LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire du roman Abbé Prevoste de Manon Lescaut

Fiche de lecture : Commentaire du roman Abbé Prevoste de Manon Lescaut. Recherche parmi 234 000+ dissertations

Par   •  27 Janvier 2015  •  Fiche de lecture  •  1 079 Mots (5 Pages)  •  357 Vues

Page 1 sur 5

Le XVIII siècle est le siècle des Lumières, que l'on appel aussi Illuminismo en Italie. Ce siècle a pour volonté de faire la synthèse des connaissances accumulées depuis l'Antiquité dans tous les domaines, comme par exemple les lois, les mœurs, la science... Les écrivains des Lumières combattent l'ignorance en diffusant le savoir. Il y a différents auteurs qui ont marqué ce siècle comme l'auteur Abbé PRÉVOST avec son roman Manon Lescaut. Au court d'un extrait de ce livre montrons de quelle manière le chevalier Des Grieux perçoit-il le bonheur. Dans un premier temps, nous étudierons que Des Grieux tente de défendre sa propre conception de bonheur. Puis après avoir étudier cela, nous verrons comment le chevalier tente de convaincre son ami Tiberge de sa conception du bonheur.

Tout d'abord, dès le début de cet extrait,Des Grieux n'est pas du même avis avec Tiberge. Il lui reproche qu'il est facile de donner ses idées sur un sujet quand personne n'est la pour le contre dire, "Tiberge, repris-je, qu'il vous est aisé de vaincre, lorsqu'on n'oppose rien a vos armes!". Dans cette citation il y a la présence d'une métaphore entre "arme" et "vaincre" ce qui souligne qu'il y a une forte opposition entre Tiberge et Des Grieux. Il poursuit alors avec un discours qui remet en question la conception du bonheur de Tiberge. Il lui dit ensuite que le bonheur de la vertu n'est pourtant pas préservé des malheurs "Pouvez-vous prétendre que ce que vous appelez le bonheur de la vertu soit exempt de traverses et d'inquiétudes ?". Son discours est composé de questions oratoires, rhétoriques, ce qui remet plus en cause la pensée de son ami.

Des Grieux parle alors des malheurs et des peines qu'il a. On voit dès lors que le chevalier utilise le registre pathétique et le champ lexical de la douleur comme le souligne les termes "peines", "malheureux", "chagrins" pour essayer d'attendrir Tiberge. Il raconte a son ami qu'il traverse de nombreux chagrins et essuie de nombreuses défaites pour Manon mais ne veut pas y renoncer : "J'aime Manon ; je tend au travers mille douleurs a vivre heureux et tranquille auprès d'elle." et " La voie par où je marche est malheureuse...de tous les chagrins que j'essuie pour l'obtenir". Il fait en sorte de valoriser sa façon de penser et sa conception du bonheur en utilisant des hyperboles : "mille douleurs ". Enfin, il compare les deux visions et prétend que tout est a son avantage et que son bonheur est préférable a celui de Tiberge qui n'est "certain que par la foi". Malgré toutes ces contraintes, le chevalier ne veut pas renoncer au bonheur qu'il vit avec Manon et trouve de sincères compliments pour définir ce qu'il vit avec elle : "j'ajouterai que l'amour, quoiqu'il trompe assez souvent, ne promet du moins que des satisfactions et des joies". Pour lui c'est un vrai bonheur de vivre avec une femme si charmante et pleine de tendresse. De plus, plein d'amour pour Manon, il n'hésite pas à la comparer à la religion. En effet, le chevalier Des Grieux trouve beaucoup plus de bonheur en étant avec Manon et pense que la religion apporte rien, juste des malheurs : "au lieu

...

Télécharger au format  txt (6.2 Kb)   pdf (80.4 Kb)   docx (10 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com