LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Comment Cocteau, homme d’arts et de lettres, réalise une adaptation d’un conte de fée, toujours célébrée plus de soixante cinq ans plus tard comme un chef d’œuvre ?

Rapports de Stage : Comment Cocteau, homme d’arts et de lettres, réalise une adaptation d’un conte de fée, toujours célébrée plus de soixante cinq ans plus tard comme un chef d’œuvre ?. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  3 Mai 2012  •  822 Mots (4 Pages)  •  1 870 Vues

Page 1 sur 4

Pendant la guerre, Jean Marais, jeune premier du cinéma et amant de Jean Cocteau lui souffle l’idée de réaliser un film basé sur deux contes : « La Belle et la Bête » de Madame Leprince de Beaumont et « La Chatte Blanche » de Madame Marie-Catherine d'Aulnoy. Cocteau commence l’adaptation de ce qui deviendra en 1946 son film « La Belle et la Bête ». Comment Cocteau, homme d’arts et de lettres, réalise une adaptation d’un conte de fée, toujours célébrée plus de soixante cinq ans plus tard comme un chef d’œuvre ? Nous ferons une étude comparée du film et du conte écrit en analysant en quatre parties : le système des personnages, la progression du récit, l’atmosphère du conte et les objets magiques.

Tout d’abord Cocteau décide de changer le système des personnages en supprimant ou en créant des personnages. Si Belle a trois frères dans la conte écrit, elle n’en a plus qu’un à l’écran, Ludovic, joueur criblé de dettes. Elle a toujours deux sœurs peu fréquentables, qui ont désormais un prénom, mais leurs maris ont disparu. Enfin, le film est un conte de fées sans fée. Cocteau a choisi de créer un nouveau personnage, Avenant, dont le nom caractérise sa qualité. Il est l’ami de Ludovic et amoureux de Belle. Dans le conte, Belle a plusieurs prétendants qui sont seulement évoqués. Avenant a un rôle plutôt mystérieux : il brûle de désir pour Belle « Même le parquet veut devenir votre miroir », mais elle refuse le mariage, préférant aider son père. De plus, sa jalousie le pousse à pénétrer dans le pavillon de Diane, il en meurt et les traits de son visage prennent l’apparence de la Bête alors qu’au même moment la Bête prend son apparence. L’humain et la Bête échangent leurs traits, Cocteau nous signifie alors que si « l'amour peut faire qu'un homme devienne bête, l'amour peut aussi faire qu'un homme laid devienne beau. »

Cocteau garde la même progression du récit : présentation du monde réel, présentation du monde fantastique : la Belle est au château de la Bête, elle va voir son père qui se meurt, et enfin elle retourne au château. Il faut alors insister sur la présentation du monde fantastique car c’est là une différence essentielle avec le conte : Cocteau ne voulant pas d’un monde merveilleux choisit cet univers. Cela lui permet d’ancrer son film dans la réalité mais aussi dans le rêve. Le personnage de la Bête en est le parfait exemple : sa voix, sa silhouette, ses émotions, ses habits sont humains mais elle a les traits du visage, les instincts d’un animal, des mains poilues et griffues et néanmoins humaines avec cinq doigts. Il appelle cela « un réalisme irréel », « c’est parce que je veux du vrai irréel qui permette à tous de rêver ensemble un même rêve du sommeil. C’est le rêve debout du réalisme irréel, le plus vrai que le vrai ».

Pour présenter les trois lieux du film, Cocteau s’appuie sur l’image :

- la ferme familiale : milieu diurne et réel ;

- le château de la Bête, milieu nocturne, irréel et fantastique où les domestiques sont réduits à leurs seuls bras et mains, encore prêts à servir (unique idée héritée du second conte « La Chatte Blanche ») ;

- le pavillon de Diane, lieu mi-réel, mi-irréel, un pont entre les deux mondes où la Bête reprend

...

Télécharger au format  txt (4.8 Kb)   pdf (68.7 Kb)   docx (9.6 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com