LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Faut-il craindre le regard d'autrui?

Documents Gratuits : Faut-il craindre le regard d'autrui?. Recherche parmi 263 000+ dissertations

Par   •  16 Novembre 2012  •  1 739 Mots (7 Pages)  •  6 183 Vues

Page 1 sur 7

Faut-il craindre le regard d'autrui?

Savoir que l'individu est observé peut le rendre mal à l'aise. Cependant, passer inaperçu aux yeux d'autrui peut toutefois lui déplaire.

Faut-il craindre le regard des autres ? Autrement dit, pourquoi l'homme dépend t-il toujours de l'autre? Ou bien même, le regard d'autrui nous transforme-t-il? S'interroger ainsi sur la crainte du regard des autres, c'est se demander si nous sommes sensibles, au point d'en avoir peur, au pouvoir moral qu'exercent sur nous nos semblables du fait qu'ils nous perçoivent et nous jugent.

En nous demandant s'il faut craindre ce regard, nous serons amenés à déterminer si une telle crainte non seulement est inévitable mais aussi si elle est souhaitable.

Pour savoir s'il faut craindre le regard des autres, nous montrerons tout d'abord que le regard d'autrui fait l'objet de discussions. Ensuite, nous pourrons rechercher les moyens afin d'assumer au mieux la crainte du regard des autres. Enfin, nous nous projetterons au-delà du regard et mettre en évidence l'aspect du visage.

Le regard des autres permet de m'affirmer et de me reconnaître moi-même comme sujet. En effet, l'accès à la conscience du soi passe par le regard des autres ; c'est le cas de Victor, l'enfant sauvage de l'Aveyron, lors de la crise des trois ans.

De plus, grâce au regard d'autrui, je me sens considéré et j'ai la sensation d'exister. L'estime de soi est donc fonction de l'estime des autres. Nous pouvons donc dire qu'autrui m'aider, mais outre cela, autrui peut être nécessaire à la constitution de mon être en tant que tel.

Il semble difficile de prendre conscience de soi dans la solitude. En effet, comme le fait remarquer Hegel, sans la rencontre avec autrui, le moi resterai enfoncé dans l'être de la vie, un peu à la manière d'un animal.

De son côté, Sartre pense qu'autrui ne représente pas un quelconque obstacle s'opposant à mes projets, il ne peut pas non plus simplement m'aider ; il est une médiation nécessaire entre moi immédiat et le moi qui accède à la pleine et entière conscience de soi. Cependant, il faut traiter autrui comme une fin mas jamais seulement comme un moyen... [Emmanuel Kant]

Au premier abord le regard d'autrui peut être considéré comme un danger. Il devient une crainte persistante car ce dernier nous juge. On est en danger constant d'être « réifié »par le regard d'autrui. On peut dire qu'à travers le regard des autres, les actes que nous accomplissons nous collent à la peau. Le jugement de l'autre peut signifier ma nullité et me renvoie à moi-même, à ma honte, à mes complexes.

Le regard échappe en même temps au pouvoir de celui qui est observé, on est alors impuissant face au jugement des autres. Il est impossible de se dérober et d'effacer ce que l'on a pu faire et qui vaut d'être perçu ainsi tel que l'on est. L'expérience de la honte offre, d'après Sartre, une illustration de ce que notre rapport à autrui peut être dans certaines circonstances. La honte est honte de soi, mais devant une autre conscience. Car, pour qu'il y ait honte, il faut bien que je me reconnaisse dans cette image que l'autre me renvoie : « j'ai honte de ce que je suis ». C'est qu'en effet autrui est le révélateur de mon identité : il est « le médiateur entre moi et moi-même ».

Selon Sartre, « L'enfer c'est les autres » et si l'enfer nous regarde, on est rarement à l'aise. Cela revient à dire que le regard des autres porte souvent une critique négative et peut nous incommoder. Les différences culturelles sont un exemple de cette fracture entre un individu et autrui. C'est dans cet écart que naissent conflits et souffrances.

Ainsi le regard porter sur nous peut nous affaiblir, nous anéantir psychologiquement quand on manque de confiance en soi. Le regard d'autrui peut être impitoyable, en me scrutant, il peut me transformer en chose. Le regard des autres nous perturbe car nous vivons avec autrui, à travers lui, c'est pourquoi ce qu'il pense de nous est important.

Nous sommes donc ce que les autres font de nous, les autres sont le miroir de notre âme. Il est ainsi nécessaire d'assumer au mieux se regard par nous-même et de ne pas se laisser détruire.

On distingue plusieurs comportements à adopter afin de pouvoir assumer au mieux la crainte du regard des autres.

Tout d'abord, on pourrait se comporter en sujet responsable de ses actes. En effet, être responsable, ce n'est pas ignorer ou fuir le regard des autres, c'est répondre devant eux de nos actes. Ainsi nous pouvons affirmer que pour pouvoir assumer le regard des autres il faut dans un premier temps accepter devant autrui ses propres actes et les assumer.

Par exemple un tricheur gagnera à être pris sur le fait, plutôt que de prendre l'habitude de tricher et ne plus savoir ce dont il est réellement capable par lui-même.

Puis on pourrait plus facilement être confronter au regard d'autrui sans forcément le craindre en donnant tout simplement de moi l'image qui me permettra de gagner l'estime des autres et ne plus avoir ainsi à craindre leur regard. Ceci nécessite alors la confiance en soi. En effet quelqu'un qui a confiance en lui, dispose de la capacité de se trouver face à autrui et de ne pas être gêné de ce regard. Par conséquent,

...

Télécharger au format  txt (10.4 Kb)   pdf (115 Kb)   docx (12.3 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com