LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La vérité se situe-t-elle au-delà du monde sensible, comme le soutient Platon dans l’allégorie de la caverne ?

Dissertation : La vérité se situe-t-elle au-delà du monde sensible, comme le soutient Platon dans l’allégorie de la caverne ?. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  3 Décembre 2019  •  Dissertation  •  662 Mots (3 Pages)  •  67 Vues

Page 1 sur 3

Dans son œuvre La République, Platon énonce le mythe de la caverne par lequel il soutient que nos sens sont trompeurs et, par ce fait même, qu’il ne faut pas se laisser berner par les apparences et les illusions. Ainsi, selon lui, le seul moyen pour accéder à la vérité serait par une dissociation totale de nos croyances et de notre conception du monde qui nous entourent. Toutefois, est-ce vraiment nécessaire [la séparation entre le monde sensible et le monde intelligible] ? N’y a-t-il pas une part de vérité dans chaque illusion? Ce monde dont nous vivons était-il réellement qu’ombrage?  Probablement pas. En ce sens, on n’a pas à rechercher la vérité au-delà du monde sensible, puisque seule une observation attentive de notre monde peut nous permettre d’accéder à la connaissance. De plus, même s’il n’est pas possible d’observer la vérité, il est possible de la connaître par l’intermédiaire de la conceptualisation.

Tout d’abord, comme le souligne Aristote, le monde intelligible n’existe pas. Par conséquent, la vérité se trouve plutôt à même notre monde sensible, car seule une observation attentive de ce qui nous entoure nous permettra d’accéder à la connaissance. En effet, selon le dictionnaire Larousse, la vérité est définie telle quelle : « Connaissance ou expression d’une connaissance conforme à la réalité, aux faits qu’ils se sont déroulés». Ainsi, bien que les apparences peuvent altérer la réalité derrière un phénomène. Comme l’allégorie de la caverne de Platon le présente, elle illustre les ombres des objets avec une projection sur le mur faisant face aux prisonniers. Il reste que tout débute par nos sens qui nous transmettent des informations sensorielles primordiales à notre recherche de la connaissance et de la vérité. Alors, il n’est pas nécessaire, voire même inutile de poursuivre une démarche vers un autre monde [intelligible] à la recherche de la vérité, car la seule manière d’y accéder serait par l’observation attentive, l’expérimentation et le raisonnement des informations sensorielles à même notre monde réel. Par exemple, lorsqu’il fait froid à une température supérieure à 30 degrés Celsius alors qu’on est grippé, l’information sensorielle va nous amener à nous questionner. Avec la méthode expérimentale (dont Aristote fut le 1er penseur), on va pouvoir poser des hypothèses, puis une conclusion rationnelle, ce qui nous mènera à la découverte de la connaissance.

Par la suite, du point de vue d’Aristote, la vérité se trouve à même notre monde sensible, puisque même si on n’arrive pas à l’observer, il est possible de la connaître par l’intermédiaire de la conceptualisation. Effectivement, Aristote va à l’encontre de l’idéalisme platonicien. Il considère que la vérité peut seulement être accédée par un dépassement de l’opinion à la suite d’une ascension vers le monde intelligible. En conséquence, il présente une nouvelle philosophie du langage : la logique du langage. Selon Aristote, la réalité du monde qui nous entoure peut être traduite par le langage si on arrive à respecter parfaitement les règles et les principes fondamentaux de la raison. Ainsi, afin de définir d’une façon claire et précise des notions importantes d’une question philosophique, Aristote introduit la conceptualisation. Cette méthode consiste à trouver un attribut général au sujet de questionnement. Ensuite, des attributs aspécifiques. Finalement, ordonner ces derniers afin d’établir des liens qui donnent un sens au sujet (conceptualisation du sujet).  Par exemple, la terre est une planète du système solaire (attribut général) ayant une forme sphérique et qui orbite autour du soleil. De plus, une grande partie de sa surface est recouverte d’eau, ce qui la rend, à ce jour, le seul corps céleste habité par l’homme (attributs spécifiques et conceptualisation du sujet). En somme, il est possible de connaître la vérité, non par un dépassement de l’opinion, mais plutôt par la recherche d’une définition claire et précise des notions importantes d’une question philosophique, qui respectent les principes fondamentaux de la raison.

...

Télécharger au format  txt (4.3 Kb)   pdf (173.4 Kb)   docx (401.3 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com