LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les Européens dans le peuplement de la Terre

Cours : Les Européens dans le peuplement de la Terre. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  5 Décembre 2017  •  Cours  •  2 415 Mots (10 Pages)  •  281 Vues

Page 1 sur 10

Unité I : Les Européens dans le peuplement de la Terre

Thème introductif : La population de l’Europe et du Monde de l’Antiquité à nos jours.

Depuis l’Antiquité, l’Europe a été un des 3 principaux foyers de peuplement. Si jusqu’au 18e siècle l’Europe est en croissance lente, elle entre à partir de la seconde partie du 18e siècle dans un cycle de croissance accéléré. Avant cela 1 homme sur 4 était européen.  

Comment expliquer l’importance de la population européenne ? Quelles furent les grandes évolutions migratoires et démographiques de ce peuplement ?

I/ Les populations de l’Europe et le peuplement de la Terre  

Comment ont évolué, dans le cadre mondial, la population et le peuplement de l’Europe depuis l’Antiquité ?

A/ Un foyer de peuplement ancien

Depuis l’Antiquité la base de l’alimentation repose sur l’agriculture. Les cultures de seigle, de froment et de sarrasin ont permis l’installation du foyer de la population européenne qui soit durable et urbanisé. L’Europe et l’Asie concentrent 6 êtres humains sur 10. Le contraste est très fort avec les autres partis du monde. Quand les populations sont espacées on parle de monde plein.

Monde plein : Expression employée en histoire pour désigner les régions densément peuplé des siècles passés.    

B/ Une population dynamique à la croissance inégal jusqu’au 18e siècle

Taux de natalité : Nombre moyen de naissances pour 1000 habitants (en pour mille).

Taux de mortalité : Nombre moyen de décès pour 1000 habitants (en pour mille).

Taux d’accroissement naturel :   [pic 1]

 ISF : Indice synthétique de fécondité. C’est le nombre moyen d’enfants qu’une femme a durant sa vie reproductive.

Taux de mortalité infantile : Nombre moyen de décès d’enfants de moins de 1 an sur 1000 naissances.

L’évolution générale de la population européenne et mondiale n’a pas été régulière. Globalement elle connait des périodes de croissance de  déclin et parfois de stagnation.                  

Croissance → XIe-XIVe    Déclin→ XIVe    Stagnation→ XVe

[pic 2][pic 3][pic 4][pic 5]

[pic 6][pic 7][pic 8][pic 9][pic 10]

        

[pic 11][pic 12][pic 13][pic 14]

[pic 15][pic 16][pic 17][pic 18][pic 19][pic 20][pic 21]

        [pic 22][pic 23][pic 24][pic 25][pic 26][pic 27]

[pic 28][pic 29][pic 30][pic 31]

        

- Forte mortalité infantile : 1750 → 200 et 250 pour 1000.                                                                                          - Espérance de vie d’environ 40 ans.                                                                                                             - ISF élevé → 6,5 enfants par femme.

Pendant le commerce triangulaire il y a une augmentation des accidents épidémiques à cause des mouvements des biens consommables d’une région du monde à une autre. La plus connue fût l’épidémie de « Peste Noire » en 1347 qui était originaire du Moyen-Orient, en 5 ans plus de 40% de la population européenne a été décimée.

Les hommes sont tributaires des ressources alimentaires pour se développer. Ce qui signifie qu’en période de monde plein la pression sur les ressources agricoles est très forte et malheureusement le mode de culture traditionnel ne permet pas de répondre aux besoins humains ce qui entraine des morts dû aux famines ou aux carences alimentaires.  

Le malthusianisme

Thomas Malthus, économiste britannique, a développé une loi naturelle des sociétés consistant à dire que la population tend à croître plus rapidement que ses ressources, jusqu'à ce qu'interviennent des freins ou des limites à cette croissance. Ces derniers font régresser la population à un niveau supportable pour assurer la nourriture de l'ensemble. Ces obstacles sont de deux natures : d'une part des obstacles répressifs, qui s'imposent de l'extérieur de façon brutale comme les famines ou les épidémies; d'autre part obstacles préventifs, qui désignent les décisions conscientes prises par l’Homme en connaissance de cause pour freiner la croissance démographique comme le contrôle des naissances ou le célibat.

[pic 32][pic 33][pic 34][pic 35][pic 36][pic 37][pic 38][pic 39][pic 40][pic 41][pic 42][pic 43][pic 44][pic 45]

[pic 46]

[pic 47]

[pic 48][pic 49]

[pic 50]

Malthusianisme : Théorie selon laquelle la limitation de naissances permet de contrôler les besoins d’une population et de préserver le patrimoine familial.  

C/ Un continent de migrants en transition démographique a partie du 18e siècle

Le renouveau scientifique et les techniques qui accompagnent la révolution industrielle libère les hommes d’une forte mortalité. On assiste à une véritable transition épidémiologique rendu possible par des découvertes médicales importantes comme le vaccin contre la variole découverte par Jenner en 1796 ou la découverte des origines microbiennes des maladies par Pasteur.

Pour lutter contre les risques d’épidémies, les états mettent en place des mesures prophylactiques comme l’assainissement des villes. L’essor économique entraine une élévation du niveau de vie et  donc une amélioration de l’hygiène.

Vers 1750 il y a une baisse décisive du taux décisive du taux de mortalité. Néanmoins il y a un maintien de de la natalité pendant une période variable selon les pays. C’est la première phase de la transition démographique. Puis il y a un déclin  de la natalité qui se rapproche du taux de mortalité jusqu’à s’équilibré.  

...

Télécharger au format  txt (13.5 Kb)   pdf (373.2 Kb)   docx (808.2 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com