LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Structure De L'entreprise

Recherche de Documents : La Structure De L'entreprise. Recherche parmi 143 000+ dissertations

Par   •  12 Mars 2013  •  1 385 Mots (6 Pages)  •  70 Vues

Page 1 sur 6

CHP 1 : La structure de l'entreprise I) La structure et sa représentation

Si la représentation traditionnelle de la structure est souvent l’organigramme, cet outil ne donne qu’une image imparfaite de la réalité.

La structure apparaît comme le reflet à la fois de l’organisation technique et humaine de l’entreprise, et des processus de décision employés par les dirigeants.

1) La notion de structure

La structure se définit comme une combinaison d’éléments et de mécanismes qui visent à répartir, coordonner et contrôler les activités de l’entreprise afin d’atteindre avec efficacité et efficience les objectifs stratégiques.

L’action sur la structure est de la compétence du manager. Elle permet de développer ou de modifier la structure. C’est le travail de la structure organisationnelle.

2) L’organigramme

L’organigramme est une représentation schématique de la structure, de ses membres et de leurs fonctions. Il met en évidence les liens hiérarchiques et fonctionnels qui les relient.

Un lien fonctionnel indique un rapport lié à l’exécution de certaines tâches qui met deux membres de l’entreprise en relation.

Toutes les entreprises ne réalisent pas d’organigramme. Tout d’abord, cette représentation est restrictive. Elle privilégie les relations hiérarchiques et ne reflète pas l’image des rapports informels qui lient les salariés. Ensuite, l’organigramme donne une représentation figée qui n’est exacte qu’au moment de son élaboration. Enfin, l’organigramme peut générer des conflits entre les personnes en montrant une image qui n’est pas celle perçue ou vécue par les salariés.



II) Les caractéristiques d’une structure

On peut mettre en évidence 3 éléments pour caractériser une structure :

■La division du travail.

■Les degrés de centralisation.

■Les mécanismes de coordination.

1) La division du travail

A partir du moment où, dans une entreprise, les tâches se répètent et nécessitent plusieurs personnes, la division du travail devient nécessaire.

Les premières références à la division du travail chez Adam Smith avec l’exemple de la fabrique d’épingles. L’organisation scientifique du travail résulte de cette logique en séparant le travail de conception et d’exécution et en parcellisant les tâches.

On distingue :

■La division verticale qui détermine le nombre de lignes hiérarchiques. C’est la hauteur de l’organigramme. Plus le nombre de niveau hiérarchique est élevé, plus l’organigramme est pointu. Inversement un nombre réduit de niveaux hiérarchiques, aplatit l’organigramme.

■La division horizontale qui détermine le nombre de fonctions ou de services. C’est la largeur de l’organigramme. La spécialisation peut se faire selon différents critères :

◦Par fonction (approvisionnement, fabrication, marketing, …)

◦Par produit

◦Par zone géographique

◦Par projet.

2) Les degrés de centralisation

Quand l’entreprise grandit, quand l’environnement, quand l’environnement devient plus imprévisible, quand les techniques de production se complexifient, il devient impossible pour l’équipe dirigeante d’exercer son pouvoir sur l’ensemble des niveaux hiérarchiques.

La décentralisation est un processus par lequel le pouvoir, détenu par le sommet hiérarchique, est réparti en différentes unités. Chaque unité fonctionne alors comme un centre de profit autonome.

Dans sa forme la plus classique, la décentralisation est verticale, c’est-à-dire que le pouvoir descend le long de la ligne hiérarchique.

a) Les conditions de succès de la décentralisation

Pour que la décentralisation soit un succès, il faut tout d’abord que la culture nationale soit favorable à cette organisation.

Ensuite, la décentralisation doit être voulue. Elle doit être expliquée et préparée avec l’ensemble des salariés. Elle nécessite donc un haut niveau de qualification, en particulier des cadres qui vont piloter la décentralisation.

Enfin, le succès de la décentralisation exige la mise en place de procédures de contrôle qui soient vérifiées et respectées. Cette centralisation du contrôle est indispensable pour préserver l’unité de l’entreprise et conserver une communication homogène.

b) Les avantages de la décentralisation

La décentralisation permet de :

■De prendre des décisions plus pertinentes car elles sont prises par des personnes disposant d’informations précises.

■Aux entreprises d’être plus réactive car le circuit de prise de décision est raccourci.

■Aux salariés d’être plus motivés, car ils se trouvent plus impliqués dans les décisions.

3) La coordination des activités

La spécialisation du travail rend nécessaire la coordination des acteurs de l’entreprise. La coordination des activités doit permettre aux différentes composantes de l’entreprise d’agir en cohérence.

...

Télécharger au format  txt (10.3 Kb)   pdf (117.1 Kb)   docx (12.2 Kb)  
Voir 5 pages de plus »