LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Pratique Sportive Est-elle Un élément Susceptible De réduire Les Inégalités Entre Les Hommes Et Les Femmes

Compte Rendu : La Pratique Sportive Est-elle Un élément Susceptible De réduire Les Inégalités Entre Les Hommes Et Les Femmes. Recherche parmi 254 000+ dissertations

Par   •  20 Janvier 2013  •  709 Mots (3 Pages)  •  956 Vues

Page 1 sur 3

A l’image du reste de la société, les femmes ont progressivement investi le sport d’abord très masculin par ses origines. Mais les femmes restent très minoritaires dans le monde des fédérations, si l’on met à part quelques fédérations très féminisées ; le « plafond de verre » reste omniprésent dans l’univers sportif quand il s’agit d’accéder aux responsabilités, et le sport féminin de haut niveau reste le plus souvent considéré comme un « parent-pauvre » par rapport aux compétitions masculines qui retiennent l’essentiel de l’attention médiatique et des flux financiers qui l’accompagnent.

Le sport a été conçu, à l’origine, comme une activité essentiellement masculine, et ce n’est que très progressivement que les femmes ont pu s’y faire une place, tant dans la pratique de masse que dans le sport de haut niveau. La progressive ouverture des fédérations sportives et des épreuves olympiques aux femmes a été le fruit d’un combat : les femmes ont dû se battre pour s’imposer dans le sport qui reste, encore aujourd’hui, un enjeu symbolique de la domination masculine. Les sportives qui contreviennent à cet ordre établi sont soumises à une critique sociale forte, nourrie par les milieux scientifiques et éducatifs et relayée par la presse. Ce sont surtout les cyclistes - une centaine de femmes qui s’adonnent à la bicyclette - qui sont alors vilipendées. (C.Ottogalli-Mazzacavallo, Ecrire le sport au féminin, 2007). Seules sont alors tolérées des disciplines associées à des valeurs de santé, comme la gymnastique. Cette mixité progressive ne signifie pas que les femmes aient gagné le combat de l’égalité. Alors que les fédérations masculines adaptent les règlements à la fragilité supposée des femmes - on réduit le terrain, on prend des poids moins lourds... - le discours officiel continue de véhiculer les représentations sexistes du siècle précédent. A partir des années 1930, jusque dans les années 1960, le sport féminin connaît une évolution continue et sous contrôle, quel que soit le régime. Alors que les citoyennes françaises obtiennent le droit de vote aux élections de 1946 et que la Française Micheline Ostermeyer, triple médaillée d’or aux Jeux olympiques de 1948, à Londres, devient un symbole de la femme sportive, la pratique sportive des femmes se développe dans les années 1950 et 1960. A la fin des années 1990, l’égalité sociodémographique est en bonne voie.

Après des débuts difficiles, le nombre de femmes pratiquant une activité sportive et participant aux compétitions sportives a donc aujourd’hui considérablement évolué.

Les femmes représentent aujourd’hui 35 % des licenciés des fédérations sportives et 35 % des sportifs de haut niveau. Si ces chiffres traduisent une nette amélioration de la présence des femmes, ils reflètent aussi la persistance des écarts entre hommes et femmes : on est encore loin de l’égalité. L’existence de quelques femmes sportives fortement médiatisées, comme Jeannie Longo Amélie Mauresmo et Marie-José Pérec donne l’impression trompeuse d’une égalité. Les femmes ne pratiquent pas les mêmes disciplines sportives que les hommes et, quand elles pratiquent les mêmes disciplines, elles ne les abordent pas de la même manière. Cette différence ne traduit pas nécessairement la persistance des discriminations à

...

Télécharger au format  txt (4.7 Kb)   pdf (69.1 Kb)   docx (9.5 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com