LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Progrès Technique Est-il La Source Essentielle De La Croissance économique ?

Compte Rendu : Le Progrès Technique Est-il La Source Essentielle De La Croissance économique ?. Recherche parmi 250 000+ dissertations

Par   •  13 Mai 2013  •  2 218 Mots (9 Pages)  •  2 357 Vues

Page 1 sur 9

Sciences Economique et Sociales

SUJET : Le progrès technique est-il la source essentielle de la croissance économique ?

Francois Perroux définit la croissance économique comme « l'augmentation soutenue durant une ou plusieurs période longue, d'un indicateur de dimension en terme réels. » autrement dit la croissance économique est l’accroissement des richesse produites, c'est-a-dire, de la quantité de bien et de service mis à la disposition de la population. Pour qu'il y ait croissance économique il faut faire marcher l'économie et rassembler toutes les conditions favorables à celle-ci. Ainsi on peux noter la forte corrélation entre croissance économique et progrès technique. Le progrès technique est l'ensemble des innovations qui entrainent une transformation ou un bouleversement des moyens et des méthodes de production, de l'organisation du travail, des produits et des marchés, des structures de l'économie. Le progrès technique paraît donc être un acteur essentielle à la croissance économique. On peut donc ce demander si le progrès technique est la source essentielle de la croissance économique ? Nous verrons dans un premier temps les actions du progrès techniques sur la croissance économique et dans un deuxième temps nous aborderons les actions sur la croissance économique d'une autre source : l'Etat.

Le progrès technique, dans le modèle de Solow, est considéré comme l'élément qui permet l'amélioration de la productivité pour une même valeur des facteurs de production capital et travail. Autrement dit il permettrait d'accroitre la production en s'appuyant surtout sur une meilleures prise en compte des conditions environnementales. Ainsi on peut souligner la corrélation entre progrès technique et productivité globale des facteurs. En effet la productivité globale des facteurs est définis comme la part de la croissance qui ne provient pas d'un usage des facteurs de production, l'élément principale de la PGF est le progrès technique qui, avec la même combinaison de facteur de production permet de créer plus de richesse. Cependant l'augmentation de la PGF peut aussi résulter d'une modification de la structure de production ou de son organisation, c 'est à dire d'une meilleures efficacité des facteurs de production, qui serait expliquer essentiellement par le progrès technique, et qui entrainerait fondamentalement une forte productivité. On peut voir dans le document 1 qu'en Corée du Sud, entre 1985 et 2009 le taux de croissance du PIB à augmenté de 6,1 % par an en moyenne alors que celui de l'Allemagne n'a augmenté que de 1,1% en moyenne chaque années. Cette écart peut s'expliquer par une faible PGF, en effet en Allemagne, entre 1985 et 2009, la PGF a augmenté de 0,2 points de PIB par an en moyenne ce qui explique la faible augmentation de sa productivité qui est de 0,9 points de PIB par an en moyenne. Alors qu'en Corée du Sud entre 1985 et 2009, la PGF a augmenté de 2,3 points de PIB par an en moyenne ce qui explique la forte augmentation de sa productivité qui est de 3,8 points de PIB par an en moyenne. De plus l'exemple de la Corée du Sud, dans ce document, met en avant une croissance économique dite intensive, qui est due a une meilleure efficacité de production ( la production augmente plus rapidement que la quantité de facteur utilisées ), cette hausse de la productivité, qui entraine une hausse de la croissance, est directement liée au progrès technique.

De plus le progrès technique engendre de nouvelles innovations qui vont être synonyme de croissance économique. Par les innovations qui en découle, le progrès technique à permis de faire évoluer les économies et de les placer dans des périodes de forte expansion plutôt que dans des périodes de récession. En effet, depuis les années 1945 jusqu'aux années 2000, la France à connus de nombreuses évolutions des innovations organisationnelles du travail, en partit, dû au progrès techniques. Ainsi notre économie est passée de la méthode de travail du fordisme pendant les 30 glorieuses aux travail robotisé ou informatisé aujourd'hui. Ce phénomène est pointé par l'économiste Daniel Cohen dans le document 2 avec la révolution informatique et les évolutions quelle à apporter à notre organisation du travail, cependant celui-ci va plus loin pour expliquer ces évolutions du travail dû au capital nouveau ( ordinateurs … ), il parle « d'une hausse de la valeur du travail » phénomène qui aurait permit de passer d'un travail à la chaîne a un travail doté de plusieurs taches importante ou non à accomplir et de plus de responsabilité. Tous ces changements on donc permis une hausse de la productivité étant donnée qu'on produit plus avec moins de facteurs de production, ce qui nous ramène a une croissance économique dites intensive qui est toujours dû au progrès techniques.

Pour finir la théorie de la croissance endogène à pour but d'expliquer la croissance économique à partir du processus de décision macroéconomiques. Elle est apparue en réponse aux modèles de croissance exogène, qui fondait la croissance économique sur le progrès technologiques, mais n'expliquait pas l'origine de ce progrès. Ainsi la croissance endogène découle du progrès technique endogène c'est-a-dire d'un progrès technique induit. En effet les inventions ne jaillissent pas spontanément, elles sont principalement provoquées par quatre facteurs de croissance : les rendements d'échelles, la recherche ( ou l'innovation), la connaissance ( ou capital humain), et l'intervention judicieuse de l'Etat. On peut donc dire que la croissance endogène est tenue par le progrès technique. En effet la croissance endogène est une croissance auto-entretenu, ce qui signifie que les sources même de la croissance future se trouve dans la croissance passé, enfaite la croissance de l'activité génère les conditions même de la croissance future de l'activité. Ainsi les entreprises innovatrices qui investissent dans la Recherche-Développement connaissent une croissance endogène dû au progrès technique. Ce phénomène ressort dans le document 3 qui présente les corrélations entre R-D et croissance économique. En effet on peut voir qu'en Corée du Sud, entre 2001 et 2011, le taux de croissance du PIB a augmenté d'environ 4,5% par an en moyenne et sa dépense de R-D a augmenté d'environ 3,5% du PIB, alors qu'en Italie pour la même période le taux de croissance du PIB a augmenté d'environ

...

Télécharger au format  txt (14.1 Kb)   pdf (141.7 Kb)   docx (12.3 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com