656 Mots (7 Pages)  •  1 134 Vues

Page 1 sur 7

INJECTION RETARD DE RISPERDAL CONSTA LP 50MG/2ML

L'analyse de pratique que je vais présenter se déroule en service de réhabilitation dans le secteur de la santé mentale ce qui me permet de mettre en œuvre les connaissances en lien avec l'unité d'enseignement 1.1 S1 et S2 apportées lors des cours dispensés à l'IFSI. Elle porte sur une injection retard qui a été prescrite pour une meilleure observance du traitement du fait qu'elle se fait toute les 2 semaines.

Le choix du soin :

J'ai choisi ce soin qui est régit par l'article R. 4311-7 décret 2004-802 du 29/07/2004 qui est un soin en application d'une prescription médicale et 4311-5 rôle propre de l'IDE et article 4311-6(actes dans le domaine de la santé mentale).

Le contexte de soin :

L'unité est une unité d'appartements thérapeutiques qui a pour objectif la réhabilitation et la réinsertion sociale de patients , pour des durées limitées et nécessitant une présence importante sinon continue des personnels soignants. Ces structures sont régies par l'arrêté du 14 mars 1986 relatifs aux équipements et services de lutte contre les maladies mentales, comportant ou non des possibilités d'hébergements ainsi que par la circulaire du 14 mars 1990(J.O du 3 avril 1990) relative aux orientations de la politique de santé mentale. Les problèmes psychologiques principaux rencontrés sont des psychoses à type de schizophrénie et maniaco dépressive, des névroses et aussi des conduites addictives. L'injection se fera en salle de soins .

Locaux et matériels :

Chambres individuelles avec salle de bain et douche ou studio avec cuisine, cuisine et salle à manger commune, salon avec télévision, un bureau infirmier, un bureau cadre servant aussi au entretien avec le médecin , une maison communautaire où vivent 3 patients dont monsieur M

avec visites régulières du personnel soignant.

Présents dans le service : 2 infirmières, 1 cadre de santé. L'infirmier travaille au maintien du lien avec l'extérieur dans l'aide à la gestion du quotidien à l'intérieur de l'appartement, par l'accompagnement dans les démarches administratives, par l'intégration dans l'environnement immédiat(voisinage, commerces, vie associative), et par la restauration des liens familiaux.

Présentation :

Je prends en charge un patient qui vit en maison communautaire. Monsieur M , 59 ans est un patient souffrant de schizophrénie stabilisée(état mental caractérisé par une désorganisation progressive de la pensée entraînant une incohérence des conduites des sujets) en lien avec unité 2.6S2 processus psychopathologiques compétence 4 mise en œuvre des actions à visées thérapeutique et diagnostique. Il reste malgré tout un apragmatisme et des troubles cognitifs de type attentionnels et exécutifs ainsi qu'une lenteur d'apprentissage et une réduction de fluence verbale. La maladie a été déclenchée après un grave accident du travail avec séquelles motrices et dyskinésies faciales traitées par injection de toxine botulique majorée par des algies de la face côté droit.

Monsieur M , hormis son injection de risperdal consta LP est aussi traité par :

Cymbalta 60 mg/ 2 cp le matin ->antidépresseur.

Abylify 10 mg / 1cp le matin->neuroleptique.

Parkinane 10 mg / 1 cp le matin->antiparkinsonien à visée correcteur pour les dyskinésies.

Il va chercher son traitement seul à la pharmacie et prépare son traitement une fois par semaine avec surveillance d'une infirmière, ce qui lui donne une autonomie.

Le risperdal consta lp est un neuroleptique avec des propriétés antipsychotique. Il est utilisé dans le traitement de la schizophrénie.

Effets indésirables: insomnie, anxiété, dépression, irritabilité, céphalées, syndrome parkinsonien, tremblements, faiblesse musculaire, prise de poids, somnolence. Surveillance accrue par rapport aux signes du syndrome malin des neuroleptiques(hyperthermie inexpliquée, raideur musculaire, sudation excessive et/ou état de conscience diminué). Un ECG sera également réalisé en début de traitement pour une recherche d'un allongement du QT (tachychardie ventriculaire) en lien avec l'unité d'enseignement 2.11S1 et S3 pharmacologie et thérapeutiques compétence 4

L'injection du risperdal doit être faite en intra -musculaire dans le muscle fessier ou dans le deltoïde au choix du patient. L'injection intramusculaire (IM) est l'administration dans un muscle d'un produit médicamenteux présenté sous forme injectable. Nécessité d'une absorption et donc une action rapide : la résorption est rapide à cause de la vascularisation importante des muscles.  

Avant l'injection il faut s'assurer de l'identité du patient ainsi que de la concordance de la prescription médicale et les dates de péremption. Il faut aussi prendre les constantes d'une part parce que si la tension est basse ou si il y a hyperthermie l'injection ne sera pas faite(hypotension avec augmentation de somnolence et syndrome malin des neuroleptiques). Cette prise de constantes est aussi faite dans un but d'économie car le produit coûte cher (180,40euros)si il est préparé avant il sera jeté. lien avec unité d'enseignement 1.2S2 Santé publique et économie de la santé

Monsieur M a son injection une fois tous les 15 jours. Aujourd'hui vendredi 8 juin , il arrive à la structure à 9h30 .Le produit a été sorti du réfrigérateur (endroit où il est conservé entre 2° et 8° dans son emballage)une

...

Télécharger au format  txt (10.8 Kb)   pdf (120.6 Kb)   docx (12.7 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com