LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Condition De La Femme Dans Une Si Longue Lettre

Dissertations Gratuits : La Condition De La Femme Dans Une Si Longue Lettre. Recherche parmi 230 000+ dissertations

Par   •  16 Février 2015  •  1 683 Mots (7 Pages)  •  15 642 Vues

Page 1 sur 7

INTRODUCTION

Dans un contexte où l’écriture masculine prévalait, il y avait une volonté de la part de l’auteur de prendre en charge la cause des femmes et de faire valoir l’écriture féminine. C’est un roman féministe écrit par une femme qui réagit par rapport aux conditions de ses sœurs victimes des traditions et de la domination des hommes. Avec Une si longue lettre, Mariama Bâ est l’une des premières africaines à dénoncer les injustices faites aux femmes dans la société.

Nous verrons donc dans ce roman, la condition de la femme telle qu’elle est décriée par l’auteur. Dans un premier temps, nous verrons la critique que fait Mariama Bâ à l’égard de la société, dans un second la condition féminine et enfin l’attitude des femmes dans ce roman.

I°) LA CRITIQUE DE LA SOCIETE SENEGALAISE :

Le récit de Mariama Bâ retrace ainsi tout au long des vingt-huit lettres qui le composent, les différentes étapes et péripéties de la vie de deux amies d'enfance, Ramatoulaye Fall et Aissatou Bâ.

Veuve et mère de douze enfants, Ramatoulaye entreprend après la mort de son mari, Monsieur Modou Fall, la rédaction d'une « longue lettre » qu'elle adresse à sa meilleure amie Aissatou Bâ, exilée aux Etats-Unis où elle exerce le métier d'interprète. La période de réclusion de quarante jours que lui impose la tradition musulmane, la plonge dans de profondes réflexions qui lui permettent à leur tour, de procéder à un bilan de sa vie. Ramatoulaye relate avec tendresse mais aussi avec beaucoup de nostalgie les différents moments ayant marqué leur amitié et leur enfance commune. Une enfance faite de joie, de croyances, d'espoir mais en fin de compte de désillusions patentes.

Ceci est aussi l'occasion pour notre héroïne de revenir sur les circonstances du décès de son mari, sur les années passées à ses côtes, sur ses déboires conjugaux mais également de dresser un parallèle entre l'expérience d'Aïssatou et la sienne, et d'en tirer des conclusions. De ce fait, loin de se poser comme un simple outil d'expression au service de la pensée de l'homme, l'écriture aura au fil de l'histoire un véritable effet cathartique sur Ramatoulaye. C'est à travers et surtout grâce à elle que celle-ci nous fait part non seulement de ses états d'âme et de sa détresse mais aussi des maux profonds qui érodent la société sénégalaise, et plus particulièrement les femmes. Au fil des lettres, Ramatoulaye nous dépeint un tableau sombre de sa condition de femme africaine au Sénégal tout en insistant sur le rôle que les femmes jouent dans la société. Rôle précis et limité à l'éducation des enfants et à la tenue d'un foyer, aucune autre responsabilité de quelque nature que se soit ne leur étant attribuée.

Ainsi, Ramatoulaye se souvient du jour où, après de nombreuses années de bonheur et de quiétude, elle se fit imposer la présence au sein de son couple, de Binetou, jeune lycéenne et amie de sa fille Daba. Déçue, malheureuse, triste, jalouse mais amoureuse, celle-ci n'a jamais renoncé à celui qui par le passé, l'a fait rêver ; préférant ainsi subir humiliations, railleries, avilissements et assujettissements qu'impose tout régime polygamique.

Par ailleurs, Ramatoulaye y évoque aussi, à regret, le manque d'ouverture de la société sénégalaise. En effet, celle-ci dénonce tout au long de ses lettres une société régie par un système de castes qui se veut discriminant, méprisable et injuste. Aïssatou en a d'ailleurs fait les frais. Issue d'une famille ouvrière et mariée à Mawdo Bâ, médecin et meilleur ami de Modou, celle-ci n'a jamais été acceptée par la « noble » famille de son époux et plus particulièrement par Tante Nabou, sa belle-mère. Confrontée comme son amie à la polygamie, cette dernière, contrairement à de nombreuses femmes, a eu le courage de quitter son mari en s'exilant avec ses quatre enfants aux Etats-Unis. Acte de bravoure et synonyme de fierté, Aïssatou rompt ainsi avec une certaine tradition que nul n'a jamais réellement osé remettre en question.

Finalement, plus qu'un simple récit, ce roman est une véritable interpellation et une critique ouverte de l'organisation rigide des sociétés patriarcales. L'auteur appelle à travers de nombreux messages, la gent féminine à prendre son destin en main. Convaincue de la complémentarité de l'homme et de la femme, celle-ci nous invite à prendre conscience que nous avons tous, quelque soit notre sexe, un rôle à jouer dans la société. Pour cela, il faut bien évidemment que les mentalités changent. A cet effet, le rôle de la femme est donc de lutter avant tout pour la reconnaissance de ses droits et contre ces pratiques traditionnelles injustes et abusives qui sont propres aux sociétés africaines.

II°) LA CONDITION DE LA FEMME DANS UNE SI LONGUE LETTRE:

A travers Ramatoulaye, son personnage principal et la technique épistolaire choisie sciemment pour plaider la cause de la femme, l’auteur nous conduit dans sa conception romanesque. Elle nous y montre la mauvaise considération générale accordée à la femme dans tous les domaines de la vie au Sénégal. En tout et pour tout, la femme – jeune ou mature soit-elle, est vouée au silence en dépit de la gravité de ses peines. Ses droits sont taillés à la hauteur de la volonté

...

Télécharger au format  txt (10.6 Kb)   pdf (115.4 Kb)   docx (12.6 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com