LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Dissertation De Philosophie - L'homme Peut-il Se réjouir De Se Faire Des Illusions Sur Lui-même ?

Rapports de Stage : Dissertation De Philosophie - L'homme Peut-il Se réjouir De Se Faire Des Illusions Sur Lui-même ?. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  9 Novembre 2011  •  1 167 Mots (5 Pages)  •  3 508 Vues

Page 1 sur 5

L'homme peut-il se réjouir de se faire des illusions sur lui-même ?

L'illusion et la réalité sont deux termes contraires, l'un fait office de réel, et l'autre d'imagination, de déformation de la réalité. Or ces deux termes ne peuvent être utilisés en même temps puisqu'ils sont paradoxales. L'illusion, du latin « illudere » qui signifie « se jouer de », trompe l'homme en lui montrant ce qui n'existe pas, ce qui n'est nullement réel.

La réalité quant à elle, du latin « res »,la « chose », désigne le caractère de ce qui existe, par opposition à ce qui est imaginé, rêvé ou fictif. Deux termes qui nous donnent à réfléchir.

Nous arrivons donc à nous poser la question suivante :

Faut-il préférer l'illusion heureuse à la réalité souvent cruelle et triste ?

L'illusion est utilisé lorsque l'on souffre, que l'on veut changé la réalité. C'est un désir. C'est le fait de croire quelque chose qui ne s'est pas passé, qui est irréel. Elle est là pour nous rassurer, nous donner plus envie de vivre dans le monde et faire face au problème de la réalité. Elle nous cache donc de la vérité, nous immisce dans un monde imaginaire. C'est une croyance qui peut cacher un double jeu : le fait d'y croire et celui d'être trompé dans d'autres cas, c'est à dire un canular.

Prenons l'exemple de l'illusionniste, qui fait un tour de magie, lorsqu'il effectue son tour le public est heureux car il croit au surnaturel et cherche l'astuce mais ne la trouve pas. Si l'astuce, c'est à dire le mystère, est résolu cela nous ramène à la réalité, une déception de la normalité. Cependant, il peut aussi y avoir la déception de croire à l'illusion alors qu'il n'y en existe pas. Sujet ambigu selon les cas puisque certain préfèrent garder l'illusion et que d'autre n'aime pas être bernés. Cette exemple nous montre donc que l'illusion provenant d'autrui rend malheureux dès lors que l'on résout le mystère et que l'on retourne à la réalité.

L'illusion personnelle quant à elle, peut nous absorber complètement pour qu'on puisse croire à quelque chose tout en ayant crainte. Par exemple la paranoïa est une forme d'illusion néfaste. Elle induit en erreur la personne, ce qui a pour conséquence une tendance à avoir l'illusion d'être persécuté ou d'avoir une opinion pessimiste sur des choses d'ordinaire optimistes. Dans le cas de cette illusion personnelle, la vérité est préférable pour se rassurer. Par exemple, croire aux fantômes est synonyme d'illusion. On a peur de l'inconnu mais si la vérité éclate alors elle nous réconforte et fait disparaître notre peur.

Dans le cas d'une illusion de ce genre, l'illusion peut entraver l'esprit de la personne concernée, faisant obstacle à la vérité universelle. Il y a donc un défaut compréhension entre la personne et la société. Ce faisant, la personne croyante se heurte à l'illusion et à la société. Or l'homme ne peut vivre sans la société donc elle conduit au malheur.

La réalité dans cette étude est assimilée à la vérité. La vérité implique le savoir, sur certain point. Elle nous apprend le fonctionnement de notre essence et tente de répondre aux questions existentielle.

Lorsque la réalité choque ou n'est nullement comprise, l'illusion est alors employée comme dit précédemment.

Lorsque l'on apprend toutes les vérités, on est préparé à réagir sur différent problèmes. La vérité est donc une prise de conscience. Elle répond aux problèmes sans ambiguïtés aucune, c'est un fait indéniable.

Cependant on ne peut aller contre la vérité, de ce fait nous sommes enlisés malgré nous, forcés.

...

Télécharger au format  txt (7.4 Kb)   pdf (89 Kb)   docx (10.9 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com