LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les guerres israélo-arabes au XXème siècle

Synthèse : Les guerres israélo-arabes au XXème siècle. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  30 Juillet 2020  •  Synthèse  •  1 283 Mots (6 Pages)  •  25 Vues

Page 1 sur 6

Les guerres israélo-arabes

Depuis sa création en 1948, l’Etat d’Israël a vu son histoire émaillée de conflits avec ses différents voisins, conflits qui se poursuivent encore de nos jours.

  • 1948-1949

Le territoire de la Palestine était sous mandat britannique depuis 1917 après sa victoire sur l’empire Ottoman.

A la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, la toute récente ONU avait voté le 29 novembre 1947 un plan de partage de la région en deux pays : Israël et la Palestine, Jérusalem restant sous contrôle international.

Ce plan est rejeté par le Haut Comité Arabe Palestinien, lequel est soutenu par la Ligue Arabe (composée de l’Egypte, l’Irak, la Jordanie, la Syrie, le Liban, l’Arabie Saoudite et le Yémen du Nord).

Le 14 mai 1948, dernier jour du mandat britannique, le chef de l’armée secrète des juifs de Palestine (Haganah), David Ben GOURION, déclare l’indépendance de l’Etat d’Israël dont il en devient le premier Premier Ministre. Ceci déclenche la première guerre israélo-arabe, les pays de la Ligue Arabe entrant en conflit avec le tout nouvel état le jour même. Le conflit s’achève le 20 juillet 1949, après le dernier armistice signé entre les belligérants.

L’état palestinien a complètement disparu : l’Egypte se voit octroyée le contrôle de la bande de Gaza, le Liban et Israël sont désormais séparés par la « ligne bleue », la Jordanie annexe la Cisjordanie et la partie est de Jérusalem, et les deux états se retrouvent avec pour frontière la « ligne verte ».

  • La crise de Suez (1956)

A la suite du refus par les Français et les Britanniques de financer le barrage d’Assouan, le président égyptien Gamal Abdel Nasser décide le nationaliser le canal de Suez le 26 juillet 1956, ce qui déclenche la crise de Suez, ou guerre de Suez.

La France, la Grande-Bretagne et Israël, réunis autour d’un accord tripartite dit « accord de Sèvres », lancent une offensive armée dans le Sinaï, à la frontière est de l’Egypte le 29 octobre 1956.

Nasser est obligé de s’incliner devant la supériorité militaire des attaquants le 7 novembre mais ces derniers se voient contraint de quitter la zone, sous la pression conjointe des Etats-Unis et de l’URSS. Même battu militairement, le président égyptien sort de la cirse politiquement renforcé dans son pays, et le monde arabe.

Cette crise éclair soulève 2 points essentiels :

  • La région du canal de Suez revêt une importance stratégique non négligeable pour Israël, soucieuse d’assurer la sécurité de ses frontières, et une importance commerciale pour les Européens dont les cargaisons de pétrole, entre autre, transitent par le canal.
  • On voit ici que, à travers ce conflit en apparence régional, ce sont les 2 grandes puissances qui s’affrontent en pleine guerre froide.

En effet, les Européens et Israël se sont rangés aux desideratas des Etats-Unis, quand l’Egypte se rapproche encore davantage de l’URSS.

  • La guerre des « 6 jours » (5 au 10 juin 1967)

Depuis le précédent conflit, le Sinaï est administrée par l’ONU. Mais Nasser va exiger le départ du contingent et les troupes égyptiennes investissent la région au printemps 1967. La tension avec Israël s’accentue jusqu’à ce que l’Egypte impose un blocus dans le détroit de Tiran. L’événement met le feu aux poudres et Israël se lance le 5 juin dans une attaque « préventive » contre les forces armées égyptiennes stationnées dans le Sinaï, mais aussi contre la Syrie sur le plateau du Golan, ainsi qu’en Cisjordanie alors administrée par la Jordanie.

Le 10 juin, la victoire est totale pour Israël qui domine ses adversaires sur tous les fronts. L’Etat hébreu prend le contrôle du Sinaï et de la bande de Gaza, du plateau du Golan et de la Cisjordanie ; Plus important encore symboliquement, il s’arroge la totalité de la ville de Jérusalem.

A l’issue du conflit, l’URSS prend définitivement fait et cause pour les pays arabes alors que les Etats-Unis restent l’allié indéfectible d’Israël.

  • La guerre du Kippour (1973)

Anouar Al-Sadate a succédé au colonel Gamal Abdel Nasser à la tête de l’Egypte à la mort de ce dernier en septembre 1970. Avec son allié syrien Hafez Al-Assad, ils décident d’attaquer Israël simultanément le jour de la fête juive du Yom Kippour le 6 octobre 1973 ; c’est le début de la guerre du kippour aussi appelée la guerre du Ramadan car coïncide avec la période pour les musulmans. L’Egypte monte à l’assaut de la partie ouest du Sinaï, tandis que la Syrie concentre ses troupes sur le plateau du Golan, 2 territoires sous contrôle israélien depuis le précédent conflit de 1967.

...

Télécharger au format  txt (8.2 Kb)   pdf (35.1 Kb)   docx (11.1 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com