LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Texte Théâtral Est-il Sufisant En Lui-même Pour Monter Un Spectacle ?

Compte Rendu : Le Texte Théâtral Est-il Sufisant En Lui-même Pour Monter Un Spectacle ?. Recherche parmi 272 000+ dissertations

Par   •  17 Mai 2012  •  1 257 Mots (6 Pages)  •  3 471 Vues

Page 1 sur 6

Le théâtre est une forme de spectacle plus ou moins vivant où l’on y trouve des interprètes et aussi des spectateurs. Il en même temps littérature et représentation, il a d’ailleurs une place particulière parmi les genres littéraires. Le texte théâtral est en effet, une écriture qui amène à une représentation. Dès lors, il est intéressant de se demander si le texte théâtral est suffisant en lui-même pour monter un spectacle. Pour y répondre, nous parlerons dans un premier temps des éléments contenus dans le texte théâtral qui sont suffisant pour une représentation, puis nous parlerons de ce qu’il faut ajouter à la pièce pour en faire un spectacle complet.

Tout d’abord nous allons étudier le texte théâtral et montrer qu’il suffit à monter une pièce.

Pour commencer, toutes les pièces de théâtre comprennent dans leur texte, les didascalies. Les didascalies sont les indications scénique qui décrivent le déco, les gestes des personnages et leurs costumes. Grace à ces didascalies, l’auteur transmet au futur metteur en scène toutes les informations nécessaires à l’élaboration de l’espace scénique et à l’attitude que doivent avoir les différents personnages. Par exemple dans Dom Juan de Molière, au début de l’œuvre l’auteur indique au metteur en scène qu’elle expression doit avoir Dom Juan dans l’acte V, scène 1 : « faisant l’hypocrite ». De même pour la didascalie « tenant une tabatière » placer devant la réplique de Sganarelle, indique à l’acteur ce qu’il doit tenir. Dans le mariage de Figaro de Beaumarchais, plusieurs didascalies présentent dans l’acte II, scène 1, guident l'interprète "souriant", puis "rêvant", enfin "en se servant fortement d'un éventail". Les auteurs mettent donc de nombreuse didascalies dans leur pièces, celle-ci dictent au metteur en scène certaine actions des différents personnages ou parfois la nature des différents décors. Les didascalies contenues dans un texte théâtral, sont un des moyens présents pour donner lieu à la représentation. Ensuite, la forme du texte, sa ponctuation et le rythme des phrases indiquent aux différents acteurs, les intonations et le ton qui doivent être donnés aux répliques des personnages. En effet, le dramaturge en ponctuant les phrases arrive à exprimer l’humeur des personnages. De plus, en rythmant les tirades d’une certaine manière, il pose ainsi les différentes parties de la pièce. Par exemple, en écrivant des tirades faites de phrases complexes par subordination, il provoque une attente, un suspens. Comme Victor Hugo, dans Hernani, il montre bien l’insistance qu’on Hernani et Don Carlos à se battre par une suite de courtes tirades exclamatives. Aussi, par la forme qu’il donne à son texte, l’auteur va définir l’énonciation que doivent avoir les personnages et l’atmosphère qu’il doit y avoir sur scène. Pour finir, le texte théâtral contient toutes les informations sur les personnages, leurs actions et le contexte de la pièce. En effet, avant le commencement de la pièce, l’auteur nous cite tous les noms des personnages que nous allons rencontrer tout au long de la pièce, ainsi que leur rôle. Apres le début de notre lecture nous pouvons situer l’intrigue. En outre, le texte nous fournis toutes les actions des personnages et ce qui leur arrive. Par exemple, dans Illusion Comique de Corneille, on nous précise avant le début du texte, qu’Alcandre est un magicien, ou encore que Pridamant est le père de Clindor qui est lui-même le suivant du capitan et aussi l’amant d’Isabelle. Tout comme pour la pièce d’Alfred de Musset, On ne badine pas avec l’amour. Dans cette œuvre on sait que Monsieur le Baron, est un des personnages principaux, c’est un riche seigneur, son fils, Perdican, vient d'atteindre sa majorité et est reçu docteur à Paris, Camille, elle est la nièce du Baron et donc cousine de Perdican, qui sort d'un couvent. Le

...

Télécharger au format  txt (7.8 Kb)   pdf (90.4 Kb)   docx (10.6 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com