LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse du roman d'André Gide: Les Faux-Monnayeurs

Recherche de Documents : Analyse du roman d'André Gide: Les Faux-Monnayeurs. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  12 Juin 2013  •  955 Mots (4 Pages)  •  1 426 Vues

Page 1 sur 4

André Gide Les Faux Monnayeurs

Introduction

Gide né en 1869 d’une famille aisée normande. Gide est un homosexuel, au XX c’était beaucoup réprimé et consacre d’ailleurs ce sujet à la littérature. Il ose demander la liberté, l’épanouissement individuel d’où son livre « les nourritures terrestres ». Gide est également un musicien (pianiste)Les « faux-monnayeurs est le premier récit auquel Gide donne le nom du Roman. Il y poursuit sa remise en cause souvent ludique du genre romanesque traditionnel de ses conventionns. Au centre de la narration Edouard prépare un roman dans le titre sera FM personnage mélé à plusieur intrigue il tient parallèlement un journal qui occupe le rôle du roman cependant Gide lui-même tient son journal Les FM..

I Un écrivain et sa thèse

a) Styliser le réel

Le mot clés est stylisation. Le terme est lancé par Sophroniska « est tout cela est stylisé » (l. 15) et repris à l’infinitif à la ligne 19 « pour la styliser », cette fois par Édouard et mis en valeur par le « je veux » qui précède, l’art est stylisation pour Édouard – comme pour Gide d’ailleurs. Il emprunte le modèle aux auteurs du classicisme cités au début « athalie » « tartuffe » et « cinna ». L’art doit donc simplifier, trier, épurer le réel, non pas reproduire celui-ci, mais au contraire, s’éloigner de la vie (l. 1-2), l’art est écart. En stylisant, l’œuvre s’élève du particulier à l’universel. Une telle conception s’oppose frontalement bien sûr à l’école naturaliste. Les antithèses de la ligne 1/3 ainsi que le conditionnel « je voudrais » marque une recherche, une réflexion sur le roman. Il remet en cause le roman naturaliste « disait l’école naturaliste, le grand défaut de cette école » on voit ainsi la violence des termes péjoratifs « le grand défaut » l8-9 « couper sa tranche » l11 sa conception est totalement à l’opposé avec l’utilisation du même verbe « couper » mais à la voix négative « je voudrais ne pas couper tout » et aussi le sujet du roman puisque Edouard dit l5 « il n’y en a pas » .Édouard au contraire « voudrai[t] tout y faire entrer dans ce roman » (l. 11).

b) Exigence de réalité

cette exigence de fidélité au réel, cette ambition de tout mettre dans son roman est évidemment contradictoire avec l’idée de stylisation. C’est ce que perçoit immédiatement Sophroniska : « Et tout cela stylisé ? » (l. 15). Elle oblige ainsi Édouard à rectifier son propos (l. 18) « et ce n’est m^me pas cela que je veux faire », soulignant ainsi ce que celui-ci peut avoir encore de confus. Il revient sur sa première assertion, « il n’y aura pas de sujet » en tentant de résoudre la contradiction entre « tout y faire entrer » et styliser : le roman exposera ce dilemme (l. 19). Ce sera le roman de la création littéraire, de la lutte entre l’écrivain et la réalité. Mais, deuxième objection, formulée cette fois de façon familière (hyperbole de la ligne 21) par Laura : le sujet d’un tel roman est trop abstrait et risque d’ennuyer. L’argument touche juste, Édouard explique alors qu’il mettra en scène le personnage d’un romancier. Troisième objection, toujours de

...

Télécharger au format  txt (5.9 Kb)   pdf (79.8 Kb)   docx (10.3 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com