LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Dissertation

Dissertation : Dissertation. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  8 Décembre 2015  •  Dissertation  •  688 Mots (3 Pages)  •  819 Vues

Page 1 sur 3

Philosophie de L’être Humain

340-102-MQ gr : 01

Tomy Seymour

Dissertation accompagnatrice (12%)

Travail présenté

à

M. Samuel Forget

Cégep Régional de Lanaudière à Joliette

Date de remise : Mardi 24 novembre 2015

[pic 1]

La nature de l’homme

Plusieurs sont ceux qui se sont déjà questionnés au sujet de l’homme tel quel. Tous ceux qui y ont clairement réfléchi n’ont pu obtenir des conclusions similaires, car celle-ci est une hypothèse méthodologique. Certains pensent que l’homme est égoïste et violent tandis que d’autres supposent qu’il est naturellement bon. On peut alors se demander si l’homme à l’état de nature est bon ou mauvais? Afin de bien répondre à la question précédente, il faut d’abord analyser le sujet avec la théorie de Jean-Jacques Rousseau et de Sigmund Freud

  • Lhomme en société
  • Lhomme naturel

Tout d’abord,

Jean-Jacques Rousseau affirme que l’homme, tel que l’a formé la nature, n’est pas celui qui aurait existé au début de l’humanité. La société va changer l’homme de façon néfaste et le transformera pour le pire en y acquérant plus de vices que de vertus.  L’homme en société est égoïste et individualiste, car il recherche que son intérêt, son plaisir et sa satisfaction personnelle. Il est adepte des artifices et du paraître plutôt que de l’être. Il arrête de montrer sa vérité intérieur et porte plus attention à son apparence, car dans la société, pour être quelqu’un, il faut faire semblant de posséder les qualités qui attire la considération des autres. L’homme devient esclave, opprimé et exploité. Le pouvoir et les privilèges des riches protégés par la loi vont créer une source d’inégalité qui va s’installer parmi les hommes.

D’un autre part, l’homme naturel est ni bon, ni mauvais est solitaire, non social et vit un état d’isolement, donc il ne connait pas la dépendance ni la servitude. Il fait preuve d’amour de soi et il est capable de pitié, afin d’assurer son bien-être et d’aider ceux qui souffre sans être égoïste. L’homme est libre et possède la puissance de vouloir et de choisir, donc c’est la liberté qui définit essentiellement l’homme naturel selon Rousseau. Celui-ci est vertueux par une bonne éducation. Il est égal et possède un amour du genre humain, du bien commun ainsi que de la justice.

Ensuite,

Sigmund Freud affirme que l’homme naturel est méchant et violent de nature, mais le contexte social (société) l’oblige à ne pas l’être. C’est un être de pulsions et de désirs davantage régi par l’inconscient (le Ça) que par la raison. La nature humaine est pulsionnelle inconsciente et l’homme est un être de désirs. L’homme fondamental n’est pas un sujet libre, autonome, maitre de lui-même et de ses gestes, car il agit en fonction de son inconscient. De plus, L’homme idéal selon Freud est celui qui réussit à maîtriser ses pulsions par la volonté et la raison (le Moi) ayant été appuyée par le Sur-Moi dans leur tâche de contenir les pulsions.

...

Télécharger au format  txt (4.5 Kb)   pdf (182.1 Kb)   docx (19.4 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com