LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les Dynamiques Des Espaces Productifs Dans La Mondialisation

Mémoires Gratuits : Les Dynamiques Des Espaces Productifs Dans La Mondialisation. Recherche parmi 296 000+ dissertations

Par   •  6 Mai 2013  •  1 730 Mots (7 Pages)  •  1 507 Vues

Page 1 sur 7

Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation.

Introduction :

La France a été un des premiers pays européens à entrer dans l’âge industriel ce qui lui a offert une certaine puissance économique. Cependant, la mondialisation économique, qui se traduit par une circulation croissante des capitaux, des hommes et des produits, a des conséquences sur l’économie française qui se retrouve en concurrence avec celle des autres Etats de la planète. La priorité est donnée à la compétitivité et à l’innovation des espaces productifs.

Toulouse est un territoire de l’innovation, le siège de 4 pôles de compétitivité au rayonnement national mondial.

Comment la mondialisation a-t-elle conduit à une réorganisation de l’économie et a modifié les logiques spatiales des activités sur le territoire national ?

I. L’agglomération toulousaine : le 2° territoire national innovant.

A. Toulouse « métropole de la connaissance » P Cohen Maire de Toulouse

Le pôle de compétitivité Aerospace Valley Midi-Pyrénées et Aquitaine (aéronautique, Espace, systèmes embarqués) :

- leader mondial de l’aviation civile, des trains d’atterrissage ;

- leader européen aviations militaires, des systèmes embarqués pour l’automobile, des télécommunications par satellites.

Les grandes entreprises : airbus (assemblage final d’A380, de l’avion militaire européen A400M), Dassault Aviation (avions d’affaire Falcon, Rafale), Turbomeca, le CNES, EADS, Thalès (satellites),

Airbus emploie 19000 salariés en Midi-Pyrénées ;

Le secteur aéronautique fait travailler 60000 salariés directs ou indirects en MP. 9000 emplois étaient à pourvoir entre 2012 et 2013 : il en reste 4000 en 2013.

Les sites dans la région toulousaine : autour de l’aéroport de Blagnac (assemblage et production) et autour du complexe scientifique de Rangueil (sites de recherche).

B. Les autres atouts de Toulouse « ville la plus dynamique de France »

Le seul exemple de Toulouse est éloquent: en dix ans, près de 100.000 emplois y ont été créés (Airbus doit construire 4400 avions d’ici 7 ans), et la ville a gagné 19000 habitants par an pour devenir la 4° aire urbaine française (2012 : 1.2 M soit 42% de la pop de Haute Garonne)

Les avantages d’une telle localisation : la présence d’axes majeurs de communication (autoroute, voie ferrée) et du hub formé par l’aéroport ; une grande ville universitaire capable de fournir chercheurs et ingénieurs)

Le rapprochement d’entreprises privées, de centres de recherche, d’universités, grandes écoles, des collectivités territoriales et de l’Etat forme un cluster ou pôle de compétitivité (en français).

D’autres pôles de compétitivité :

Cancer bio Santé (développer des produits et technologies pour améliorer le soin du patient et la lutte contre le cancer) ;

Agrimip SO Innovation : créer une synergie entre les différents acteurs de la chaîne agro-alimentaire (grands groupes, PME innovantes, exploitants agricoles, établissements de formation et de recherche)

En 2013, Toulouse souhaite également créer le 1° cluster national du tourisme d’affaire (aujourd’hui : 27000 emplois, 150 M € de CA et plus de 5.5 M touristes à Toulouse). L’objectif est de faire passer Toulouse dans les 40 premières destinations européennes en terme de congrès scientifiques.

Pour cela : le futur Parc des Expositions (300 M € pour 2016 : 40 000 m² pouvant accueillir 15 000 personnes).

II. La réorganisation de l’économie française dans le cadre de la mondialisation.

A. L’un des plus importants espace productifs mondial.

5° économie mondiale et 2° en Europe derrière L’Allemagne

Une position ancienne (depuis 1900) + démarrage précoce durant la RI.

Elle repose sur 3 secteurs économiques

Le 2° marché intérieur d’Europe (65.8 M habitants en 2012)

Le secteur primaire repose essentiellement sur l’agriculture : 1° puissance europ, la 2° au monde.

Attention la part de l’agriculture dans le PIB : 2%.

Toutefois l’ensemble de la filière des IAA représente 20% du PIB national : Danone (10° mondia, 2° des eaux en bouteille, 102 000 salariés), Lactalis (1° gr laitier mondial), Pernod Ricard (n°1M des spiritueux : Whisky, Rhums, Cognac, Champagne), Bigard (leader européen du bœuf)

Le secteur industriel ne représente plus que 20% du PIB et il régresse.

L’industrie : 78% des exportations.

De fortes croissances : pharmacie (Sanofi 4° CA mond), aéronautique, construction (Vinci et Bouygues, 4° et 6° mondiaux)

Le secteur tertiaire : le ¼ du commerce extérieur. 75% des emplois du 3R sont dans le tourisme (1° destination mondiale), les services financiers (Crédit Agric 5° bq mondiale, AXA 1° assureur mond), les télécommunications (France Telecom 8° mond), la santé, la logistique.

4° exportateur mondial de services. De très grandes firmes transnationales (FTN) leaders dans de nombreux domaines :

L’énergie (Total 11° entreprises mondiales tous secteurs confondus [TSC], Areva, EDF 73° entreprises TSC), les transports (Air France, Airbus), le commerce (Carrefour 16° employeur mond 2011), l’Hôtellerie et loisirs (Accor, Club Med), le Luxe (Oréal, LVMH).

B. Les évolutions nécessaires dans une économie mondialisée

1. L’ouverture internationale

2 facteurs : la construction européenne et l’internationalisation des entreprises

Les entreprises et les Etats tissent des stratégies européennes

...

Télécharger au format  txt (10.7 Kb)   pdf (121.9 Kb)   docx (13.5 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com