LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Acteurs, flux et débats de la mondialisation.

Documents Gratuits : Acteurs, flux et débats de la mondialisation.. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  18 Mars 2015  •  2 337 Mots (10 Pages)  •  651 Vues

Page 1 sur 10

Mondialisation : plus qu’une internationalisation, il s’agit de flux transnationaux nourris par les FTN (Firmes transnationales), ie traversant les frontières, qui semblent s’effacer. Or, la frontière : espace délimitant les territoires des Etats et de leurs prérogatives politiques, souvent issues de processus électifs et démocratiques. On se pose souvent la question si la mondialisation, en menaçant les sociétés, ne menace pas la démocratie... La question est donc de savoir le rôle des acteurs, leurs stratégies, et mesurer les limites de leur confrontation. A un autre niveau, il convient d'éclairer les débats contemporains très vifs relatifs à la mondialisation, qui associent souvent le « triomphe » de celle-ci avec celui du capitalisme libéral, du discours « pro-entreprise », générateur d'inégalités sociales et de dégradations environnementales, tandis que de nombreuses voies s'élèvent pour soutenir qu'un autre mode de développement est possible, plus respectueux des gens et de la planète.

On étudiera donc d'abord les FTN, pour montrer que par leurs flux elles sont les moteurs d'une économie transnationale mondialisée, mais que celles-ci sont facilitées ou contrariés par d'autres acteurs, pouvant porter des idées alternatives au capitalisme libéral triomphant.

I) Les FTN, acteurs majeurs du processus transnational par leurs flux économiques et financiers

1/ Les moteurs de la mondialisation

Def de l’Onu datant de 1973 : entités présentes simultanément dans plusieurs pays et dégageant un chiffre d’affaire d’au moins 500 millions de $. Essor considérable dans les années 1960. 65 000 maisons mères et 500 000 filiales réalisent 2/3 du commerce mondial, 75 millions de salariés. Ces entreprises sont présentes dans plusieurs pays, gardent un ancrage national mais ont une autonomie certaine par rapport aux États d'où elles sont originaires. Elles ont profité de l'ouverture commerciale, et de la libéralisation financière pour maximiser leurs profits à l'échelle du monde.

Ainsi, les IDE (détention à l'étranger d'une succursale ou d'une participation à l'actionnariat d'une entreprise étrangère suffisante pour donner un droit de regard, soit 10 %, ou des prêts et avances d'un investisseur)sont passés de 55 milliards de $ en 1980 à 648 en 2004. Malgré la médiatisation des délocalisations, la majorité de ces flux d'IDE reste orientée Nord-Nord.

Ces FMN sont majoritairement issues de la Triade, et notamment des États-Unis (1/3 des 100 premières). Cependant, depuis une vingtaine d'années, on voit apparaître des FMN venues des pays du Sud, bénéficiant de la division internationale du travail : Mittal rachetant Arcelor, Tata...

2/ Quelles stratégies pour ces FMN ?

Les stratégies varient selon les entreprises et les activités :

– horizontale : on multiplie les unités de production du même type pour se rapprocher des marchés ou bénéficier de main-d'œuvre bon marché.

– Verticale : on décompose le processus de production à l'échelle mondiale, avec fabrication dans un endroit, recherche et marketing dans un autre, vente dans un 3e. Cela met en place un logique de production transnationale. Si les conditions des territoires changent, alors les FMN bougent également. On a donc des entreprises nomades à l'échelle mondiale.

Tout cela implique une taille importante, ce qui est à l'origine de grands mouvements de fusion entre entreprises, comme Fiat-Chrysler, Arcelor-Mittal, Renault-Nissan. De plus, le secteur financier qui investit dans ces entreprises est beaucoup plus puissant et mieux organisé qu'il y a 20 ans (fonds de pension, compagnies d'assurance), il fait pression pour une rentabilité maximale et à court terme. Certaines délocalisations sont destinées à utiliser une main-d'œuvre bon marché. Mais d'autres s'expliquent par la nécessité de pénétrer des marchés qui se sont fermés. C'est ainsi que s'explique l'implantation de Toyota en France pour se faire admettre en Europe.

= Ainsi, mise en place d'entreprises-monde qui traversent les frontières

3/ Quelles conséquences spatiales ?

Ce fonctionnement transnational heurte forcément la logique des États, et la division internationale du travail rend les rapports avec les États complexes. Le poids économique de ces firmes est devenu gigantesque : ExxonMobil, avait un chiffre d'affaires de près de 360 milliards de $ en 2005, c'est-à-dire 5 de plus que le PIB de la Suède, 20e pays le plus riche au monde. Une telle puissance économique rend ces entreprises indispensables.

• Au Nord, les pays essaient de conserver leur attractivité (équipement, recherche, fiscalité, subventions), mais doivent en même temps gérer les problèmes sociaux dus aux délocalisations, qui déstructure le tissu industriel et développe le chômage.

• Au Sud, les effets sont contrastés, créant une compétition féroce entre les territoires pour attirer les IDE, ce qui creuse les écarts entre les gagnants, qui accèdent à la croissance économique, et les perdants, qui restent à l'écart.

I) Des acteurs facilitateurs ou contrariants d'une mondialisation en débats

1/ La promotion du libre échange par différentes organisations transnationales.

Plusieurs organisations économiques cherchent à développer le libre-échange contribuant ainsi à la mondialisation. L'OMC ( Organisation mondiale du commerce ) compte 147 pays en 2004. Elle cherche à promouvoir le libre échange, à abaisser les tarifs douaniers et réglementer le commerce. Des organisations régionales aussi essaient de développer la libre circulation des marchandises entre les pays qui les constituent. C'est le cas de l'ALENA ou NAFTA en anglais : (92) (E-U, Canada, Mexique) Accord de libre-échange Nord Américain. APEC: (Asian Pacific Economic Cooperation (1989). Constitué de 21 pays autour du Pacifique. Il s’agit de zones de libre-échange. Union européenne : Elle comprend pour l'instant 27 pays. MERCOSUR: Le Mercado Comun del Sur, ou Marché commun du Cône sud (Mercosur) est une entente d'intégration économique qui a été conclue officiellement en 1991 entre l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay. Le Mercosur,

...

Télécharger au format  txt (15.9 Kb)   pdf (158.6 Kb)   docx (15.2 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com