LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le consulat et l’empire : suite et fin de la révolution

Dissertation : Le consulat et l’empire : suite et fin de la révolution. Recherche parmi 243 000+ dissertations

Par   •  12 Octobre 2020  •  Dissertation  •  642 Mots (3 Pages)  •  25 Vues

Page 1 sur 3

Le consulat et l’empire : suite et fin de la révolution

Le Consulat est le régime politique français issu du Coup d’Etat de Napoléon du 9 novembre 1799. Il se termine en 1804, lorsque Napoléon est nommé Empereur. C’est ainsi que naît l’Empire qui durera jusqu’en 1815, où l’empereur abdique après la défait de Waterloo. La Révolution française est l’ensemble des mouvements révolutionnaires visant à mettre fin à l’Ancien Régime. Elle a commencé en mai 1789 avec l’ouverture des Etats Généraux et s’est poursuivie avec plusieurs régimes politiques comme la Monarchie Constitutionnelle (1790-1792) , la Première République(1792-1794) et le Directoire (1795-1799).

C’est dans ce contexte qu’il convient de se demander si le régime napoléonien, avec le Consulat et l’Empire met totalement fin à la Révolution ou s’il le poursuit. Pour répondre à cette problématique, il convient d’analyser en quoi le Consulat et l’Empire sont en rupture nette avec la révolution(I). Le Consulat et l’Empire sont cependant dans la ligne droit de la Révolution (II). Enfin, il conviendra d’étudier l’ambiguïté napoléonienne car elle est entre rupture et continuité avec la révolution.

I- Le Consulat et l’Empire, en rupture avec la Révolution

Certaines pratiques rappellent la monarchie de l’Ancien Régime(A). La Nation est aussi privée de ses droits politiques(B).

A) Des pratiques similaire à celle de la Monarchie de l’Ancien Régime

Certaines pratiques de Napoléon rappellent l’Ancien Régime. En effet, des Constitutions (1804) confèrent le pouvoir exécutif au Consul. Il dirige la politique extérieure et à l’initiative des lois. Il désigne aussi les juges et les fonctionnaires, ce qui le fait décider des pouvoirs législatifs et judiciaires. Les trois pouvoirs sont aux mains d’un seul homme et ne sont pas séparés, ce qui rappelle l’Ancien Régime. D’autre part, le Régime restaure des principes monarchiques comme le sacre et les titres de noblesse.Enfin, notons que Napoléon supprime bon nombre d’acquis révolutionnaire : les libertés d'expression, de réunion sont supprimées au profit d’un Etat autoritaire; les fonctionnaires sont privilégiés en matière de Justice…

B) La Nation privée de ses droits politique

Le pouvoir législatif est divisé en quatre Assemblées. Celles-ci discutent mais ne proposent que rarement des lois et sont parfois supprimées comme le Tribunal. Ainsi, le législatif ne peut pas contre balancer un exécutif tout puissant. Le corps législatif votent les lois mais ne les discutent pas. Leur marge de manœuvre est donc extrêmement limitée. Quant aux ministres, ce ne sont que des exécutants que Napoléon peut révoquer à tout moment.Le Sénat est occupé par les princes de la famille impériale et des citoyens nommés par l’Empereur. Sur le plan juridique, Napoléon est donc un monarque presque absolu qui met la centralisation de l’Etat au service d’un pouvoir personnel Il rejette donc la séparation des pouvoirs au fondement de la révolution. D’autre part, sa pratique du référendum reste très peu démocratique, même si le

...

Télécharger au format  txt (4.3 Kb)   pdf (37.3 Kb)   docx (8.7 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com