LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Féminisation Et Tertiarisation De L'économie Dans Les Années 1960

Documents Gratuits : Féminisation Et Tertiarisation De L'économie Dans Les Années 1960. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  17 Novembre 2013  •  810 Mots (4 Pages)  •  1 776 Vues

Page 1 sur 4

Introduction

Pendant les Trente Glorieuses (1945-1973), la France connaît une forte croissance économique en même temps qu’une modernisation de ses structures économiques et sociales. Malgré le ralentissement de la croissance à partir de 1974 (crise pétrolière), ces bouleversements ne sont pas remis en cause. Les deux documents proposés en sont l’illustration. Le premier est un graphique en courbe réalisé d’après des données de l’INSEE ; il nous montre l’évolution de la part des trois secteurs d’activité par rapport à la population active totale de 1962 à 2000. Le second est une reprensation iconographique prise à Paris en 1962 qui reflète la féminisation de la population active, notament dans le secteur tertaire.

L’analyse de ces deux documents permet de montrer en quoi les évolutions de la population active reflètent les mutations économiques et sociales en France depuis les années 1960. Pour répondre à cette problématique, nous reviendrons d’abord sur la tertiarisation de l’économie, puis sur la féminisation progressive de l’emploi.

I. Vers la tertiarisation de l’économie

Le document 1 illustre le passage d’une société industrielle à une société postindustrielle (après les années 1970). Cette transition est visible dans l’évolution des trois secteurs d’activité : primaire (agriculture, forêt, pêche), secondaire (industrie, bâtiment, travaux publics, exploitation minière) et tertiaire (services).

Le déclin du secteur primaire, amorcé depuis 1850, se poursuit. Regroupant encore 20 % d’actifs en 1960, il n’en compte que 3 % en 2000. C’est le résultat de l’exode rural et de la mécanisation de l’agriculture qui s’oriente, avec la construction européenne, vers un modèle productiviste. Ce processus consacre « la fin des paysans » en même temps qu’il reflète l’amplification de l’urbanisation du territoire.

Le secteur secondaire connaît une évolution contrastée : il progresse jusqu’en 1968, ce qui traduit la poursuite de l’industrialisation du pays, amorcée dès 1850. En effet, depuis 1930, le secteur industriel est le premier employeur. Cependant, à partir du début des années 1970, il passe de 39 % des actifs en 1980 à 22 % en 2000. Ce renversement de tendance est l’un des signes de la désindustrialisation du pays, touché par la crise économique des années 1970, la concurrence des pays asiatiques (Japon, Corée du Sud) et la modernisation de l’appareil industriel (robotisation). les fermetures d’usines : textile, sidérurgie ...et par la délocalisation)

Le secteur tertiaire devient le secteur dominant : il passe de 45 % des actifs en 1960 à 75 % en 2000. C’est un reflet de la tertiarisation de l’économie, liée à une société de consommation qui génère de nouveaux besoins (transports, loisirs) et aux mutations technologiques (informatisation, mécanisation de l’industrie). C’est toutefois le secteur tertiaire qui se développe le plus rapidement au cours de cette période, puisqu’il dépasse 50% des actifs dans les années 1960. De nombreux emplois de " cols blancs " accompagnent les mutations sociales (développement de la consommation et des loisirs) et technologiques (mécanisation de l’industrie).

II. Vers la féminisation de l’emploi

Le

...

Télécharger au format  txt (5.5 Kb)   pdf (75.5 Kb)   docx (9.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com