LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Design : Introduction à L'histoire D'une Discipline.

Dissertation : Design : Introduction à L'histoire D'une Discipline.. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  22 Février 2012  •  2 126 Mots (9 Pages)  •  2 581 Vues

Page 1 sur 9

Chercheuse en design, auteur d'une Introduction à l'histoire d'une discipline éditée en 2009, Alexandra Midal est commissaire de la surprenante exposition Things Uncommon, présentée au Lieu du design à Paris. Elle articule son travail à partir de la triangulation entre l’architecture, le design et les arts plastiques. Celle-ci dirige un Master axé sur la question de l'exposition en design à Genève où elle enseigne aussi l'histoire et la théorie du design.

Elle dit d’elle-même qu’elle se considère « comme un spéléologue qui dans le noir essaye de trouver un peu de lumière ; et le trouve parfois, ou pas… ».

Initialement, celle-ci a dirigé la galerie d’art contemporain Rûdiger Schöttle à Paris, puis a pris la direction du FRAC Haute-Normandie (Fonds Régional d'Art Contemporain) où elle a développé de nombreuses expositions et éditions à partir de la production d'œuvres. Après plusieurs années, elle s’orienta vers la théorie.

Elle s’intéresse à la possibilité de dresser des hypothèses en transformant les attendus sur le design, sa portée, ses enjeux ainsi que son histoire.

DESIGN : INTRODUCTION À L’HISTOIRE D’UNE DISCIPLINE,

Résumé.

Dans cet ouvrage, A. Midal fait part de sa connaissance concernant le design. Elle explique, en introduction, qu’elle souhaitait un livre assez court, ayant pour but d’être accessible à tous.

Constitué de trois chapitres, son ouvrage distingue différentes périodes fondamentales qui poussèrent les artistes et artisans à revoir le monde de l’habitat (puis le reste des objets du quotidien), et donc l’accessibilité d’un certain progrès à tous à un moindre coût.

Son premier chapitre, Le choc de la révolution industrielle (1841-1916), pose les bases de la situation de la société à cette époque. L’insalubrité des logements ouvriers, la surpopulation, le manque d’hygiène, la pauvreté, etc. Nombreuses sont les contraintes touchant les citoyens durant cette période. C'est avec la rationalisation de l'organisation de la cuisine, pensée en 1841 aux États-Unis, que le design trouve son origine : l'agencement de la maison et des tâches à y accomplir doit être modifié rationnellement pour non seulement soulager le travail des femmes et des ouvriers, mais aussi démontrer le bien-fondé de l'abolition de l'esclavage.

Son deuxième chapitre, Quelle utopie pour le design ? (1919-1955), nous apprend que le terme « design » a été employé pour la première fois à la fin du XIXème siècle, plus précisément en 1849 par Cole et Redgrave dans leur Journal of Design. Dans ce chapitre, A. Midal évoque l’accroissement du design dans le monde, notamment avec la création d’écoles, ou encore la naissance de nouveaux mouvements au sein de ce même terme.

Tout d’abord, une association crée par H. Muthesius, la Deutscher Werkbund marquant le passage important de l’art décoratif vers l’art industriel.

Puis vient la célébrissime école du Bauhaus fondée par W. Gropius en 1919. Pour lui, elle représente l’ « utopie de la construction du futur » ou encore « un projet d’un établissement d’enseignement, conseiller artistique de l’industrie, des métiers d’art et de l’artisanat ». L’école se caractérise par trois principes récurrents : l’habileté manuelle, la maîtrise de la forme ainsi que celle de l’espace. Le Bauhaus se retrouve fermé en 1933 par l’Allemagne nazie qui s’empare alors des nouvelles techniques d’épuration pour créer ses voitures, locomotives, etc.

S’en suivent trois grands mouvements s’opposants, bien qu’ils ne se rejoignent tous par le biais du design : le Streamline (futurisme, vitesse, formes visuelles simplifiées et profilées, beauté matérielle et technique, dissimulation des rouages, etc.) ; le Mouvement Moderne (rejet de l’historicisme et de la tradition, désir utopique d’un nouveau monde ayant pour ligne directrice le pouvoir de la technologie machinique, etc.) ; le Good Design (intégrité, clarté et harmonie, formes mettant en avant l’esthétique du bon fonctionnement, etc.).

L’un des architectes les plus importants de cette époque est notamment évoqué ; Le Corbusier (1887-1965) affirme, lors de l’Exposition internationale des arts (1925), la nécessité de se débarrasser d’un maximum d’objets inutiles qui encombrent les intérieurs comme ils encombrent l’esprit (Loos ayant les mêmes principes d’épuration).

La fin du chapitre marque également la déchéance de l’utopie, celle-ci étant de plus en plus contestée, considérée comme invalide et néfaste. La faillite des idéologies modernes est attribuée à deux critères : son association à des valeurs sociales qu’elle n’a pas pu ou su réaliser, et l’attribut d’une valeur esthétique au politique.

Son troisième et dernier chapitre, Design critique tous azimuts (1966-1985), marque la fin des controverses concernant le design. L’année 1960 marque un tournant important dans le domaine de l’art puisque c’est une réelle diffusion du design répondant à l’ensemble des critères qui voit le jour ; celui-ci entre en adéquation avec la société, notamment grâce au Baby Boom.

« C’est l’avènement de la culture de masse, de la société des loisirs et de l’abondance de biens » dit A. Midal. Le couple Smithson profite de ce lancement pour créer La maison du futur (en plastique, modulable, etc.).

En conclusion, A. Midal, défend l’idée que le design permet de donner du sens à tout ce qui à été créé, et que chaque être pensant derrière une œuvre de design s’oriente toujours vers le futur et l’innovation. Ancré dans l'économie, ce mouvement apparaît donc comme une réponse à l'industrialisation ainsi qu’à ses conséquences sur le plan social : il entreprend d'abord la réconciliation entre l'art et la vie, avant de se proposer de réformer les champs politique, social et artistique. En tentant de donner des formes au progrès contemporain et industriel, l'histoire du design se confond dès lors avec le mouvement moderne et ses utopies, devenant l'agent le plus visible d'un bonheur collectif jusqu'à nos jours.

DESIGN : INTRODUCTION À L’HISTOIRE D’UNE DISCIPLINE,

Approfondissement d’un chapitre.

Le

...

Télécharger au format  txt (13.8 Kb)   pdf (145 Kb)   docx (14.4 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com