LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse de stage

Rapport de stage : Analyse de stage. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  22 Juin 2019  •  Rapport de stage  •  928 Mots (4 Pages)  •  211 Vues

Page 1 sur 4

OCCELLI-PROTET Manon                                                                  ESI 3 ème année

                                                                                        

SITUATION D’ANALYSE : stage n°10 aux Urgences Pédiatriques au CHRU de Besançon n°1

I – Situation (phase descriptive) :

J’effectue mon stage pré pro aux urgences Pédiatriques au CHRU de Besançon, qui se compose de 3 box de chirurgie, 3 box de médecine, 4 chambres d’UHCD, 2 attentes couchées, une salle de jeux, 2 salles d’attentes, une vue et une non vue. J'ai des horaires de matins et de soirs. Le matin, il y a 2 infirmières avec une auxiliaire de puéricultrice et l’après-midi, il y a 3 infirmières avec 2 auxiliaires de puéricultrice.

Lors de ma deuxième semaine de stage, aux alentours de 12h, l’interne vient me voir pour me demander de poser une voie au box 1, à la petite Leana, 2 mois qui vient pour des douleurs abdominales et déshydratation. Je préviens l’infirmière, et je vais préparer le matériel. En préparant le plateau avec la puéricultrice pour réaliser la prise de sang, je me demande comment fait-on pour prévenir la douleur liée à ce soin chez un enfant de moins de trois mois. Je savais que chez les plus grands il était possible de mettre des patchs EMLA qui anesthésient la peau afin que la piqûre soit moins voire pas du tout douloureuse mais qu’il ne fallait pas en mettre chez un nouveau prématuré car des effets secondaires peuvent apparaître (comme la méthémoglobinémie). Une fois le matériel préparé je vais avec la puéricultrice pour voir comment elle procède. Tout d’abord, elle explique et demande à la mère d’allonger sa petite sur le brancard et me demande si je peux lui donner du saccharose (concentration 24%) qu’il y a dans la seringue 2ml dans le plateau et lui en mettre sa tétine afin qu’il tète le glucose, ce que je fais.  Avant de commencer le soin, l’infirmière s’assure que le nouveau tète bien puis pique et rempli le tube nécessaire au bilan sanguin.

II - Etonnements (phase de questionnement) :

J’ai été étonné car Léana n’a pas pleuré et n’a pas bougé lors de la piqûre. Je me suis alors demandé comment le glucose associé à la succion d’une tétine peut-il rendre un soin moins douloureux chez le nouveau-né ?

III- Compréhension (phase d’analyse)

La douleur est une impression anormale et pénible reçue par une partie vivante et perçue par le cerveau. C’est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel ou décrit en termes d’un tel dommage. Au minimum, elle inquiète, elle déstabilise, elle produit de la détresse, au pire, elle est franchement délétère, aggravant morbidité et mortalité. La possibilité d’éprouver de la douleur est une faculté innée, inhérente à la vie, dès la naissance, même très prématurée : les signes comportementaux sont des équivalents de la communication verbale pendant toute la petite enfance, et à tout âge en cas de déficience cognitive.

...

Télécharger au format  txt (5 Kb)   pdf (68.9 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com