LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

" Mon bel oranger ", de José Mauro de Vasconcelos

Rapports de Stage : " Mon bel oranger ", de José Mauro de Vasconcelos. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  5 Janvier 2014  •  2 656 Mots (11 Pages)  •  1 013 Vues

Page 1 sur 11

Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche

Dissertations

Voir la version complète Exposé "Mon bel oranger", de José Mauro de Vasconcelos

Exposé "Mon bel oranger", de José Mauro de Vasconcelos

Imprimer Document!

S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Sciences Economiques et Sociales

Soumis par: Bruce 28 mars 2012

Mots: 5174 | Pages: 21

...

petit frère Luis, ses nombreux frères et sœurs, ainsi que ses parents, le battent car il enchaîne les bêtises.

L'histoire commence avec le déménagement de Zézé et sa famille. Dans son nouveau jardin, il rencontre Minguinho, un petit pied d’oranges douces, qui devient son confident et avec qui il parle de tout.

Zézé aimerait aller à l'école et sa famille accepte pour qu'il ne traine plus dans leurs pattes. Prétendant avoir six ans, l'âge obligatoire pour aller à l'école, alors qu'il en a que cinq, il commence donc sa scolarité et devient le meilleur de sa classe.

Il a remarqué un vendeur de chansons qui chante dans la rue et, aimant beaucoup ses chansons, il vient l'aider à les vendre une fois par semaine.

Il fait la connaissance d'un homme surnommé "Portugâ", avec qui, petit à petit, il noue des liens forts en secret.

Présentation des personnages

Zézé, le personnage principal

Zézé a cinq ans, et pourtant, il a déjà une grande connaissance des problèmes de la vie. Il est intelligent, même s'il ne se rend pas toujours compte des conséquences de ses actes. Tout le monde le bat en le traitant de diable, mais malgré ça, il reste brave. Pourtant lui aussi est convaincu d'être un enfant mauvais.

Portugâ, son père de cœur

Portugâ, de son vrai nom Manuel Valadares, est un portugais qui doit avoir la cinquantaine dont la voiture attire tous les regards. Son premier contact avec Zézé fut qu'il lui donna une fessée pour s'être accroché à sa voiture, mais par la suite il deviendra son meilleur ami et même son père de coeur.

Minguinho, la pousse d'oranger

C'est une pousse d'oranger que Zézé a nommé Minguinho et qu'il a surnommé Xururuca. Il parle, mais qu'à Zézé. D'ailleurs il est son confident. Parfois, lorsque Zézé monte sur sa branche, Minguinho se prend pour un cheval.

Gloria, la soeur de Zézé

Zézé et elle sont les seuls blonds de la famille. Elle est gentille, ne bat pas Zézé et le protège souvent des coups de autres.

Les parents de Zézé

Ils sont pauvres et n'ont donc par conséquent pas le temps de s'occuper de leurs enfants. Bien qu'ils affectionnent Zézé, tous deux le battent.

Zézé a de nombreux autres frères et soeurs qui le battent aussi.

Oncle Elmundo

C'est un érudit, considéré comme un peu fou, qui a appris énormément de chose à Zézé.

Seu Ariovaldo

C'est un chanteur de rue sympathique, avec qui Zézé a conclu un marché : Une fois par semaine il viendra l'aider à vendre ses chansons, et en échange il peut en rapporter une à Gloria.

Thèmes dominants:

1) Les enfants maltraités

Contexte :

Zézé, seul à la maison avec son père, se sent triste pour lui, car celui-ci ne trouve pas de travail. C'est donc sa femme et sa fille qui doivent se charger de nourrir la famille. Zézé décide alors de lui chanter un tango qu'il a apprit avec son ami Ariovaldo.

« Je ne l’avais jamais vu aussi triste depuis le matin de Noël. Je devais faire quelque chose pour lui. Et si je chantais ? Je pourrais chanter tout doucement, ça le distrairait sûrement de sa solitude. Je passais en revue mon répertoire dans ma tête et me rappelai la dernière chanson que j’avais apprise avec seu Ariovaldo. Le tango ; le tango était une des plus belles choses que je connaissais. Je commençai doucement :

Je voudrais une femme toute nue,

Toute nue je voudrais l’avoir…

Le soir au clair de lune.

Je voudrais le corps d’une femme…

- Zézé !

- Oui, papa.

Je me levai précipitamment. Papa devait beaucoup aimer le tango et il voulait que je vienne le chanter plus près.

- Qu’est-ce que tu chantes ?

Je recommençai.

- Je voudrais une femme toute nue…

- Qui t’as appris ça ?

Ses yeux avaient pris un éclat trouble comme s’il était devenu fou.

- C’est seu Ariovaldo.

- Je t’ai déjà dit que je ne voulais pas que tu traînes dans la rue avec lui.

Il n’avait jamais dit ça. Je crois même qu’il ne savait pas que je faisais l’aide-chanteur.

- Recommence cette chanson.

- C’est un tango à la mode. Je voudrais une femme toute nue…

Une gifle s’abattit sur ma joue.

- Chante encore.

- Je voudrais une femme toute nue…

Une autre gifle, une

...

Télécharger au format  txt (16.5 Kb)   pdf (177.5 Kb)   docx (17.8 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com