LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Faut-il vivre d'abord, philosopher ensuite?

Dissertation : Faut-il vivre d'abord, philosopher ensuite?. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  17 Décembre 2017  •  Dissertation  •  1 165 Mots (5 Pages)  •  14 183 Vues

Page 1 sur 5

                                                            Philosophie

                                   Faut il vivre d'abord, philosopher ensuite ?

        A l'annonce de la mort d'un proche, la perception que l'on a de la vie est bouleversée. On prend conscience qu'elle n'est pas étenerlle et fragile. Dans cette situation on peut se poser la question « Faut-il vivre d'abord, philosopher ensuite ? ». En revanche, les termes vivre et philosopher peuvent prendre plusieurs sens, ce qui apporte à ce sujet toute sa complexité. En effet, vivre peut vouloir dire subvenir à ses besoins, s'apparenter à une definition plus biologique. Vivre dans le sens de s'alimenter, boire ou encore dormir, élements essentiels pour rester en vie. Mais vivre peut aussi vouloir dire satisfaire ses désirs, chercher le bonheur dans nos actions quotidiennes, faire ce qui nous rend heureux. Se projeter et exister sont également deux définitions possibles de ce terme. Philosopher peut exprimer le fait de réflechir, d'être à la recherche du savoir mais aussi une pensée universelle, une question à laquelle il n'y pas de réponse claire et établie puisque chacun peut y voir et y comprendre ce qu'il souhaite.La philosophie s'apparente également à la maitrîse de soi.

        Si on philosophe avant de vivre alors notre réflexion peut-être un obstacle pour subvenir à nos besoins car à trop réflechir on en oublie l'essentiel. Si notre reflexion est trop profonde et systématique à chaque acte du quotidien alors on ne fera plus rien car notre reflexion prendra le pas sur « notre instinct de survie ». Mais à l'inverse, vivre san philosopher est dangereux car si on ne réfléchit pas, si on ne se pose pas de question alors comment sommes nous censés savoir comment satisfaire nos désirs ? Si on se contente d'expérimenter des choses sans connaître leur impact, sans y avoir réflechi  alors on prend un risque. On peut réflechir à nos futures expériences sans les vivre, en imaginant leur conséquences.

        Dans un premier temps on montrera que la philosophie est nécessaire à la vie et dans un second temps qu'il est impossible de trouver le bonheur sans philosopher.

        Tout d'abord, la philosophie est indispensable à la vie car la culture et la réflexion sont nécessaires pour dépasser l'animalité. En effet, si l'être humain n'était pas dotée de la raison alors il serait similaire voir identique à un animal. Ses actions seraient donc plus des pulsions, qu'il ne pourrait réfrener car aucune barrière morale l'en empêcherait. Les normes et valeurs que l'on acquiert au cours de notre vie, seraient inexistantes donc c'est notre instinct animal qui prendrait le pas sur notre raison. La vie menée serait en tout point identique à celle d'un animal, rythmée par la nature et notre environnement. Mais à l'aide de la philosophie, on apprend la maitrîse de soi. En réflechissant à nos actes et en étudiant leurs conséquences alors on parvient à dépasser l'animalité.

        Par exemple, un être humain qui n'est pas doté de raison, sortirait en public sans vêtements et s'exprimerait à l'aide de sons ou ne s 'exprimerait pas du tout. Pourquoi ? Car aucune loi morale ou physique, aucun enseignement ne lui aurait été inculqué donc il serait livré à lui même et ne connaîtra pas les normes de notre société actuelle. Ses parents ne lui auraient pas appris à parler, et ne lui serait pas venu à l'idée de s'habiller car ce n'est en soi pas « nécessaire » à la vie.

        On retrouve ce point de vue dans cette citation de Victor Hugo : « L'instinct, c'est l'âme à quatre pattes ; la pensée, c'est l'esprit debout. » dans Océan,Tas de pierres en 1942. Ici on voit bien qu'Hugo associe l'âme à « quatre pattes », or quand on fait référence à quelque chose à « quatre pattes » il est souvent question d'un animal donc on en revient à cette notion d'instinct animal qui est dissocié de la raison, la pensée, qui ici permet à « l'esprit » de tenir debout. Le comparatif entre la raison et l'esprit prouve le lien qui unit ses deux élements.

...

Télécharger au format  txt (6.4 Kb)   pdf (84.7 Kb)   docx (12.1 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com