LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire Composé sur le poème L'angoisse De Paul Verlaine

Mémoires Gratuits : Commentaire Composé sur le poème L'angoisse De Paul Verlaine. Recherche parmi 279 000+ dissertations

Par   •  20 Février 2012  •  591 Mots (3 Pages)  •  3 441 Vues

Page 1 sur 3

L’ANGOISSE

PAUL VERLAINE

Plan de commentaire

l'Angoisse est le 8ème et dernier poème de la section " Mélancholia " des poèmes saturniens. Il succède à "A une femme" dans lequel Verlaine qui s'est plié au refus d'Elisa nous fait part de son immense détresse. Tout ce premier recueil "Mélancholia" des poèmes saturniens est rempli de la douce Elisa, la sœur adoptive du poète, son premier amour qui repoussera ses avances. Après la quatrième pièce "Vœu" qui la mentionnait presque explicitement Verlaine nous fait part dans ce dernier poème de son état dépressif et du profond dégoût de l'existence qui l'anime.

I- Un état dépressif

Le chagrin d'amour de Verlaine, la mort de son père le laissent inconsolable "morne et seul". Dans le poème précédent, il nous fait part qu'il souffre affreusement. Plus rien ne l'intéresse, la nature, le charme des couchers de soleils, les arts. Il ne croit plus en rien. Dans ce sonnet encore classique d'alexandrins, le premier quatrain avec l'allitération en "N" et la répétition des "ni" amplifie son refus de la réalité. Ce poème de Verlaine animera les plus vives critiques à sa publication. Verlaine a souvent été qualifié par ses détracteurs d'infantile psychique traînant une affectivité immature nuisible à son adaptation sociale. Verlaine a incontestablement un penchant à la rêverie amoureuse à un univers mental peuplé de fantasmes et de regrets. On sait Verlaine hypersensible mais instable, insatisfait dans sa quête d'absolu, dépressif, sans volonté.

II- La réalité en dérision

La meilleure façon de refuser la réalité c'est de la railler. Verlaine rit de l'Art, de l'Homme, de la poésie, de l'antiquité. L'assonance du "i", son aigu, au second quatrain accentue le désordre mental du poète. Verlaine énumère ensuite ses centres d'intérêt, la poésie, l'antiquité grecque, le gothique. Son pouvoir de discernement a disparu, il ne sait plus faire de différence entre le bien et le mal, le bon et le méchant, Dieu et Satan. Ce n'est que dans le premier tercet qu'il précisera sa pensée philosophique, un athéisme de circonstance, puisqu'il retrouvera la foi ultérieurement dans "'Sagesse".

III- Une poésie parnassienne

Verlaine avec la forme classique du sonnet veut suivre les parnassiens dont il cherche aussi l'amitié. Dans le premier quatrain il travaille, comme les parnassiens, le style en utilisant avec succès les enjambements et les rejets déjà introduits par les romantiques. Les qualificatifs de "nourricier" et "siciliennes" des champs et des pastorales, ici en rejets sont ainsi amplifiés. Il utilise avec succès l'allitération et l'assonance et travaille la richesse de ses rimes. Malgré le thème banal du poème, qui est la tristesse, que peut d'ailleurs, éprouver chacun de nous devant les aléas d'un quotidien peu favorable, la poésie de Verlaine est ici très parnassienne, fluide, harmonieuse, musicale. La mort ne lui parait pas une issue salvatrice,

...

Télécharger au format  txt (3.8 Kb)   pdf (63.2 Kb)   docx (9.4 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com