LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

« Comme On Voit Sur La Branche », Pierre Ronsard, Sur La Mort De Marie, 1578, Second Livre Des Amours.

Commentaires Composés : « Comme On Voit Sur La Branche », Pierre Ronsard, Sur La Mort De Marie, 1578, Second Livre Des Amours.. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  2 Juin 2013  •  527 Mots (3 Pages)  •  1 617 Vues

Page 1 sur 3

« Comme on voit sur la branche », Pierre Ronsard, Sur la mort de Marie, 1578, Second livre des amours.

INTRODUCTION :

     Pierre de Ronsard, 1524-1585, fut un grand poète du XVIème siècle. Contemporain de Du Bellay, ils suivirent les mêmes études, et fondèrent ensemble un groupe de 7 poètes : La pléiade. Ils avaient tous en commun le désir d’enrichir la langue française. Sa vie fut marquée en particulier par 3 femmes qui sont Marie, Cassandre et Hélène, pour lesquelles il écrivit beaucoup. On retient d’ailleurs le recueil des sonnets à Hélène. Il composa ses poèmes surtout sur le thème de la fuite du temps, de l’expression des sentiments…

     Ce texte est un sonnet, en alexandrin, mais avec une particularité des rimes, propre à Ronsard : ce sonnet n’est ni italien ni français. C’est un hommage à une femme aimée et décédée : poème élégiaque ou lyrique.

 

Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose

En sa belle jeunesse, en sa première fleur

Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,

Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose :

La grâce dans sa feuille, et l’amour se repose,

Embaumant les jardins et les arbres d’odeur :

Mais battue ou de pluie, ou d’excessive ardeur,

Languissante elle meurt feuille à feuille déclose :

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,

Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,

La Parque t’a tuée, et cendre tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,

Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,

Afin que vif, et mort, ton corps ne soit que roses.

I - Un poème de deuil

     1° la mort ignorée

Le 1er quatrain est empli d'insouciance : jeunesse, beauté et description d’un jardin.

On peut distinguer les caractéristiques de :

La jeunesse : -> moi de mai

-> personnification de la rose (vers 2) car jeunesse = vocabulairre humain

parallélisme vers 2 et vers 9 Fleur/Femme

La beauté : -> la rose = la plus belle des fleurs

défi jeté au ciel vers 3

"grâce" vers 5 (personnification de la rose )

parallélisme vers 5 et vers 10 Fleur/ Femme

     2° L’irruption de la Mort

le texte bascule au vers 7, autour du mot " mais ". Toutes les images de beauté s'effondrent.

->

...

Télécharger au format  txt (3.5 Kb)   pdf (62 Kb)   docx (9.7 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com