LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse du chaitre 4 du conte Micromégas de Voltaire: En quoi ce chapitre IV du conte developpe-t-il une réflexion philosophique autour de la condition humaine ?

Documents Gratuits : Analyse du chaitre 4 du conte Micromégas de Voltaire: En quoi ce chapitre IV du conte developpe-t-il une réflexion philosophique autour de la condition humaine ?. Recherche parmi 262 000+ dissertations

Par   •  13 Mai 2013  •  1 092 Mots (5 Pages)  •  3 723 Vues

Page 1 sur 5

Voltaire invente le comte philosophique et c'est à travers le comte "Micromégas" qu'il traite la question de l'altérité. François-Marie Arouet né en 1694 et mort en 1778, s'est essayé à diffèrents genre littéraire à succès. Philosophe dans l'âme, c'est avec malice qu'il nous décrit la condition humaine dans cet extrait où Micromégas et le Saturnien, arrivent enfin sur Terre après avoir longuement voyagé.

En quoi ce chapitre IV du conte developpe-t-il une réflexion philosophique autour de la condition humaine ?

I) La mise en scène de leur arrivée sur Terre

1. Humanisation des deux personnages

2. L'altérité à travers des proportions

3. Une utopie

II) Réflexion philosophique

1. La raison

2. La tolérance

3. La croyance

Nous allons étudier la mise en scène de l'arrivée de deux personnages sur Terre et la réflexion philosophique que l'on peut en tirer afin de conclure sur ce que Voltaire a voulu exprimer autour de la condition humaine.

Pour répondre à la problématique, nous allons analyser la façon dont l'auteur à choisi de mettre en scène les deux deux personnages.

Nous voyons clairement que l'auteur humanise d'emblée les deux personnages. Malgré leur taille, eux aussi, ont besoin de se nourrir : "ils mangèrent à leur déjeuner deux montagnes que leurs gens leur apprétêrent." l.1

Mais qu'en plus ils ne sont pas invincibles, eux-aussi se fatiguent, ce sont les premiers mots du chapitre : "Après s'être reposés quelque temps" . Il y a là une volonté de lier les humains et ces extraterrestres en rappellant leurs point communs qui les rendent tout au même niveau sur certains points. Nous dépendons tous de la nourriture et du repos pour survivre.

Néanmoins, ce rappel constant de leur taille nous rappelle qu'ils sont très diffèrents des humains. En effet, le narrateur nous informe que "Les pas ordinaires du Sirien et de ses gens font environ trente milles pieds de roi" , qu'"Ils eurent fais le tour du globe en trente six heures", que "leur yeux et leurs mains n'étaient point proportionnés aux petits êtres qui rampent ici". Il va jusqu'à même mener en dérision la taille des humains en insistant sur l'énorme diffèrence de proportions en utilisant des comparaisons comme lorsqu'il parle du nain de Saturne ( nous avons d'ailleurs là aussi, avec le mot "nain" une autre ironie de sa part pour se moquer. Si lui est un nain, alors comme sont petits les habitants de la Terre !)

Il compare donc la diffèrence de rythme dans les pas entre le nain & Micromégas à celle d'"un très petit chien de manchon qui suivrait un capitaine des gardes du roi de Prusse". Toujours dans la comparaison entre les deux personnages traversant le grand océan : " le nain n'en avait eu jamais qu'à mi-jambes , et à peine l'autre avait-il mouillé son talon".

Si le Saturnien est un nain qu'on ridiculise en le comparant au Sirien, qu'en est-il des terriens ? L'auteur accentue cette diffèrence et traite donc l'altérité à travers des proportions afin de rappeller le rapport à l'autre dans toute son authenticité.

Nous pouvons aussi remarquer le côté ludique du récit que l'on retrouve dans les contes de Voltaire. Récit qu'on peut qualifier

...

Télécharger au format  txt (6.7 Kb)   pdf (84.7 Kb)   docx (10.6 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com