LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Lai Di Frêne

Commentaires Composés : Le Lai Di Frêne. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  17 Mars 2012  •  2 294 Mots (10 Pages)  •  2 779 Vues

Page 1 sur 10

Frêne

I.Un lai archétype du conte.

a.Schema narratif du conte

b.Dénouement exemplaire

c. Interjections de MDF

II.Des femmes aux caractères antithétiques.

a. Une mauvaise mère

b Une fille exemplaire

III. Un lai entre conte et réalisme.

a. Elements du conte

b. Psychologie comme preuve du réalisme contrairement aux contes

c.sur un fond de merveilleux ?

Intro.

Je vais donc vous présenter le lai du Frêne qui est le 3e lai du recueil de Marie de France. Pour résumer, ce lai raconte l'histoire d'une reine qui après avoir critiqué une reine voisine qui avait mis au monde des jumeaux se retrouve elle aussi enceinte de deux filles. Pour éviter la honte, elle décide d'en abandonner une. Une de ses suivantes décide d'emmener ce bébé dans un couvent pour qu'elle soit élever comme il se doit. Avant de la laisser partir la reine met sa fille dans une étoffe et lui attache au bras un anneau d'or. Puis la servante l'emmene et la dépose dans un arbre, un frêne d'où son prénom, en face du couvent d'une ville voisine. Recueillie par l'abbesse, Frêne est élevée comme une fille de noble naissance. Elle devient la plus belle et la plus vertueuse des femmes de Bretagne. Un seigneur nommé Goron entend parler de la beauté de Frêne et se met à l'aimer. Amour réciproque mais impossible au couvent. Goron décide donc de ramener Frêne à son château. Mais leur amour n'est pas bien vu par les vassaux des seigneurs et Goron se résigne donc à épouser une femme de noble naissance. Viennent à lui sa fiancée et sa mère. Les noces se déroulent sans Frêne qui prépare le lit de la fiancée et remplace l'étoffe mise sur le lit qu'elle ne jugeait pas assez bien par létoffe dans laquelle elle fut enveloppée lorsqu elle a été trouvée. Puis lorsque la mère monte avec la fiancée de Goron elle reconnaît l'étoffe et fait appeler Frêne pour lui demander de lui présenter l'anneau. Elle reconnaît donc sa fille lui présente ses excuses et explique à son mari la situation qui se réjouit. Enfin elle approuve le mariage entre Frêne et Goron. La reine rentre à son château avec son autre fille qui aura là bas un beau mariage.

On peut voir que ce lai présente plusieurs aspects mais reprends notamment le thème du conte avec l'enfant abandonnée qui va finalement obtenir un mariage heureux. Mais on a également une mise en scène de la notion de fautes et de réparations à travers le portrait psychologique de la mère de Fresne.

On va donc se demander comment MDF fait-elle pour insérer son lai entre conte et récit psychologique.

On verra tout d'abord en quoi il est un archétype du conte, puis constater qu'il est également le portrait de deux femmes aux caractères antithètiques et finalement voir qu'il associe les deux idées le tout sous une éventuelle merveille.

I.L'archétype du conte.

a. Schéma narratif du conte

On peut dire que ce lai répond parfaitement au schéma narratif classique du conte qui se contruit en 5 étapes. En effet la situation initiale nous place dans un espace temps incertain « jadis » et dans un lieu plus ou moins précisé, la Bretagne. Puis le texte présente la mère de Fresne et sa première faute qui est celle de vouloir tuer une de ses filles à la naissance. On peut considérer la suivante de la reine comme élément perturbateur puisqu'elle sauve Fresne et permet à l'action de continuer. Les péripéties sont alors pour Fresne de parvenir à s'unir avec Goron avec 3 épreuves : la première celle de s'enfuir du couvent pour vivre son amour qu'elle ne peut pas vivre au couvent, la seconde est d'assister, impuissante au mariage de Goron, puis enfin la troisième et dernière, l'épreuve d'identification par sa mère grâce aux objets qui jouent un rôle déterminants. Ici, l'élément de résolution est l'approbation de ces parents pour le mariage ce qui aboutit à la situation finale qui est heureuse puisqu'elle s'est mariée à Goron.

b.Dénouement digne du conte.

Concernant ce dénouement, on retrouve là encore la marque du conte. En effet, outre la happy end avec un beau mariage etc, la mère se repentit de sa faute et parvient à obtenir le pardon de sa fille ainsi que celui de son mari. Et donc là Fresne qui était victime de son sort se retrouve en quelque sorte vengée et passe d'un statut de fille rejetée et abandonnée à celui de fille adorée et sublimée. Le bien a pris le pas sur le mal. Et tout comme Cendrillon, Frêne obtient un mariage heureux et pardonne sa mère. C'est un dénouement heureux et parfait typique du conte.

c.MDF, un véritable conteur.

Toute cette articulation est la résultante d'une maîtrise de MDF qui s'inscrit comme un véritable conteur puisqu'elle connaît parfaitement le fonctionnement du conte. Elle parvient, entre autre, à doser les informations données au lecteur afin de préserver le suspens, elle reste brève et va à l'essentiel, de plus elle amène le dénouement de l'histoire très habilement. En effet dès l'instant où Fresne a posé son étoffe sur le lit de la future fiancée, la fin découle d'elle même sans qu'il y ait de rupture flagrante avec le recit.

De plus au début, elle nous fait savoir qu'une autre reine à accoucher de jumeaux ce qui va ainsi amener la réaction de la reine et la caractériser je cite : « kar ele ert feinte e orguilluse e mesdisanz e enviuse » ce qui veut dire en FR : « c'était une femme fausse, orgueilleuse médisante et envieuse » c'est une habileté de MDF qui sera nécessaire pour la suite de l'histoire et qui permet au lecteur d'en savoir davantage sur le caractère de cette reine. Mais c'est aussi une prise de partie de la part de l'auteur qui condamne la médisance et la stupidité puisqu'elle insite sur les défauts qui sont mêmes des péchés comme l'orgueil et l'envie, et

...

Télécharger au format  txt (13.4 Kb)   pdf (140.8 Kb)   docx (13.8 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com