LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Philosophie De La Lumière Chez Dante - Resumé

Compte Rendu : La Philosophie De La Lumière Chez Dante - Resumé. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  18 Mars 2012  •  1 037 Mots (5 Pages)  •  1 409 Vues

Page 1 sur 5

D.Ottaviani, La philosophie de la lumière chez Dante, Champion 2004

106 – Bonaventure : lumière comme forme substantielle

« Lux, proprie et abstracte loquendo, non est corpus sed forma

corporis »

Tout corps peut être dit d'une certaine manière lumineux, et la

lumière est ce qui permet son extension ds l'espace

lux → pure capacité d'automultiplication (lumière non visible)

lumen → lumière qui illumine le transparent et devient ainsi visible

splendor, color → la lumière réfléchie par un corps qui devient ainsi visible et lumineux

107 – Thomas : lumière simple qualité des corps lumineux, utilisée de manière

métaphorique en théologie

vs. Métaphysique de la lumière, qui conduit à une mauvaise interpr des

choses terrestres et célestes (vs. Bonaventure)

Et Dante, Cv III, xiv, 5 « l'usanza de' filosofi è di chiamare « luce » lo lume in quanto esso

è n suo fontale principio ; di chiamare « raggio », in quanto esso è per lo

mezzo... di chiamare « splendore », in quanto esso è in altra parte alluminata

ripercosso ».

Ottaviani : Comédie, métaphysique de la lumière ; Convivio, pas encore

Ds la Comédie, cependant, la référence à une lumière intellectuelle n'est pas équivoque : Par XXX, 38-40

→ l'Empyrée est le choeur de la probl ématique de la lumière

(en Conv. D. le considérait encore comme un ciel corporel, donc : lumière =

qualité d'un corps, comme chez Thomas)

changt de solution du problème des taches lunaires

125 - à partir du moment où il apparaît que les lois de la propagation lumineuse sont identiques au niveau supralunaire et sublunaire, la connaissance de la science phys permet de tendre vers la métaph

D cherche à s'appuyer sur une connaissance minimale de la perspective pour mettre en place une analogie structurelle entre les deux dimensions, physique et métaphysique.

127 : pour les penseurs qui défendent l'idée d'une métaph de la lumière, il fallait différencier la lumière ds son surgissement originaire, comme pure source et cause de tout ce qui est (lux), de la lumière ds son extension physique et visible (lumen) du rayonnement lumineux en tt que tel (splendor)

mais : il ne peut y avoir de signification univoque

...

Télécharger au format  txt (5 Kb)   pdf (70.2 Kb)   docx (10.4 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com