LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L'Abbé Prévost, Histoire D'une Grecque Moderne, 1740.

Commentaires Composés : L'Abbé Prévost, Histoire D'une Grecque Moderne, 1740.. Recherche parmi 248 000+ dissertations

Par   •  5 Avril 2015  •  1 143 Mots (5 Pages)  •  4 605 Vues

Page 1 sur 5

DU VICE A LA VERTU

TEXTE : L’Abbé Prévost, Histoire d’une Grecque Moderne, 1740.

Objectif : Analyser l’ambiguïté de la conversion de Théophé à la vertu.

Résumer de l’œuvre :

Le narrateur personnage d’une Grecque Moderne est ambassadeur de France à Constantinople. Ainsi du Bacha Cherilier, il rencontre dans le sérail, une jeune femme à la beauté admirable.

Présentation du texte :

Ce roman de l’Abbé Prévost, s’inscrit dans la veine orientaliste qui se développe en France au 18ème siècle, notamment avec la traduction Des Milles Et Une Nuit. L’intérêt du récit, comme dans Manon Lescaut, est sa narration à la première personne. En effet le personnage narrateur ne parvient jamais à laisser les intentions réels se Téophé dont il est amoureux, mais qui prétend préférer sa vertu aux hommes. Pourtant sa beauté séduit les hommes au point de rendre le narrateur jaloux. Le lecteur n’a aucun moyen de savoir si l’héroïne est sincère ou non. Puisqu’il n’a accès au seul récit de son libérateur. Cet extrait a été choisi car il permet de monter que la personnalité du personnage de roman est rarement figé pendant tout le récit, celui-ci peut évoluer.

Problématique : Comment la conversation mystérieuse de Théophé à la vertu en fait un personnage ambiguë et fascinant ?

I/ Une révélation

a) Une scène de 1ère rencontre

Cet épisode est typique d’une scène de première rencontre. Tout d’abord, la rencontre se fait par la vue : dans un premier temps Théophé a vu l’ambassadeur entrer et elle a été obligée de danser en son honneur (l. 3-4), sans pouvoir lui parler. Les deux personnages ont ensuite eu une conversation qui a troublé la jeune femme (l. 7-8). Puis Théophé a eu une révélation en entendant le discours de son interlocuteur. Enfin, une fois l’ambassadeur parti, une obsession est née chez la jeune femme à propos de cet homme et de ses paroles. Ses étapes sont celles d’une première rencontre, mais ce topos est détourné ; en effet, ce n’est pas de l’ambassadeur que Théophé est tombée amoureuse, mais de la vertu du discours de l’ambassadeur.

b) La place de l’ambassadeur

L’ambassadeur est très présent dans le discours de Théophé. Il apparaît à de nombreuses reprises sous la forme du pronom « vous ». Parfois, il est sujet des verbes (« vous approchâtes », l. 6 ; « vous m’expliquâtes », l. 14), mais il est également souvent objet et c’est le pronom « je », désignant Théophé, qui est alors sujet (« je vous entendis», l. 8-9 ; « Je ne vous interrompis point », l. 20). On peut en conclure que la place de l’ambassadeur dans le discours de Théophé est moins importante que ce qu’il paraît ; certes, il est très présent dans ce récit, mais en tant que porteur d’une parole invitant à la vertu. C’est cela que retient Théophé. Une fois l’ambassadeur parti, elle ne repense qu’à ses paroles sur les femmes européennes vertueuses, non à l’homme qui voudrait la séduire.

c) Une vertu plus importante

Théophé est donc fascinée par un discours et non par un individu. L’ambassadeur est quasi évincé de ses pensées. Ainsi, la jeune femme dit à propos de ses paroles sur la vertu :« Le jour et la nuit ne me présentèrent plus d’autre objet » (l. 26-27). Il lui reste donc peu de temps pour penser à l’homme qui lui a parlé de la vertu. Or, si l’ambassadeur a racheté la liberté de Théophé, c’est parce qu’il la désire. Mais la vertu à laquelle aspire la jeune femme et qui a servi à l’ambassadeur pour

...

Télécharger au format  txt (7.1 Kb)   pdf (91.7 Kb)   docx (11 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com