LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Une politique de relance est-elle aujourd'hui souhaitable en France ?

Dissertation : Une politique de relance est-elle aujourd'hui souhaitable en France ?. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  15 Janvier 2016  •  Dissertation  •  1 815 Mots (8 Pages)  •  3 832 Vues

Page 1 sur 8

Dissertation
Une politique de relance est-elle aujourd'hui souhaitable en France ?

introduction

        La politique budgétaire, qui est une politique économique  qui consiste a utiliser certains instruments du budget de l’État (dépenses publique, prélèvements obligatoires) pour influer sur la conjoncture économique. Constitue, avec la politique monétaire,qui, elle,vise à influer sur l'évolution de la masse monétaire et celle des taux d’intérêt et donc, par ce biais, à agir sur l'inflation, la croissance et l'emploi, font partis des principaux leviers de la politique économique de l'Etat.

Elle consiste a utiliser certains instruments budgétaire (dépenses publiques, endettement publique, prélèvements fiscaux) pour influer sur la conjoncture économique.
Jusqu'à la crise des années 1930, la gestion des finances publiques a eu pour principal objectif d'assurer le financement des services publics. Le volume des dépenses de l'Etat n'était alors pas considéré comme une variable susceptible d'influencer le niveau d'activité de l'économie.
L'analyse de l'économiste britannique John Maynard Keynes a modifié cette conception en soulignant l'impact de la politique budgétaire sur le niveau d'activité économique d'un pays.

Par conséquent, la plupart des pays développés on mené, depuis les années 1930, des politiques de relance budgétaire (politique économique conjoncturelle qui a pour but de relancer l'économie d'un pays ou d'une zone monétaire lorsque ces capacités de production sont sous-utilisées. La finalité est de favorisé la croissance pour lutter contre le chômage.) lors des périodes de récession ou de moindre croissance.
A compter de la crise consécutive au choc pétrolier de 1973, les théoriciens néoclassiques ont cependant souligné les limites de la politique budgétaire et, notamment, les effets néfastes des déficit et de la dette publique.

En conséquence de la crise des subprimes en 2007 est survenue une crise mondiale en 2008, depuis la France dirige une politique d'austérité ou politique restrictive qui vise a réduire la demande globale.

Comment marche une politique de relance ? De quels outils se servent-ils ? Quels en sont les conséquences avec l'Union Européenne ? Comment le mécanisme est-il coordonné ?
En France, est-il souhaitable d'établir une politique de relance ?

Dans une première partie la nécessité d'une politique de relance sera démontré, mais dans un second temps les limites de cette politique seront exposées.

Document

utilisé I-

I- une politique de relance souhaitable

II- Les limites de cette politique

Document

utilisé II-

  • a) doc 1 (en lien avec le 3)

doc 2

  • a) Définition politique de relance :

→ budgétaire expansionniste

→ monétaire expansionniste

Complété le mécanisme

a) Europe :

→ déficit

→ dette

Maastricht → 3 % PIB ; 60 % déficit (1992)

a) doc 2

doc 3 en lien avec le doc 1 et 5

doc 4

b) doc 2

  • b) carré magique de Kaldor

b) coordonnée le mécanisme

        I- Une politique de relance souhaitable

Une politique de relance est politique économique conjoncturelle qui a pour but de relancer l'économie d'un pays ou d'une zone monétaire lorsque ces capacités de production sont sous-utilisées. La finalité est de favorisé la croissance pour lutter contre le chômage. Il y a alors deux façons de procéder :
La politique budgétaire expansionniste qui consiste à utiliser certains instrument de l'Etat (dépenses publiques, prélèvements obligatoires) pour influer sur la conjoncture économique. « Une politique budgétaire expansive stimule la demande » (doc 3, ligne 4)
La politique monétaire expansionniste qui vise a influe sur l'évolution de la masse monétaire et celle des taux d’intérêts et donc, par ce biais, à agir sur l'inflation, la croissance et l'emploi. Elle a pour but d'assurer la stabilité des prix.
Ces deux politiques engendre une hausse de la demande donc réciproquement une hausse de l'offre, de cela découle alors une hausse du PIB. Cette hausse du produit intérieur brut provoque aussi la croissance de la demande d'emploi et donc une inévitable baisse du chômage, par conséquent les salaires augmente et il y a une nouvelle hausse de la demande. Ce qui crée alors un cercle vertueux. (document 1)

En comparant les chiffres 2000 à ceux de 2009, il est remarquable que beaucoup de points négatifs sont présents ; la taux de chômage a augmenté de 0,5 %, le solde de la balance courante qui est égale à la différence entre les exportation et les importations a perdu 3,5 points de pourcentage. La croissance du PIB en 2000 était de 4,1 % alors qu'en 2009 la croissance du PIB est de -2,2 % ce qui est égale a une perte de 6,5 point de pourcentage en neuf ans.
Il y a néanmoins un point positif, en effet en 2000 le taux d'inflation était de 1,8 % et en 2009 il est de 0,1 % ce qui est égale a une baisse de 1,75 points de pourcentage. (document 2)

Les critères vu précédemment, sont des éléments du carré magique de Kaldor.
Nicholas Kaldor (1908-1986) est un économiste britannique diplômé du
 London School of Economics, il est à l'origine de cette théorie.
Le carré magique est une représentation graphique de la santé économique d'un pays.
Ce graphique présente les quatre grands objectifs de la politique économique conjoncturelle d'un pays que sont : la croissance, calculer par le taux de croissance en pourcentage du PIB. Le pleine emploi des facteurs calculer par le taux de chômage en pourcentage du PIB. La stabilité des prix  calculer par le taux d'inflation, et enfin l’équilibre extérieur mesuré par le résultat du commerce extérieur en pourcentage du PIB.

...

Télécharger au format  txt (11.3 Kb)   pdf (172 Kb)   docx (158.9 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com