LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Traité Sur Dr Jekyll Et Mr Hyde

Compte Rendu : Traité Sur Dr Jekyll Et Mr Hyde. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  16 Octobre 2013  •  3 807 Mots (16 Pages)  •  1 318 Vues

Page 1 sur 16

Un avoué, dont le Docteur Jekyll est à la fois l’ami et le client, s’interroge sur le testament de ce dernier, fait en faveur d’un certain Hyde... qu’il a par hasard rencontré au moment où il agressait une fillette ! Etonné que son ami puisse envisager de léguer tous ses biens à ce personnage inquiétant et malfaisant, il décide d’enquêter...

Il est toujours intéressant, dans le cas de romans qui sont devenus de véritables mythes, de se plonger dans le texte d’origine. On découvre alors souvent que l’idée qu’on s’en faisait, ou que l’image que le cinéma a popularisée, est finalement assez éloignée de celle de l’auteur !

C’est le cas ici. L’histoire du Docteur Jekyll et de Mister Hyde, qui a été adaptée de nombreuses fois au cinéma, nous a souvent montré un Hyde monstrueux, grand et fort, par opposition à un Jekyll souvent timide, effacé et malingre. Des films tels que La Ligue des Gentlemen Extarordinaires ou encore Van Helsing (qui ne sont certes pas des références, mais bon ...) nous ont même montré récemment un Hyde aussi musclé et puissant qu’un Hulk ! Alors que dans le roman de Robert Louis Stevenson, Hyde possède certes une vitalité que son double lui envie, mais il est aussi décrit comme de très petite taille...

Pour ce qui est du style, le roman se lit facilement. Stevenson, même s’il n’est pas un spécialiste du genre, a parfaitement compris les mécanismes de l’horreur et délibérément choisi de s’en remettre à l’imagination du lecteur, en ne lui fournissant aucune description des scènes les plus dures, mais seulement quelques détails. Attention : il ne s’agit pas pour autant d’un roman fantastique qui aurait été allégé pour les jeunes lecteurs. Même si Stevenson a connu la célébrité avec L’Île au Trésor, devenu un des classiques de la littérature pour la jeunesse, L’Etrange Cas du Docteur Jekyll et de Mister Hyde, avec ses nombreux sous-entendus aux perversions sexuelles du double personnage, n’était certainement pas destiné, dans l’Angleterre victorienne de 1886, à un jeune public !

Oui, ça aussi on a eu tendance à l’oublier et à l’occulter ... mais la motivation première des recherches du Docteur Jekyll se trouve dans ses pulsions sexuelles inavouables (on n’en saura pas plus et on ne peut qu’essayer de deviner ...), Hyde devenant pour lui un moyen de s’en libérer et de réaliser ses fantasmes tout en gardant bonne conscience ... jusqu’à un certain point.

Stevenson fait preuve d’une assez belle intuition, lorsqu’il écrit " L’homme (...) n’est pas un être unique mais un être double, je dis double parce que ma propre connaissance ne va pas au delà de ce point (...) et je puis déjà prévoir que l’on finira par reconnaître que la nature humaine est multiple, faite d’une véritable réunion d’individus indépendants et sans rapports les uns avec les autres." Mais il faudra encore une bonne trentaine d’années à Freud pour formuler sa théorie du Moi, du Surmoi et du Ca...

Cela dit, il n’a pas besoin d’être docteur en psychologie pour comprendre que différentes forces interviennent dans l’esprit d’un homme... notamment celles qui lui sont imposées par la civilisation et qui s’opposent aux instincts les plus primitifs provenant de nos origines animales ! Plus près de nous, George Lucas n’a rien fait d’autre que s’approprier ce même thème en imaginant que ceux qui ont la faculté de maîtriser la Force pouvaient rester du côté lumineux, ou basculer du côté obscur ...

Mais Stevenson, le premier, a l’idée de pousser le raisonnement jusqu’au bout, au delà du dédoublement de personnalité, jusqu’à l’idée du dédoublement de l’individu ! C’est ainsi qu’il a imaginé Mr Hyde, qui est davantage un monstre "psychologique" ne connaissant aucune barrière, aucun tabou et doté d’une capacité à faire le mal apparemment sans limites, qu’un monstre sur le plan physique, même si à l’évidence sa personnalité se reflète sur son apparence : regard mauvais, des mains "décharnées,noueuses, grossières’, un système pileux très développé... une description qui pourrait évoquer un homme de néanderthal. En filigrane, on retrouve aussi dans le roman de Stevenson une critique (mais guère virulente) de la société victorienne et des apparences de respectabilité qui doivent obligatoirement être sauvegardées... mais ceci pourrait s’appliquer à n’importe laquelle de nos sociétés modernes !

Il y aurait encore beaucoup à dire sur les adaptations, plus ou moins fidèles, qu’il s’agisse de cinéma, de série télévisée (il y en a eu une récemment) ou ... de comics, car Hyde existe également dans l’univers Marvel ! Mais Jekyll et Hyde, c’est beaucoup plus qu’un roman, beaucoup que des adaptations. Cela dépasse largement la cadre d’un roman ordinaire, ou même d’un roman extraordinaire ! Car Stevenson a réussi ce que très peu d’écrivains ont réussi : il a créé un mythe.

Stevenson s'inspire du thème du double, du « Doppelgänger » cher aux Romantiques allemands, en l'associant à la notion d'inconscient. Par ailleurs, la question de la responsabilité de l'homme face au mal rejoint aussi une réflexion religieuse et philosophique beaucoup plus ancienne et toujours d'actualité, ce qui explique sans doute en partie la popularité de cette œuvre depuis un siècle et demi. Le docteur Jekyll de Stevenson est conscient de son combat intérieur entre le bien et le mal et tente de les séparer. Chez lui, le mal se manifeste essentiellement en actions violentes et irraisonnées sur des enfants ou des vieillards, mais il est clair que Stevenson dénonce l’hypocrisie de la société victorienne de son époque: la dépravation de la classe aisée, derrière une façade de respectabilité et de convenances strictes. Il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec le roman Le portrait de Dorian Gray qu'Oscar Wilde écrit pratiquement à la même époque. Comme chez le docteur Jekyll, le mal et le bien cohabitent dans le même individu mais parviennent à être isolés, afin de sauvegarder les apparences.

La psychologie des personnages

Dr Jekyll et M. Hyde sont peut-être un des exemples les plus célèbres de littérature 'des doubles' ou 'le double', dans qui un individu est ou divisé dans deux ou plus personnalités contrastantes, ou hanté par une figure 'fantôme' qui peut ou ne peut pas être une partie réprimée ou renoncée de lui. Le roman peut être lu d'un certain nombre de façons et je voudrais que nous nous concentrions sur deux d'entre ceux-ci particulièrement psychologiques (et psychobiographical)

...

Télécharger au format  txt (24 Kb)   pdf (217.3 Kb)   docx (18.1 Kb)  
Voir 15 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com